[Ligue 1] Comment le Stade rennais peut-il se relancer ?

Le Stade rennais revient de loin. Plongé dans la crise à la mi-octobre, le club est aujourd’hui à la dixième place. Malgré 3 victoires consécutives en Ligue 1, le président René Ruello et l’entraîneur Christian Gourcuff n’ont pas sauvé leur peau. Ils ont été respectivement remplacés par Olivier Létang et Sabri Lamouchi. Ce dernier s’est montré discret jusqu’à présent, ne souhaitant pas « tout révolutionner ». Comment et pour qui les choses peuvent-elles changer à Rennes sur le court terme ?

Christian Gourcuff n’aura pas laissé une belle empreinte à Rennes en un peu plus d’un an. D’abord, une huitième place en Ligue 1. Puis un début de saison catastrophique avec une victoire en neuf matchs. Et dans tout cela, un fond de jeu insipide et des supporters mécontents. Néanmoins, il est celui qui a incité l’actionnaire François Pinault à investir cet été. Au total, pas moins de 37M€ dépensés. Cet ambitieux mercato pourrait offrir à Sabri Lamouchi quelque chose sur lequel s’appuyer.

Des joueurs qui ont faim

 

Avec une moyenne d’âge d’à peu près 24 ans, l’effectif du Stade Rennais était construit sur la base d’un projet dont l’objectif était clair : la coupe d’Europe. Un objectif qui semble difficilement accessible après le mauvais départ des Rouge et Noir. Pourtant, c’est l’Europe que Brandon (22 ans) mentionnait lorsqu’il signait en provenance de Majorque. Ce dernier n’a disputé qu’un seul match sous Gourcuff : une titularisation à Montpellier et le but de la victoire. Acheté 3 millions d’euros, l’Espagnol aura-t-il enfin sa chance avec Sabri Lamouchi ? Une chose est sûre, il n’attend que ça après avoir refusé le Real Madrid et le Barça il y a quelques mois.

Brandon va-t-il enfin avoir du temps de jeu avec Rennes ? Crédit : A.Réau / L’Equipe

 

Wahbi Khazri (26 ans), lui aussi, joue une saison cruciale dans sa carrière. Son objectif : arriver en forme pour la Coupe du Monde 2018 avec la Tunisie. Enfin Jérémy Gélin (20 ans, formé au club) et Afonso Figueiredo (24 ans) se sont montrés convaincants en sortie de banc lors des derniers matchs précédant le départ de Gourcuff. De quoi espérer un temps de jeu grandissant sous leur nouveau coach.

Le devant de la scène

 

L’arrivée d’un nouvel entraîneur peut aussi impliquer des nouveautés tactiques. L’éternel 4-4-2 de Gourcuff survivra-t-il ? Lamouchi n’a pas encore donné d’indices sur son futur schéma préférentiel, mais une redistribution des cartes pourrait avoir lieu. Qui sera sous le feu des projecteurs ? Benjamin André réalise un début de saison « remarquable » selon son nouvel entraîneur. A 27 ans, il s’installe comme le patron du Stade Rennais. Interceptions, passes, duels gagnés (88, seuls Lasne de Montpellier et Neymar en ont gagné plus que lui cette saison en Ligue 1). Bien qu’il possède un profil relativement défensif, il pourrait être une pierre angulaire dans l’équipe de Lamouchi. Ce dernier pourra aussi compter sur Benjamin Bourigeaud, dynamiteur offensif des Bretons. Pour sa première saison en Ligue 1, l’ancien Lensois de 23 ans s’éclate : 4 buts, 2 passes décisives et 24 passes clés, le meilleur total de Ligue 1 derrière Malcom et… Neymar. Ses débordements sur le côté droit sèment la pagaille dans les défenses adverses. Lyon et Marseille ont déjà goûté à sa frappe du droit cette saison. Bourigeaud est le plus gros talent actuellement disponible entre les mains du coach rennais.

Gnagnon, Bourigeaud et André, les hommes forts de Rennes. Crédit : www.staderennais.com / Ouest Médias

 

En effet, Bourigeaud est disponible, au contraire d’Ismaïla Sarr. Le Sénégalais ne devrait pas revenir à la compétition avant fin décembre. Sa blessure fut un sacré coup dur pour Rennes. Il a disputé l’intégralité des six rencontres de Ligue 1 avant sa blessure infligée par Téophile-Catherine. Sa vitesse couplée à son aisance balle au pied et à sa précocité (19 ans) laissent imaginer un avenir brillant. Inarrêtable, il est le joueur à avoir subi le plus de fautes (24) en Ligue 1 après les six premières journées. De plus, son déchet est extrêmement limité pour son âge : 6 tirs cadrés sur 9 tentés, 82% de passes réussies. Avec Sarr à gauche et Bourigeaud à droite, le SRFC peut frapper de n’importe où. Mais Lamouchi pourrait même surprendre son monde en relançant Yoann Gourcuff, dont le retour semble imminent. Un 4-2-3-1 ? Quoi qu’il en soit, il semble inenvisageable de toucher aux joueurs de couloir.

Qui va sombrer ?

 

Tout n’est pas rose à Rennes cette saison, et tout ne le sera pas d’ici à mai. Des joueurs passeront à la trappe. Ils y sont même déjà un peu passés. Morgan Amalfitano le premier. En 6 matchs dont 2 titularisations, le milieu de terrain profitait de l’affection que lui porte Gourcuff, qui en avait fait un incontournable à Lorient pendant 3 ans. Mais les faits sont là : Amalfitano n’a jamais participé à une victoire de Rennes. Une fois sorti de l’effectif, Rennes a enchaîné 4 victoires toutes compétitions confondues. Coïncidence ? Peut-être. Mais à 32 ans, l’avenir de l’ancien Marseillais semble compromis en Bretagne.

Le dernier match de Léa Siliki face à Bordeaux fut de loin le plus abouti. Crédit : www.staderennais.com / Ouest Médias

 

James Léa Siliki, lui, a le temps de voir venir. Milieu formé au club lors de ses deux dernières années juniors, il cherche son rythme depuis le début de saison, sa première dans le groupe pro. Le jeune (21 ans) joueur a enchaîné les prestations de piètre qualité avant le dernier match précédant la trêve, face à Bordeaux. La particularité ? Il a évolué au poste où il a été formé : milieu axial, et non latéral. Pour sa troisième titularisation en ligue 1, Léa Siliki s’est imposé dans l’entrejeu en contrecarrant les plans bordelais et en prenant de la confiance sur le plan offensif (premier tir cadré du match à l’heure de jeu). Était-ce le déclic dont il avait besoin ? Si Prcic ne revient pas rapidement de blessure, le natif de Sarcelles aura de nouveau sa chance sous Lamouchi et devra poursuivre sur la même voie aux côtés du capitaine Benjamin André. Enfin, Ramy Bensebaini peut aussi avoir quelques sueurs froides. Pas toujours irréprochable, le défenseur central devra se mettre au niveau de son compère, Gnagnon, s’il ne veut pas goûter au banc. Comme dit plus haut, Gélin et Figueiredo poussent pour se frayer une place de titulaire.

Bien sûr, personne ne s’attend à ce que Sabri Lamouchi réalise des miracles à Rennes. Mais il hérite d’un groupe jeune et ambitieux qu’il doit tirer vers le haut, notamment de par sa grande expérience en tant que joueur. Au vu du début de saison désastreux de Rennes, une place dans la première partie de tableau ne serait pas accueillie comme une déception. Mais il s’agit avant tout de proposer quelque chose aux joueurs, aux supporters et au reste du monde. Il s’agit de raviver la flamme. Avec Olivier Létang à la tête du club, Rennes espère un mercato estival (ou hivernal ?) à la hauteur des ambitions affichées l’été dernier. Le projet peut-il survivre ? Début de réponse ce samedi à 20h à Strasbourg.

 

Photo credits : AFP PHOTO / DAMIEN MEYER

J'aime beaucoup le foot. Et Marco Verratti. Surtout Marco Verratti.

Laisser un commentaire