Presnel Kimpembe : La Force est déjà avec lui

14 février 2017, l’Europe entière prend connaissance de l’existence de Presnel Kimpembe. Appelé à seconder Thiago Silva suite à une blessure de ce dernier, il impressionne tout son monde. On ne reviendra pas en détail sur ce match qui n’a fait que confirmer toutes les qualités et le potentiel du défenseur parisien.

14 février 2018, c’est par choix cette fois ci que Presnel Kimpembe se retrouve titulaire au Bernabeu en lieu et place de Thiago Silva. Encore une fois il ne déçoit pas et rend une très belle copie.

Comment ce gamin fébrile et hésitant lancé en 2014-2015 par Laurent Blanc est-il devenu si impérial ? Par le travail et grâce à sa force mentale sans aucun doute.

Patience et travail

 

C’est sur la pointe des pieds que « Presko » est arrivé dans l’effectif parisien sous Laurent Blanc. Loin derrière les 3 Brésiliens dans la hiérarchie, il n’avait eu que très peu de temps de jeu sur ses premières saisons, se contentant des matchs de coupe nationales principalement.

Malgré cela, côtoyer des grands joueurs au quotidien à l’entrainement l’a fait progresser et prendre conscience des énormes qualités qu’il détenait. Outre la bonne entente qu’il avait avec les Brésiliens, il a su apprendre à leurs côtés. Sa rencontre la plus frappante a été celle avec David Luiz, même s’il a aussi su prendre les très bons conseils de son capitaine Thiago Silva. Il parlait notamment de cette relation avec les deux joueurs lors d’une interview accordée à l’Equipe en septembre 2016.

« David Luiz m’a pris sous son aile. Il m’a aidé à être ce que je suis aujourd’hui. À la fin des entraînements, l’an dernier, il me faisait bosser mon pied faible. Diagonale pied faible, il m’aidait à me positionner au moment du geste. Thiago Silva, il m’aide énormément tactiquement, à travers des vidéos. Ils sont derrière moi. Ce sont de bons mecs.»

Grand joueur malgré toutes les critiques à son égard, David Luiz a été un exemple pour Kimpembe, son rôle dans la progression du joueur est non négligeable. Récemment, Kimpembe a tenu à remercier son ex coéquipier pour tout ce qu’il lui avait apporté lors de son passage dans le club de la capitale.

« J’ai beaucoup travaillé avec David Luiz, il m’a beaucoup aidé à me placer sur mon geste, le mouvement du bras, au moment du contact avec le ballon. C’est tout un art on va dire. Il avait remarqué que je n’utilisais pas beaucoup mon pied faible. À la fin des entraînements, il me disait tout le temps, va-y on reste encore 20 minutes dehors. Je lui demandais pourquoi. Et il me disait, on va travailler. Je lui dois beaucoup et je le remercie infiniment.»

Ce travail avec David Luiz se ressent fortement dans le style de jeu du « Titi parisien ». Les qualités de Kimpembe sont très nombreuses. Dans le domaine purement défensif c’est un joueur très dur sur l’homme, ne laissant que très peu d’espace à son vis-à-vis. C’est un joueur qui aime les duels, imposer sa puissance physique et tenter l’interception à la manière d’un David Luiz. Son nombre d’interceptions en Ligue 1 (20) plus élevé que celui de ses compères brésiliens (13 pour Thiago Silva et 14 pour Marquinhos) démontre assez bien la différence de style entre les 3 joueurs.

Au niveau du placement, il n’est que très rarement mal placé et mal aligné. La position de son corps est souvent excellente ce qui lui permet d’être toujours prêt à se retourner et à intervenir au cas où. Malgré son jeune âge il dispose d’une très bonne culture défensive et tactique.

Dans cette excellente analyse vidéo réalisée par @Premieretouche, sont mises en avant certaines des qualités du Parisien. Dans le positionnement, l’alignement et l’anticipation il avait rendu une très belle copie. On peut tout de même regretter un manque de calme, d’expérience sur l’action amenant le deuxième but madrilène où il avait rendu le ballon à l’adversaire en se précipitant dans sa relance.

C’est sans doute avec le ballon qu’il se différencie le plus de ses deux coéquipiers actuels, Marquinhos et Thiago Silva. Si les deux Brésiliens sont bien connus pour leur non prise de risques et d’initiatives à la relance et dans l’utilisation du ballon alors qu’ils ont l’un et l’autre des qualités pour le faire, c’est tout le contraire pour Kimpembe. Disposant d’un sang-froid énorme et d’une forte confiance en lui, il n’hésite pas à prendre des risques dans ses relances. Il tente de trouver ses coéquipiers entre les lignes par des passes fortes et claquées au sol pour casser des lignes et son jeu long plus que correct permet des renversements de jeu utiles et intéressants.

Casser les lignes, Kimpembe s’y attèle en conduisant (ce que les férus de tactique appellent « La conduccion ») et en portant le ballon pour avancer sur le terrain et trouver des solutions dans le camp adverse. Cette phase de conduite chère à Pep Guardiola c’est le fait de porter le ballon dans le but de provoquer un mouvement chez l’adversaire pour créer un décalage et trouver l’homme libre. Cette phase-là est maîtrisée par le joueur parisien. Nous pouvons aussi citer un autre défenseur gaucher français qui maîtrise cela et à qui Kimpembe ressemble : Samuel Umtiti.  Lui aussi a énormément progressé dans l’utilisation du ballon en arrivant à Barcelone. Des mouvements simples que répètent que trop peu souvent Marquinhos et Thiago Silva mais qui rapprochent encore un peu plus « Presko » de David Luiz dans le style.

Work in Progress

 

Malgré toutes ces qualités, acquises à force de travail, de patience et d’écoute des autres, le joueur Parisien a quand même de nombreux axes de progression. Tout d’abord son impact offensif. Celui-ci est presque proche du néant aujourd’hui quand ses deux concurrents sont de vraies menaces aériennes sur coup de pied arrêtés. Il n’a pour l’instant jamais marqué en pro après trois saisons. Il n’est que très peu trouvé dans la surface sur ces phases arrêtées et lorsqu’il l’est, son timing n’est pas assez bon. Dans les duels aériens en général il est moins dominant que Thiago Silva et Marquinhos. Il a gagné 54% de ses duels aériens contre 69% pour Marquinhos et 66% pour Thiago Silva ce qui confirme les « lacunes » du Français dans les airs.

Il pourrait aussi apprendre à se canaliser : son agressivité qui le caractérise peut parfois lui jouer des tours. Comme en témoigne son nombre de fautes commises en L1 (26) qui est aussi élevé que le nombre de fautes commises par Marquinhos (7) et Thiago Silva (19) réunis.

Cette saison aura été celle de la confirmation pour Kimpembe. En termes de minutes jouées il est juste derrière ses coéquipiers brésiliens. 2582 minutes jouées toutes compétitions confondues contre 2719 minutes pour Marquinhos et 2771 pour Thiago Silva. Ces chiffres assez équilibrés montrent qu’il est devenu cette année un concurrent sérieux en défense centrale. Comme le prouve le choix fait par son coach à Bernabeu. Mais on peut néanmoins y amener un bémol : il n’a que très peu disputé de grandes affiches encore cette saison hormis PSG-Lyon, PSG-Marseille et donc PSG-Real.

Aujourd’hui, Kimpembe n’est toujours pas dans la peau d’un titulaire confirmé, mais avec ses prestations toutes aussi convaincantes les unes que les autres cela ne saurait tarder. L’arrivée d’un nouveau coach à la fin de la saison redistribuera certainement les cartes. Ce nouveau coach aura sans aucun doute l’envie d’installer Kimpembe dans l’équipe type parisienne et de construire l’avenir autour de celui-ci.  A voir si ce sera aux côtés de Marquinhos, Thiago Silva ou bien des deux dans une défense à 3.

Quoi qu’il en soit, il devra réussir à franchir ce palier, celui de passer d’un rôle de troisième défenseur très performant à titulaire. On a vu récemment qu’un joueur comme Marquinhos dans la même situation il y a quelques saisons a quelque peu déçu -toutes proportions gardées- en passant titulaire.

Appelé régulièrement en équipe de France depuis octobre 2016, il ne compte toujours pas de sélection. Cette anomalie sera peut être corrigée grâce au match amical contre la Russie. En Russie justement il y sera certainement, au vu des déclarations de Didier Deschamps à son sujet en conférence de presse. Un avenir en tant que titulaire en bleu ? Cela semble peut être plus compliqué. Défenseur central gauche, il doit se frotter à la concurrence d’un Samuel Umtiti plus fort que jamais. Obtenir une place de titulaire semble illusoire mais sait on jamais, « Presko » aime les défis.

 

Merci à @Premieretouche pour son excellente analyse vidéo du match de Kimpembe à Madrid, n’hésitez pas à suivre son site Premieretouche.

Crédits photos : AFP PHOTO / FRANCK FIFE

« J'voulais être seul mais trop tard j'étais déjà né »