3

Après un feuilleton aux rebondissements dignes des intrigues de la grande époque de Plus Belle La Vie, Neymar a finalement décidé de relever le défi parisien, laissant un grand vide au FC Barcelone.

Qu’est-ce qui a bien pu décider le capitaine du Brésil de rejoindre une équipe face à laquelle il a écrit l’histoire il y a à peine cinq mois ? L’argent est évidemment est un argument convaincant, Paris étant probablement à l’heure actuelle la seule équipe en Europe à pouvoir lui offrir un tel salaire. La possibilité de rejoindre un vestiaire rempli de compatriotes a également pesé. Mais après avoir tout gagné chez les Blaugranas, le champion olympique 2016 s’offre également un des défis sportifs les plus excitants de sa jeune carrière.

Paris peut ainsi lui offrir tout ce que Barcelone ne peut lui offrir : une sortie de sa zone de confort, avec en prime un rôle de leader dans une équipe qui cherche coûte que coûte à remporter la Ligue des Champions. La perspective d’être la tête d’affiche du projet, entouré de ses plus proches coéquipiers et compatriotes l’a séduit.

À court terme, le choix peut être très discutable : en restant au Barça le crack brésilien avait plus de chances de remporter la coupe aux grandes oreilles, dans une équipe plus compétitive et avec un nouveau souffle emmené par l’arrivée de Valverde. En rêvant même un peu plus, il aurait également pu prétendre au ballon d’or 2018 en cas de performance du Brésil en Russie. À un peu plus long terme cependant, on peut très bien imaginer que le PSG continuera ses investissement et construira son équipe autour de sa star. De quoi marquer l’histoire.

Et le Barça dans tout ça ?

Depuis l’annonce du départ de Neymar, le Barça s’active fortement en coulisses et a lancé plusieurs pistes. L’objectif est double : d’un côté compenser sportivement la perte de son numéro onze, qui ne peut tout simplement pas être remplacé poste pour poste sans y perdre qualitativement ; de l’autre ne pas perdre la face politiquement, alors que les dirigeants sont déjà fragilisés et critiqués pour leur mauvaise gestion depuis plusieurs mois.

En effet, le club blaugrana devra apporter une réponse forte. La « junta directiva », critiquée depuis plusieurs mois aussi bien pour sa mauvaise gestion sportive que financière est aujourd’hui sous le feu des projecteurs. Certains, via le hashtag #ViaForaBartomeu réclament même le départ pur et simple des dirigeants. Joan Laporta, ancien président emblématique du Barça, a même récemment déclaré que « le départ de Neymar était une preuve de plus de l’incompétence des dirigeants, qui avaient secrètement besoin de vendre Neymar à cause des mauvais résultats financiers ». La pression se fait de plus en plus forte et il faudra donc marquer les esprits dans cette fin de mercato. Cela passera probablement par le recrutement d’au moins deux joueurs phares, afin de renforcer leur position, au moins jusqu’à la fin de la saison, en espérant des résultats.

Sportivement, il est évidemment impossible de réaliser une plus valus sportive en le remplaçant poste pour poste. Cependant son départ peut être bénéfique au club catalan, qui pourrait profiter de « l’explosion » de son trio pour retrouver une identité de jeu perdue depuis quelques années, et qui s’est accentuée sous Luis Enrique. Ernesto Valverde pourrait d’ailleurs aller dans ce sens, et les premiers matchs de préparation ont montré des signes encourageants. Tout dépendra donc du profil des joueurs qui viendront renforcer le club catalan.

Option n°1 : revenir aux sources (Coutinho + un milieu)

Ce n’est pas l’option la plus probable mais certainement la plus « radicale » pour retrouver un style de jeu made in Barcelone. Coutinho, qui est devenu la priorité numéro un du mercato depuis l’échec Verratti est aujourd’hui l’arrivée la plus avancée selon les medias catalans, alors le Barça souhaitait même finaliser l’opération avant le trophée Gamper face à Chapecoense, qui se déroulera ce soir. Dans un scenario où le Barça décidait donc de ne pas recruter de « crack » supplémentaire, le joueur de Liverpool viendrait récupérer le poste d’ailier gauche laissé vacant par son ami d’enfance.

Le profil du brésilien permettrait ainsi de revenir aux bases d’un jeu qui s’est un peu perdu lorsqu’il avait fallu s’adapter aux qualités de son compatriote. Plutôt qu’un second attaquant apportant de la verticalité et du déséquilibre par les dribbles, Coutinho pourra officier comme « meneur excentré ». Un jeu moins instinctif, parfois moins spectaculaire mais beaucoup plus posé et réfléchi, qui correspond mieux à l’identité du club. Un jeu qui permettrait également aux anciens de la Masia, comme Denis Suarez, Deulofeu, Samper ou encore Aleña, qui ont l’ADN Barça dans la peau, de se faire une place de choix dans la rotation.

Au milieu, le Barça pourrait donc en profiter pour faire venir un profil de milieu plus « contrôleur », qui manque énormément depuis le départ de Xavi. Étudiée en début de mercato, la piste Jean-Michael Seri pourrait être une alternative tout à fait crédible. Le milieu ivoirien, dont l’idole est d’ailleurs Xavi, possède selon l’Equipe une « clause de valorisation » aux alentours de 40 millions. Mais Lucien Favre ne veut pas s’en séparer et l’OGCN dispute les barrages de LDC, ce qui pourrait retarder un éventuel transfert jusqu’à fin aout.

Option n°2 : le présent et le futur (Coutinho + Dembele)

Ce second scénario, dans lequel on retrouve une nouvelle fois Coutinho, donc l’arrivée est actuellement la plus probable, est celui vers lequel semble se diriger le FC Barcelone, à en croire les medias catalans. Aux côtés du meneur brésilien débarquerait donc un deuxième « crack ». Parmi les noms cités, c’est le profil d’Ousmane Dembele qui a revient le plus souvent. Déjà courtisé l’été dernier, le joueur avait décidé de rejoindre Dortmund mais avait signifié aux dirigeants catalans qu’il jouerait un jour pour le Barça. Une saison époustouflante plus tard, il faudra faire face à une multiplication de son prix par quasiment dix.

Avec deux joueurs de ce calibre, deux options s’offriraient alors à Valverde. La première, rester en 4-3-3. Cela signifierait probablement de sacrifier Iniesta pour l’équilibre de l’équipe. À l’image de Xavi lors de sa dernière saison au club, le capitaine catalan, en fin de contrat, se contenterait donc de bouts de matchs afin d’assurer une transition en douceur. Problème : la coupe du monde approche et risque d’être le dernier grand défi de la carrière d’Iniesta, qui ne se contenterait pas d’un rôle de joker même s’il faudra faire attention à son physique.

Coutinho se positionnerait donc dans l’entrejeu, alors que Dembele prendrait l’aile gauche. Le profil de l’international français serait un bon compromis entre celui de Neymar et celui de meneur excentré. Capable de déséquilibrer n’importe quelle défense par ses dribbles, l’ancien rennais est encore extrêmement jeune et a les qualités nécessaires pour adapter son jeu à celui de Barça. Mais là aussi, problème : si Dembouz a déjà évolué à ce poste et qu’il est relativement ambidextre, le rôle d’ailier à Barcelone nécessite généralement des faux pieds.

Valverde pourrait alors opter pour un passage en 4-2-3-1. Ce système aurait alors l’avantage de repositionner Messi dans l’axe. Les prémices de ce repositionnement se sont aperçus lors des matchs de préparation, notamment en phase défensive, Luis Suarez ou Alcacer compensant le repli défensif sur l’aile droite.

Option n°3 : rester dans la style actuel (Mbappé + un milieu)

C’est le scénario le moins probable. Car si Kylian Mbappé souhaite quitter la Principauté et que les Blaugranas ont déjà rencontré ses représentants, le dossier semble être moins prioritaire que les pistes Coutinho et Dembele. Le profil du monégasque possède néanmoins l’avantage de rester dans l’esprit de ce qui a été travaillé lors de la préparation : le champion de France remplacerait Neymar poste pour poste dans un rôle de second attaquant, tantôt à hauteur de Suarez, tantôt collé à la ligne de touche, briseur de défense ou finisseur ; un rôle qui avait souri à Neymar lors de la tournée américaine (3 buts et 2 passes sur les 6 inscrits par le Barça), et qui  sembler coller au profil et aux qualités de Mbappé, qui avait déjà évolué à ce poste lors de l’Euro U19 l’année dernière.

Cependant, Monaco évalue aujourd’hui son crack à environ 180 millions, et ce n’est pas le genre de la maison de céder dans les négociations, alors que le club n’a pas besoin de liquidités supplémentaires. À ce prix, il faudrait rajouter une taxe supplémentaire car en Espagne la principauté monégasque est considérée comme un paradis fiscal, faisant donc monter le transfert à plus de 200M€. Si le Barça peut désormais se permettre cette folie, elle serait d’une part déraisonnable pour un joueur qui n’a joué que cinq mois au très haut niveau, et ne permettrait probablement pas, d’autre part, de recruter un second « top joueur ». Le club pourrait alors se rabattre sur un joueur moins coûteux capable d’apporter une plus valus sportive à l’équipe. Comme cité plus haut, le profil de Seri pourrait correspondre.

Comme souvent depuis leur arrivée à la tête du club, les dirigeants du FC Barcelone seront donc dans la réaction. Après avoir vu filer la plupart des jeunes cracks de Liga du côté du Real Madrid sans broncher, le Barça doit faire face au départ pour le moins inattendu de son crack brésilien. Les fans catalans attendent désormais une réponse forte, mais qui ne devra pas être précipitée : elle doit résulter d’une réflexion sportive, et permettre aux Blaugranas de retrouver le jeu qui a fait leur légende. Ils ont le choix et les moyens d’y parvenir, même si le temps presse : le Barça retrouvera le Real dès dimanche pour le match aller de la Supercoupe d’Espagne.