Paul Pogba est-il vraiment le grand joueur qu’on nous a promis ?

Doué de qualités techniques et physiques hors normes, Paul Pogba a impressionné, dès son plus jeune âge, partout où il est passé. Pourtant, alors qu’il devrait aujourd’hui entrer dans la période faste de sa carrière, ses prestations riment de plus en plus avec le doute, le doute sur sa faculté à mettre ses qualités au service de l’utilité, le doute sur sa capacité à savoir parfaitement utiliser son talent. Grand espoir ou grand joueur, retour sur le cas Paul Pogba.

« Paul Pogba est peut-être le meilleur milieu au monde ». C’est en ces termes flatteurs que José Mourinho décrivait la pioche à l’été 2016. Un dithyrambe pour un joueur de retour dans le Nord de l’Angleterre, une manière de réaffirmer à la fois la puissance du club et le talent du joueur. Pourtant, deux ans plus tard, les relations entre les deux hommes se sont effritées à tel point que certains avancent qu’ils ne communiquent plus directement. Aujourd’hui, l’étau des critiques se resserre autour de Manchester United et plus précisément autour de ces deux hommes ciblés pour leur responsabilité dans les performances médiocres (malgré le bon classement) du club. Il faut dire qu’à son arrivée en 2016, José Mourinho remet sur la table tous les espoirs d’un club à la peine depuis le départ de Sir Alex Ferguson en 2013. Et le premier vecteur d’espérance pour les supporters mancuniens est le mercato : Bailly, Mkhitaryan, Ibrahimovic et surtout Paul Pogba, l’oublié de Ferguson, revenu en Angleterre après quatre saisons flamboyantes avec la Juventus pour un montant record. Sur le papier, tout est en place pour que Manchester United retrouve sa grandeur. Sur le papier seulement. Car sur le terrain, et même si les résultats assurent plutôt le contraire, les Red Devils pratiquent un football médiocre, ennuyeux voire vide. Les piliers de cette équipe ne sont pas vraiment des Martial, des Herrera ou des Rashford mais plutôt des Fellaini ou plus récemment des Lukaku. Un football qui ne consiste finalement qu’à envoyer de longs ballons sur la tête des géants en espérant que quelqu’un pourra bénéficier d’une de ces remises hasardeuses. Une pauvreté footballistique très rageante alors qu’à quelques kilomètres de là joue la plus belle équipe d’Angleterre de l’année, un Manchester City tout en douceur, tout en technique, un Manchester City de velours. Et Pogba dans tout ça ? Au milieu de ce plan de jeu brouillon, l’international français oscille entre deux qualificatifs : précieux et décevant. Précieux par son impact physique et ses qualités techniques. Décevant par son rendement bien en deçà de ce que l’on pourrait attendre d’un joueur qui a ébloui partout où il est passé.

Enfant de la Seine-et-Marne, Paul Pogba fait ses premières classes à Roissy-en-Brie puis à Torcy avant de quitter son fief en 2007 pour descendre le long de son fleuve natal et rejoindre Le Havre où les eaux de la Seine se jettent dans la Manche. Lui aussi, à l’âge de 14 ans, se jette dans le grand bain en intégrant le centre de formation du HAC (Le Havre Athletic Club) où il s’impose rapidement comme un joueur très important au point de devenir capitaine de son équipe. Son nom et son talent se répandent peu à peu dans les oreilles des observateurs à commencer par ceux de l’Equipe de France qui le sélectionnent dès l’année 2008, à l’âge de 15 ans. Pas avare de bonne prestations, Paul Pogba se révèle être un véritable leader dans chacune des catégories jeunes de l’Equipe de France par lesquelles il passera et son talent ne tarde pas à attirer les recruteurs des plus grands clubs européens. A l’été 2009, deux ans seulement après avoir rejoint le HAC, Paul Pogba est recruté par Manchester United qui parvient à attirer le jeune espoir dans ses filets. C’est le début d’une nouvelle aventure qui s’avèrera plus compliquée que prévu pour le milieu français qui ne jouera même pas dix matchs en deux ans avant que la très opportuniste Juventus de Turin se saisisse de cette affaire et recrute l’ancien havrais gratuitement en fin de contrat. Dans les Alpes italiennes, les entraîneurs successifs de la Juve font beaucoup plus confiance à Pogba que ne l’avait fait Ferguson et la pioche le leur rend bien. Buteur et passeur, il devient en l’espace d’une année un élément central de l’équipe et la date du 4 décembre 2013 parachèvera sa montée en puissance. En ce jour, il reçoit après avoir gagné la Coupe du Monde des moins de 20 ans avec l’Equipe de France et la Serie A avec la Juventus le titre de Golden Boy, comme le couronnement d’un début de carrière stratosphérique. Trois ans plus tard, Pogba s’en va d’Italie avec quatre Série A en poche et la promesse d’être l’un des plus grands milieux de terrain d’Europe.

Mais aujourd’hui les performances de l’international français sont loin d’être dans la droite lignée de ce qu’il avait pourtant initié lors de ses premières expériences. Que ce soit à Manchester United ou en Equipe de France, Paul Pogba déçoit et son statut de titulaire est plus que remis en cause. Il faut en effet comprendre qu’au vu de ses caractéristiques physiques et techniques, la Pioche propose un football très décevant, parfois égoïste, souvent infructueux. En réalité, son problème résulte de la combinaison entre une somme de mauvaises décisions et des approximations techniques. Et si l’on peut mettre les approximations techniques sur le dos d’une perte de confiance ou d’une désinvolture inappropriée, il est en revanche plus difficile d’expliquer ses mauvais choix. Des prises de balles dans le sens inverse du jeu, un ballon qu’il garde trop longtemps entre ses pieds, des passes vers le côté fermé au lieu d’ouvrir sur l’autre flanc vers des joueurs rapides comme il y en a à Manchester et en Equipe de France… La liste des reproches détaillés que l’on pourrait faire à Pogba est longue et surtout inquiétante. Inquiétante parce qu’il n’y a pas d’autres moteur que l’intelligence footballistique pour guider vers les bons ou mauvais et choix.

Alors non, Paul Pogba n’est pas aujourd’hui le joueur qu’on nous a promis. Et non Paul Pogba n’est pas indiscutable en France ou à Manchester. En revanche, l’espoir reste permis pour le futur car ce qu’il faisait à la Juventus est la plus belle image de son talent, l’exemple même du compromis parfait entre physique et technique qu’il incarne. Paul Pogba est à la fois un monstre de percussion, une tour de contrôle, un passeur platiniesque et un caresseur de ballon. Paul Pogba est un grand joueur qui n’arrive plus à jouer, et cette remise en cause ne pourra être que bénéfique pour lui.

 

Crédits photos : Kieran Galvin/NurPhoto

Quand les gens sont d'accords avec moi, j'ai toujours le sentiment que je dois me tromper.

Laisser un commentaire