L’avènement de Quintero

La Mordovia Arena pourrait être le théâtre d’une inattendue mais formidable nouvelle. L’avènement d’un prince né un 18 Janvier 1993. Juan Fernando Quintero va disputer sa deuxième Coupe du monde, à 25 ans. Celui qui a longtemps été considéré comme l’avenir de la sélection colombienne va devoir répondre aux attentes mises sur lui. Un parcours atypique pour celui qui devrait débuter le mondial dans la peau du vice James Rodriguez comme en 2014. Mais le joueur de River Plate risque d’être rapidement sollicité. L’heure de gloire est enfin arrivée pour le joueur préféré d’Ousmane Dembélé.

Genèse

Quintero a longtemps été considéré comme le futur très grand joueur colombien. Il représente ce que l’Amérique du Sud fait de mieux : les numéros 10. Derrière ses traits d’enfant turbulent et gâté se cache un joueur majestueux. Plus proche de James que de Valderrama, il éclabousse avec son pied gauche chirurgical. D’abord en Colombie, puis à Pescara où « El Gordito » va montrer qu’il est capable de coup d’éclat majestueux. Moins complet que James, JuanFer ressemble grandement à Álvaro Recoba dans son jeu toute proportion gardée. Et comme l’Uruguayen, sa carrière va avoir une trajectoire étrange. Le premier tournant a lieu lorsque le FC Porto investit 5 millions d’euros pour le signer. Deux saisons sous le maillot portista où le Colombien alterne entre le très bon et le détestable. Le talent de l’ancien de l’Atlético Nacional est indéniable mais son caractère bien trempé le rattrape. Quintero n’en fait qu’à sa tête, aussi talentueux soit t-il. Malgré la protection de son compatriote et capitaine Jackson Martínez, Gordito exaspère tout le club.

Face à l’impasse, l’international colombien est prêté au Stade Rennais. Une expérience sans saveur pour lui qui lui permettra de découvrir Phillipe Montanier, Rolland Courbis et surtout Ousmane Dembele,  Les deux cracks se sont retrouvés lors de Colombie – France en mars dernier. Le numéro 11 du FC Barcelone n’a jamais caché son admiration pour le 10 Colombien, ne comprenant pas pourquoi ni Montanier, ni Courbis n’a jamais fait en sorte de l’aligner. Alors qu’on imaginait que recruter Quintero était une idée de l’ancien entraîneur de la Real Sociedad, ce dernier dément cette information. Lui n’en veut pas et l’exclut rapidement de ses plans. La donne change un peu sous Courbis mais l’entraîneur français de base ne veut guère d’un joueur qui défend peu et ne participe pas au repli défensif. Après des années de galère en Europe, JuanFer retrouve du crédit en Amérique du Sud, là où son profil et son surpoids ne dérangent pas.

https://twitter.com/SFR_Sport/status/977306491832193026

Rédemption

Pour relancer sa carrière, Quintero n’a plus trop le choix. Et un retour en Colombie semble inéluctable. C’est l’Independiente Medellín qui rafle la mise et profite du talent du numéro 10. Sa lenteur et son manque de repli défensif n’est pas un problème, on a besoin de sa patte et de ses yeux. Le reste importe peu. Il réalise la meilleure saison de sa carrière avec 15 buts en 36 matchs. Le club de Medellín n’a pas les moyens pour le conserver et le laisse logiquement retourner au Portugal. Un nouveau prêt change définitivement sa carrière. Un départ à River Plate change sa carrière et sa vie. À la recherche d’un défi à sa hauteur, Quintero va rejoindre les Millonarios et surtout Marcelo Gallardo. L’entraîneur de la Banda Roja exploite à la perfection le talent du petit prodige. Dans l’impossibilité de l’installer dans un poste de meneur de jeu vu le nombre de profils semblables dans l’effectif, l’ancien entraîneur du Nacional Montevideo le place en tant que milieu offensif droit dans un 4-2-2-2 particulier. Dans ce dispositif très axial, « El Gordito » fait des merveilles et enchante les supporters de River. Gallardo se retrouve en Quintero, un 10 pas très rapide, mais capable d’illuminer le jeu si on le met dans les meilleures conditions.

https://twitter.com/EZEK_CARP_OK/status/1002225825960398849

Pendant que Juanfer rayonne à River, un autre Colombien brille de l’autre côté de Buenos Aires. Edwin Cardonna, l’autre gordito colombien impressionne sous le maillot de Boca Juniors. Quintero le sait, c’est soit lui soit Cardona qui aura la Coupe du monde pour remplir le rôle de vice James. José Pékerman va trancher et choisir le gaucher de River Plate. Malgré le statut de rockstar de Cardona au pays, le sélectionneur a préféré JuanFer en particulier pour son apport en sortie de banc et son attitude. Car avec le temps, l’ancien du Stade Rennais a mûri et a enfin compris qu’il fallait travailler et se taire pour réussir. Aujourd’hui, il fait l’unanimité dans le groupe colombien. Son pénalty face à l’équipe de France en mars dernier prouve la confiance que lui accorde son sélectionneur et le reste de ses coéquipiers. Son capitaine Radamel Falcao avait proposé aux dirigeants de l’AS Monaco de le recruter au mercato d’hiver juste avant son prêt à River. Face au Japon, Quintero pourrait même débuter titulaire. L’état de santé de James Rodriguez inquiète et l’idée serait alors de mettre El Gordito titulaire. L’avènement est proche.

Crédit Photo : Christophe Simon / AFP Photo.

« Ce que je sais de la morale, c’est au football que je le dois.»