L’incroyable ascension d’Umut Bozok, le meilleur buteur de Ligue 2

Vous avez tous entendu parler de lui ces derniers jours, et c’est normal ! La stat qui tue : trois triplés consécutifs lors de ses trois derniers matchs à domicile ! Umut Bozok est depuis quelques semaines dans une forme étincelante. Son club, le Nîmes Olympique, doit en partie sa 2ème place au classement aux performances du jeune international espoir turc. Portrait du meilleur buteur de Ligue 2.

Non conservé par Metz, mais Marseille consola…

C’est du côté de la Moselle, au FC Metz que l’aventure commence. Arrivé à l’âge de 15 ans, Umut Bozok enfile les buts avec son club jusqu’en U19. Metz décide, contre toute attente, de ne pas le conserver. Sans club, l’agent du jeune joueur était entré en contact avec le club de Marseille Consolat, mais sans jamais avoir de réponse pour son client. Puis un coup du destin lui permet finalement de rejoindre l’équipe entraînée par Nicolas Usaï lors de la saison 2016/2017. Un attaquant à l’essai met un faux plan au club et Umut Bozok est finalement appelé pour participer au stage de préparation.

C’est auprès de mecs comme David Gigliotti (ex Ligue 1) ou bien Julien Lopez (le frère de Maxime, actuellement au Paris FC) que le jeune espoir franco-turc va véritablement se faire remarquer. Pourtant, la machine a mis du temps à se mettre en route. Il marque pour la première fois après 7 journées de championnat, mais termine finalement meilleur buteur avec 17 réalisations en 32 matchs. A l’issue de la saison, le second club de Marseille manque de très peu la montée en Domino’s Ligue 2. A égalité de points avec le troisième, le Paris FC mais avec une différence de but légèrement inférieure, Marseille Consolat reste en national, mais pas Bozok !

Déjà le meilleur attaquant de Ligue 2 !

Le 1er juillet 2017, convaincu par le discours des dirigeants, il débarque au Nîmes Olympique malgré l’intérêt de Clermont. Un choix payant pour Umut Bozok car les Crocodiles occupent actuellement la 2ème place du podium en championnat. Nîmes reste sur 5 victoires (pour une défaite) sur les 6 derniers matchs et possède la meilleure attaque de Ligue 2 avec 35 buts (en 16 matchs). C’est entouré de l’international marocain Rachid Alioui ou encore de Romain Del Castillo (prêté par l’OL) et du grec Panagiotis Vlachodimos que le jeune crack s’épanouit en Domino’s Ligue 2.

Rapide et puissant, Umut Bozok peut aussi bien jouer en pivot que prendre la profondeur. C’est également un joueur doué techniquement et redoutable face au but (en témoignent ses excellentes stats). En ayant déjà scoré 13 fois cette saison (35% des buts nîmois), il est actuellement seul en tête du classement des buteurs. Il devance Lebo Mothiba, le jeune attaquant sud-africain de Valenciennes prêté par Lille, et le milieu sochalien Florian Martin, tous deux à 8 buts. Le plus impressionnant dans tout cela, c’est l’état de forme actuel du jeune attaquant. Il a inscrit son troisième triplé de suite à domicile vendredi dernier face à Bourg-en-Bresse.

Il compte également quelques sélections avec les espoirs turcs, avec lesquels il participe aux qualifications pour l’Euro U21. Pour autant, il ne ferme aucune porte et se verrait bien revêtir le maillot de la France. Interrogé par RMC le samedi 25 novembre dernier, il déclarait :

« Je suis compétiteur. Aujourd’hui, la sélection turque joue les qualifications pour l’Euro. Ça ne se passe pas très bien. Je pense que la qualification va être assez compliquée. Mais on y croit toujours. Le but, c’est de frapper à la porte des A. Mais je ne ferme pas la porte à l’équipe de France. Je suis Français, j’ai 21 ans, je peux encore être appelé avec les Espoirs. Il reste beaucoup de travail à accomplir mais j’y crois et je continuerai de travailler ».

Dans le même temps, il avouait avoir un petit faible pour l’Olympique Lyonnais. Ses déclarations avaient valu un tweet sympa de la part de Jean-Michel Aulas, même si son club de cœur reste Galatasaray. Les prestations récentes d’Umut Bozok lui permettent clairement de viser plus haut et les clubs de Ligue 1 doivent déjà avoir un œil sur lui. Il pourrait compléter la liste des attaquants turcs ayant évolué dans notre championnat, et tenter de faire mieux que Mevlut Erding (révélé à Sochaux puis passé par Paris, Rennes, Saint-Étienne, Guingamp et qui évolue aujourd’hui au FC Metz) ou encore l’ex-attaquant toulousain Umut Bulut (dont le but face à Lyon et Hugo Lloris reste bien évidement gravé dans nos mémoires malgré la défaite de son équipe).

Et pourtant, c’était loin d’être gagné !

Quand il était plus jeune, Umut Bozok ne s’imaginait pas arriver jusqu’en Dominos Ligue 2. En août dernier, il déclarait pour So Foot :

« Au foot, j’y allais plutôt pour me faire plaisir. Je jouais en équipe 3. Je n’étais pas vraiment le gars sur qui on comptait parce que j’étais petit et un peu gros. Je n’étais pas énorme, mais j’avais un petit bide quand même. C’était une période où j’ai arrêté de grandir, et mon pêché mignon, c’était le pain (rires). D’ailleurs, c’est toujours mon gros problème. »

Au tout début, le jeune attaquant au profil atypique ne se concentrait pas pleinement sur le football. Il se consacrait plutôt aux arts martiaux (comme un certain Zlatan Ibrahimovic). Son père l’avait inscrit au karaté et il est ensuite devenu ceinture noire. C’est également un excellent pianiste, il avait commencé la musique étant enfant et son piano ne le quitte jamais. Il faut avouer qu’il se débrouille presque aussi bien avec les mains qu’avec ses pieds. Le piano lui sert dans son quotidien de footballeur puisque c’est un moyen de se contrôler sur le terrain et de garder son calme.

Pour en revenir au foot, Si Umut Bozok continue comme ça avec son club, on pourrait le découvrir en Ligue 1 dès la saison prochaine. « En tout cas on te le souhaite ! ».

 

Crédits photos : Anthony Maurin

Laisser un commentaire