Back to the 2000’s : Leeds United

Chèr(e)s Diezistas, prenez place dans notre DeLorean pour un voyage dans l’Europe du foot. Notre premier road trip s’arrêtera dans les années 2000’s et sillonnera le Vieux Continent de l’Angleterre à l’Italie, en passant par l’Espagne et l’Allemagne sans oublier notre bonne vieille Ligue 1. Installez-vous confortablement dans votre siège et accrochez vos ceintures, premier arrêt prévu dans le nord de l’Angleterre, à Leeds.  Here we Go #MarioVoice

2000 – 2001 : Leeds United Football Club

A l’orée de cette nouvelle décennie, le club du Yorksire de l’Ouest de l’Angleterre atteint l’apogée de sa progression entamée au cours de la saison 1996-1997 sous la houlette de George Graham. Le manager écossais a eu le nez creux dans son recrutement, à l’image l’attaquant Jimmy Floyd Hasselbaink, et dans l’identification de jeunes talents de l’académie. Alan Smith en est l’illustration la plus probante.

Après avoir réussi à qualifier le club du nord de l’Angleterre pour la Coupe UEFA à l’issue de la saison 1997-1998, l’entraineur estimant être arrivé à la fin de son cycle décide de rejoindre Tottenham. C’est le technicien Irlandais David O’Leary qui prend place sur le banc d’Elland Road.

Le nouveau coach et ancien joueur des Peacocks capitalise sur le travail de son prédécesseur et réussit à hisser son équipe sur la dernière place du podium de la Premier League seulement deux ans après son arrivée. Ce classement est synonyme de qualification pour la plus prestigieuse des compétitions européennes. Au cours de cette même saison les Whites réalisent un beau parcours en coupe de l’UEFA, sortis en demi-finale par le futur vainqueur de la compétition : le Galatasaray de Taffarel, Hagi et autres Hakan Sükür. Le match retour est ponctué d’un drame puisque deux supporters anglais sont poignardés en marge de la rencontre à Istanbul.

En 2000-2001, Leeds joue donc la Ligue des Champions. A l’époque la formule était assez floue et compliquée. Explications :

Les 32 équipes qualifiées sont réparties en 8 groupes de 4 équipes. Les 2 premières équipes sont reversées dans la deuxième phase de poules (4 groupes de 4 équipes), les troisièmes sont reversées en Coupe de L’UEFA. A l’issue de ce second mini championnat, les deux premiers sont qualifiés pour les quarts de finales et les matchs à élimination directe démarrent enfin…

Au premier tour, Leeds se trouve dans la poule H en compagnie du Milan AC, du FC Barcelone et de Besiktas. Lors du tirage au sort les consultants et bookmakers voyaient le club du Yorkshire finir à la troisième place. Que nenni, les anglais parviennent à se hisser à la seconde place du classement en devançant l’un des favoris de la compétition à savoir le FC Barcelone, emmené par son armada Oranje et le Maestro Rivaldo. Malgré une lourde défaite au Camp Nou, Leeds a failli prendre sa revanche au match retour et a réussi à ne pas perdre sur la double confrontation contre le Milan AC (merci Dida) et à effacer le déficit du goal-average avec un set blanc contre les turcs.

Dans la seconde phase de poule la team de Rio se retrouve en compagnie du Real Madrid, de la Lazio et d’Anderlecht. Leeds parvient une nouvelle fois à déjouer les pronostics en devançant le club italien (qui tient dans ses rangs des noms ronflants comme Crespo, Nedved, Claudio Lopez, Stankovic et Mihajlovic) et arrive à se hisser à la seconde place du groupe qualificative pour les quarts de finale. Lors de cette phase de poule le match marquant sera celui contre la Lazio ponctué par un florilège de buts. La preuve en images.

En quart de finale, Leeds hérite d’une nouvelle équipe plus forte sur le papier en l’occurrence le Deportivo La Corogne. Les galiciens impressionnent l’ensemble des observateurs avec leur jeu léché dont les VRP se nomment Tristan, Makaay, Valeron, Fran ou encore Pandiani. Le retour étant au Riazor, les chances de qualification pour le dernier carré sont maigres. Mais ça c’était sans compter sur les ressources insoupçonnées des Whites qui ont su s’appuyer sur le 12ème homme et remporter la première manche sans frioriture : 3-0, circulez y’a rien à voir.

En demi finale la belle histoire s’arrête et Leeds ne jouera pas la finale à San Siro puisqu’elle chutera face une belle équipe valenciane qui s’inclinera en finale aux tirs au but contre le Bayern Munchen. Après un match nul prometteur à domicile 0-0, les anglais chuteront lourdement à Mestalla 3-0.

Les joueurs clés de cette épopée :

  • La doublette Wallabie : Transfuge du Celtic où il enfilait les buts comme des perles, Viduka a rejoint son compatriote Harry Kewell qui était déjà installé dans le Yorkshire depuis. La doublette a fait des étincelles sur le front de l’attaque même si le rendement du second cité a été pénalisé par des blessures à répétition.
  • Olivier Dacourt : le Frenchie été une pièce importantissime du plan de jeu de David O’Leary puisqu’il colmatait à merveille les brèches dans l’entrejeu. Son volume et son impact physique ont fait de lui l’une des coqueluches d’Elland Road
  • Rio Ferdinand : arrivé dans le Yorkshire avec transfert historique faisant de lui le joueur le plus cher d’Angleterre, Rio rejoindra le voisin de Manchester United pour une nouvelle fois un transfert record, des chiffres à la hauteur du talent de cette légende du foot anglais.

Menottiste je dirais même plus Bielsiste bref l'amour m'a rayé comme le maillot de l'Argentine