1

Après avoir débuté sa carrière d’entraîneur en Division d’Honneur et être parvenu à grimper tous les échelons, de la DH au CFA 2 puis en CFA, National, Ligue 2 et Ligue 1, Christophe Pélissier est un manager à qui tout réussit. Sur le banc Amiénois depuis 2015 et auteur d’une moitié de saison plus que satisfaisante pour sa première en Ligue 1, l’ancien milieu défensif impressionne le championnat français.

 

Le chiffre : 3

Comme le nombre décisif de points qu’il aura fallu à Amiens lors de l’ultime journée de Ligue 2  la saison dernière pour griller la politesse à Brest et Lens au classement final, permettant ainsi au club picard de valider un ticket d’accession à la Ligue 1 presque inespéré. Une histoire folle pour des Blanc et Noir qui évoluaient encore en National lors de la saison 2015-2016.

Pélissier, tacticien et meneur d’hommes

Malgré un départ lourd de conséquences de Tanguy Ndombele dans les ultimes secondes du dernier mercato estival, l’intersaison a été bien géré. Le coach français a notamment pu compter sur la très précieuse venue de Gaël Kakuta pour renforcer l’animation offensive de son effectif, ainsi que sur l’expérience de Mathieu Bodmer (bien que blessé depuis la 3ème journée), arrivé libre en provenance de Guingamp. Après un début de saison compliqué avec six défaites au compteur au cours de ses huit premiers matchs, Amiens retrouve désormais le sourire. Invaincus depuis six matches et possédant un jeu toujours porté vers l’avant, les Amiénois proposent un spectacle audacieux et remuant. Une dynamique qui a surtout commencé depuis le succès acquis face à Bordeaux en octobre dernier, tel qu’en témoigne Pélissier.

«Je crois qu’il y a eu une prise de conscience après la victoire face à Bordeaux. Les joueurs ont compris que si on donnait le maximum on pouvait accrocher les grosses équipes.»

Et accrocher les grosses équipes, Amiens l’a déjà fait plus d’une fois cette saison. Au-delà des trois points empochés face aux Girondins, les coéquipiers de Manzala l’ont emporté face à Nice (3-0) fin août, et sont parvenus à tenir tête au grand Monaco (1-1) il y a quelques jours, après une prestation de très haute volée contre les « stars » de Jardim. Car oui, autant se l’avouer, niveau standing, les joueurs d’Amiens ce n’est pas la même que les monégasques. Après quelques semaines seulement dans l’élite, Pélissier a su instaurer un véritable esprit de conquérants dans la tête de ses joueurs. Et quand on sait que nombre de ses hommes étaient déjà avec lui en National, et sont désormais acclimatés aux exigences de la L1, il y a de quoi tirer notre chapeau. Une réelle satisfaction pour le coach de 52 ans qui jubilait après le succès des siens acquis face au LOSC (3-0) le 20 novembre dernier.

« C’est une prestation de haute volée, une victoire méritée. Quand on marque au retour des vestiaires, il n’y a plus qu’à attendre qu’ils se cassent les dents sur nos transitions. Ce succès est validé surtout par l’état d’esprit des joueurs. »

Avant hier, le coach Revélois en remettait même une couche après que ses hommes soient venus à bout du FC Metz (2-0) :

« C’est notre ADN d’être une équipe très solidaire. Attaquer à 11 mais également défendre à 11. »

Vous l’aurez compris, ce promu possède déjà de nombreux ingrédients indispensables à une vie pérenne en Ligue 1, malgré son statut de plus petit budget du championnat*…  Et son coach y est pour beaucoup. Qui aurait parié sur une 10ème place du petit bébé picard après 14 journées, devant Bordeaux, Toulouse, Nice et Lille ?! Un milieu de terrain devenu solide, des joueurs offensifs de qualité qui répondent souvent présents, énormément d’envie, et surtout… Aucune crainte de JOUER-LEUR-JEU !

Un entraîneur sans pression

Après avoir été le héros de Luzenac en 2014 en permettant accessoirement à son équipe de devenir le plus petit club à accéder à la Ligue 2 (montée finalement refusée par la LFP), Christophe Pélissier est désormais face à un gros défi (certainement son plus gros jusqu’ici en tant que coach) : celui de maintenir un tout autre petit club, cette fois-ci Amiens, en Ligue 1 ! Si tout s’enchaîne à deux mille à l’heure pour lui et qu’il ne s’attendait certainement pas à être aussi rapidement sous le feu des projecteurs, il est indéniable qu’il gère la pression à merveille. Provenant du monde amateur, son adaptation dans le football professionnel est telle que l’on peut imaginer qu’il possède encore de nombreuses cordes à son arc. Grand amoureux du foot et les pieds bien ancrés dans le sol, tout laisse à penser qu’il n’en est qu’au début d’une superbe carrière d’entraîneur. Et ça fait plaisir ! La French Touch a aussi du bon.

Et pour résumer la patte du coach amiénois, quoi de mieux que cette déclaration du principal intéressé, Pep Pélissier, parue il y a quelques jours dans le média Goal ?

« Au-delà des résultats, une saison réussie est une saison où on génère des émotions pour nous, le public et les supporteurs. Depuis deux matchs, on voit un stade qui est heureux d’être là pour voir son équipe se battre bec et ongle pour montrer qu’elle existe. »

Tout simplement la beauté du football !

*(À titre de comparaison, le PSG, c’est 22 fois le budget d’Amiens !)

 

Crédit photos : http://www.amiensfootball.com