2

Prodige Marseillais, Jérémie Boga fit beaucoup parler de lui lorsqu’il décida de rallier Londres et Chelsea à seulement 12 ans. Il fit ses classes dans l’un des meilleurs centres de formation au monde, et ses performances sous la tunique Blue ne laissèrent personne indifférent. Prêté successivement à Rennes, Grenade, et enfin Birmingham, Jérémie a une faim de loup, et compte bien s’imposer définitivement dans l’élite, et éclabousser de son talent le monde entier !

Partir pour mieux revenir ?  

Jerémie, tu évolues maintenant à Birmingham, peux-tu nous raconter ton parcours de footballeur ?

J’ai commencé tout petit à l’ASPTT Marseille, où j’ai joué 5-6 ans. Après j’ai eu la chance de pouvoir faire un essai à Chelsea, tout s’est bien passé, et comme mon père habitait déjà à Londres, ça a facilité les choses. J’ai donc eu la chance d’aller là-bas à l’âge de 12 ans. J’y ai fait ma formation jusqu’à 18 ans. Depuis 2015, j’ai enchaîné deux prêts avec une saison à Rennes et la saison passée à Grenade en Espagne.

Tu viens tout juste d’être prêté, quel est ton ressenti après avoir signé pour Birmingham, penses-tu que c’est le club idéal pour progresser ?

J’étais très heureux, cela reste un club avec un gros nom en Championship, cela va être un nouveau challenge pour moi de jouer là-bas étant donné qu’il y a beaucoup de bonnes équipes dans ce championnat. Je vais donner le maximum de moi-même et on verra bien.

Avais-tu d’autres propositions ? Comment trouves-tu le niveau du Championship ?

Oui j’avais d’autres propositions, notamment en Championship et dans d’autres pays, mais avec ma famille, on a pensé que c’était le meilleur projet sportif pour moi.
Franchement le niveau est bon, je m’attendais déjà à ce que ce soit dur, c’est un championnat réputé pour être dur, physique, avec beaucoup de jeu offensif et de côté-là je n’ai pas été surpris. Il y a beaucoup d’équipes qui se battent pour monter en Premier League donc ça rend le championnat intéressant.

Tu as été prêté du côté de Rennes, que retiens tu de cette expérience ? Comment as-tu trouvé la Ligue 1 ?

C’était ma première saison professionnelle. Franchement pour une première saison je pense que ça a été assez correct, j’ai beaucoup appris même s’il y a eu des périodes un peu plus compliquées où je ne jouais pas. Je ne retiens que du positif de cette expérience rennaise, d’autant plus que je regarde souvent la Ligue 1, c’est un championnat que j’admire.
Honnêtement c’est un bon championnat, il y a beaucoup de talents et de joueurs techniques et je pense que la Ligue 1 progresse de plus en plus. C’est une ligue intéressante.

Lors de ton aventure rennaise, tu as croisé la route d’un certain Ousmane Dembélé, que peux-tu nous dire sur le prodige français ?

Je pense que tout le monde voit qu’il a un énorme talent. J’ai pu le côtoyer à Rennes aux entraînements et en matchs… C’est vraiment un crack, il a tout pour aller le plus haut possible. Je ne lui souhaite vraiment que du bonheur et il mérite tout ce qui lui arrive.

Tu as été prêté à Grenade. Malgré la relégation, gardes-tu des bons souvenirs de ton aventure espagnole ? Comment jauges-tu le niveau de la Liga ? As-tu progressé en te frottant aux meilleures équipes et joueurs du monde ?

Personnellement je pense que j’ai beaucoup appris dans mon jeu. Le fait d’avoir pu jouer contre des grandes équipes et des stars mondiales comme Messi et Ronaldo est un rêve de gosse pour tous ceux qui jouent au foot donc je pense que je ne pouvais pas rêver mieux.
C’était une saison compliquée pour toute l’équipe, et malgré la relégation je garde des bons souvenirs, c’était une bonne expérience.
Je pense que ça m’a fait énormément progresser. Lorsque tu joues contre le Barça ou le Real tu dois être au top de ton jeu et malgré nos résultats décevants, je pense tout de même avoir montré un peu mon talent. Dans ce championnat tu ne peux que t’amuser et t’améliorer.

Tu as récemment opté pour la sélection ivoirienne, qu’est-ce que cela t’inspire ? Est-ce que le mondial 2018 est dans un coin de ta tête ?

C’est un rêve de pouvoir représenter la Cote d’Ivoire. Pour moi la sélection ivoirienne c’était le choix du cœur et c’est un honneur pour moi de pouvoir suivre les traces de joueur comme Yaya Touré ou Didier Drogba, deux exemples de la Cote d’Ivoire et du football.
C’est clair que c’est dans un coin de ma tête, chaque joueur de football rêve de disputer une Coupe du Monde avec son pays donc oui j’y pense, c’est un objectif pour moi.

En tant que supporter de l’OM, quel regard portes-tu sur leur début de saison ? Le Champions Project ? Te verrais-tu un jour évoluer pour l’OM ?

Oui je serai toujours supporter de l’OM, ça c’est sûr. J’ai suivi leur début de saison, c’est vrai que c’est un nouveau projet avec l’OM, mais voilà je ne me fais pas de soucis pour eux, faut leur laisser du temps et je pense qu’ils vont faire une très bonne saison. Tout projet a besoin de temps, ce n’est pas en une seule saison qu’on peut être champion ou que tout se réalise, donc je pense qu’avec le temps ça va aller de mieux en mieux.
Et pourquoi pas jouer à l’OM si l’occasion se présente, c’est un rêve de gosse vu que je suis né à Marseille.

Tu as récemment prolongé avec Chelsea, comptes-tu t’y imposer dans les prochaines années ? Qu’est-ce que représente Chelsea à tes yeux ?

A mes yeux, Chelsea est un des meilleurs clubs du monde. Je suis actuellement en prêt à Birmingham, mais c’est un objectif pour moi de revenir à Chelsea pour m’y imposer et je vais tout faire pour prouver aux gens que j’ai le niveau pour jouer à Chelsea dans les prochaines années à venir.

Comment pourrais-tu décrire tes années de formation à Chelsea ? Quelle est la force de ce centre de formation hautement estimé ?

C’est un ensemble de bonnes choses qui font que le centre de formation de Chelsea est top. Les coachs sont vraiment très bien, les installations aussi, on a tout pour bien travailler, tout pour être au top de notre forme et progresser. Ensuite durant toutes ces années on a gagné beaucoup de titres : la Youth League, la Youth Cup (la Gambardella anglaise) et je pense qu’à travers ça, on a prouvé que Chelsea était l’un des meilleurs centres de formation du monde, si ce n’est le meilleur. Ces années-là ce n’était que du bonheur, j’ai beaucoup joué et appris, les entraînements étaient parfaits, je ne retiens que du positif de ces années de formation à Chelsea.

Tu as disputé l’intégralité de la préparation avec Chelsea, peux-tu nous parler de la patte Antonio Conte? As-tu progressé au contact de joueurs de classe mondiale comme Fabregas ou Hazard ?

Oui j’ai fait toute la préparation avec Chelsea. J’ai eu beaucoup de temps de jeu, plus que les autres années, j’ai été content de toutes les chances qu’on m’a données et je pense que c’est ça qui m’a permis de faire mes débuts en Premier League. Malheureusement ça a duré seulement 15 minutes (carton rouge de Cahill) mais bon, c’est le football.
Antonio Conte est un entraîneur qui parle énormément, qui aide beaucoup ses joueurs et je l’ai ressenti quand j’étais avec eux. C’est vraiment un grand technicien.
En t’entraînant avec des joueurs de ce calibre, en regardant leurs faits et gestes, leurs déplacements, comment ils voient le jeu, tu ne peux que progresser.

Quelles sont tes inspirations dans le football ? 

Il y a Messi qui est le meilleur joueur du monde, mais aussi Hazard et Ben Arfa, ce sont les trois joueurs que je regarde et qui m’inspirent le plus.

Quels sont tes points faibles où tu dois progresser ?

En tant que joueur on a tous des points faibles. Je pense que j’ai des progrès à faire défensivement, et tactiquement mais je commence à bien progresser là-dessus. Ensuite marquer plus de buts, c’est un de mes objectifs.

Tu as pu jouer en Ligue 1 et en Liga, as-tu remarqué quelques différences entre ces deux championnats ?

Il y a une différence de style… Après j’ai trouvé qu’il y avait beaucoup de joueurs techniques dans les deux championnats. Il y a une grosse différence au niveau des dribbleurs, je trouve qu’il y a plus de techniciens dans la percussion et dans le dribble en France, tandis qu’en Liga, c’est plus dans le jeu de possession, dans les unes-deux, dans les attaques collectives. Ce sont deux très bons championnats, qui se valent de plus en plus, avec toutes les stars déjà présentes en Espagne, et celles qui arrivent de plus en plus en Ligue 1. Il y a de plus en plus de techniciens en Ligue 1, des dribbleurs qui assurent le spectacle.

Selon toi qu’est-ce qu’un Ultimo Diez ?

Un créateur, un technicien qui crée et prend en compte le jeu. Iniesta et Zidane sont les références à ce poste.

 

[Premier League/Liga] Jérémie Boga, à quand la confirmation ?

Photo credits : AFP PHOTO / Ian KINGTON