[Débat] Pourquoi les footballeurs doivent entrer au Panthéon

« Monsieur le Président, je vous écris une lettre que vous lirez peut-être, si vous avez le temps » chantait Boris Vian dans ‘’Le Déserteur’’. Ne visons pas les étoiles, ce n’est pas l’homme le plus puissant du pays que je cherche à apostropher mais bien amener une réflexion collective sur le sujet, quoi que…

Incessamment sous peu, Simone Veil devrait faire son entrée au Panthéon, aux côtés des Hommes dont la « Patrie est reconnaissante » pour les actes qu’on leur connaît.  Ce n’est absolument pas cette décision que je conteste, loin de moi cette idée. Mais quand il apparaît que certains hommes d’Église reposent au bout de la rue Soufflot pour avoir accompli avec brio des missions commandées par papes et évêques en tout genre, il semble presque aberrant que des Français ayant apporté beaucoup à leur Nation tant sur le plan social qu’économique, voire même politique ne soient même pas conviés à y reposer.

Raymond Kopa, par exemple, décédé cette année n’est-il pas la parfaite image de la méritocratie française, véritable emblème de notre pays ? Fils d’immigrés polonais, c’est son talent qui lui a jadis permis de remporter un Ballon d’Or, plus haute distinction footballistique en 1958 ainsi que trois Ligue des Champions avec l’un des plus grands clubs de tous les temps, si ce n’est le plus grand, le Real Madrid.

En plus de cela, il a le ‘’profil’’ du footballeur exemplaire selon l’opinion publique. Un homme simple, qui ne vivait pas en pleine période du ‘’foot-business’’ et qui faisait l’unanimité parmi les spécialistes de l’époque mais aussi actuels. Alors pourquoi pas lui ? Notre président se prétendant amoureux du foot n’aurait-il pas là une occasion en or d’envoyer un message politique fort ? Vous avez beau être enfant d’immigré et considéré comme un gros débile payé pour taper dans un ballon, ce que vous donnez à la France, elle vous le rend au centuple. Mais Raymond Kopa n’est pas seul (heureusement).

Zinedine Zidane, parlons-en. Lui aussi, immigré. D’ailleurs, un instant, si ce ne sont que des immigrés qui sont pris en exemple, c’est d’une part car ils sont les footballeurs les plus talentueux de l’Hexagone et d’autre part car l’histoire de la France est marquée, de l’Antiquité à nos jours, par l’immigration ; ce n’est donc en aucun cas un jugement de valeur. Revenons à Zizou. D’origine algérienne,  il est l’un des tous meilleurs footballeurs de l’histoire. Avec un Ballon d’Or, des Champions League aussi bien en tant que coach que joueur et grand artisan de 98, il est une icône du foot français à travers le monde. Des quartiers nord de la cité phocéenne au centre d’affaires Chamartin de la capitale espagnole, il a largement participé à la culture au rayonnement culturel de la France à travers le monde. Même économiquement, si une simple pub plutôt kitch de 1998 pour Leader Price semble parfaitement anodine, la côte de popularité de l’enseigne n’a cessé de croître jusqu’alors ; sixième enseigne française en 1995, elle gagne deux places en 1999 et est troisième en 2015.

En permettant une augmentation du chiffre d’affaires de la marque, il a indirectement permis une hausse de la production nationale et donc du PIB : de l’assise commerciale de la France dans le monde. Politiquement, les joueurs de foot français s’engagent aussi. Continuons avec France 98 et avec Lilian Thuram. Alors oui, ce n’est pas le plus grand footballeur que la France ait connu. Mais il est l’un des seuls de cette génération à  ne pas avoir mal tourné, si on juge l’expression opportune. Caractérisé par un fort engagement politique, il a notamment dénoncé Nicolas Sarkozy qui avait qualifié les jeunes de banlieue de « racailles qu’il faut nettoyer au karcher ». Le football a alors fait office de véritable contre-pouvoir. En plus de cela, il a créé une fondation à but humanitaire dont le vivre-ensemble est le maître mot.

Espérons maintenant que les footballeurs soient reconnus comme des « grands Hommes qui ont mérité la reconnaissance nationale » à l’image d’un certain Eusébio intronisé au Panthéon portugais il y a maintenant deux ans.

Crédits photos : AFP PHOTO / FRANCOIS NASCIMBENI

4-4-2 losange et presunto comme exutoires.