Granit Xhaka, la révolte dans le sang

3 novembre 2018. C’est la date qu’il aura fallu attendre pour voir la célèbre communauté des Gunners finalement reconnaître le talent du jeune Suisse de 26 ans. En effet, avec presque 12 km parcourus, le plus grand nombre de passes réalisées (84/97), le plus grand nombre de tacles réussis (5) et le plus grand nombre d’interceptions (15), Granit Xhaka fut, avec son nouveau compère uruguayen au milieu de terrain Lucas Torreira, un des acteurs clés de la très bonne performance des Gunners face aux Reds de Jurgen Klopp. Un match d’une belle intensité qui s’est finalement terminé par un score nul avec des buts inscrits par Milner et Lacazette. S’il ne s’agit là  – au final – que d’un match nul pour les joueurs d’Unai Emery, il y avait bien longtemps que les Gunners n’avaient pas réalisé une performance aussi aboutie en termes de jeu face à une grosse écurie du top anglais. Si Liverpool s’est procuré les occasions les plus franches, c’est dans le jeu qu’Arsenal a été impressionnant. Et le double pivot aligné par Emery samedi soir dernier à l’occasion de la 11ième journée de Premier League semble enfin être le bon. Mais si tout semble aller bien pour Granit Xhaka aujourd’hui, ça n’a pas toujours été le cas depuis son arrivée en 2016 dans le club du nord de Londres. Retour sur la carrière d’un fils d’ex-prisonnier politique au tempérament et au sang (très) chauds.

Un père et deux fils

1986, Ex-Yougoslavie. Un étudiant à l’Université de Pristina au Kosovo de 22 ans est arrêté puis emprisonné pour avoir pris part à des manifestations contre le gouvernement communiste central de Belgrade. Son nom est Ragip Xhaka, père de Granit Xhaka et de Taulant Xhaka (évoluant aujourd’hui à Bâle et jouant contrairement à Xhaka pour la sélection d’Albanie). Dans une cellule avec 4 autres hommes, il ne verra le ciel que dix petites minutes par jour, condamné à un emprisonnement de 6 ans dont il effectuera la moitié. Kosovar fier, Ragip manifeste au nom de la démocratie afin notamment d’obtenir le droit de vote. Ce n’est pas le seul de la famille Xhaka à vouloir se battre pour ses droits puisque l’oncle passe également 15 années en prison avant Ragip.

Dans une interview accordée au célèbre journal anglais « The Guardian » en novembre 2017, Granit Xhaka revient sur ce passage tumultueux dans son histoire familiale personnelle, et son témoignage est poignant. « En tant que fils, son histoire me touche profondément. Parfois je lui demande : raconte-moi ton histoire encore une fois, mais je ne pense pas qu’il m’ait tout dit. Il y a toujours eu des moments silencieux ou j’ai senti qu’il gardait les choses pour lui et ne disait pas tout. De ce que je sais, ses premiers mois en prison se passaient relativement bien, puis ensuite les passages à tabac ont commencé. »

A sa libération 3 ans et demi après son emprisonnement, Ragip décide d’émigrer en Suisse avec sa compagne. Leur premier fils, Taulant, naîtra à Bâle en 1991, et Granit suivra 18 mois plus tard. « Mon père a montré une force de caractère exceptionnelle, et moi et Taulant avons grandi avec cette force. Nous avons cette idole, cet exemple, qui nous a appris qu’il fallait être fort pour réussir les choses. C’est pourquoi sur le terrain nous avons cette force mentale de ne jamais se laisser abattre et de toujours tout faire pour réussir. »

Les débuts et l’envol vers l’Allemagne

En Suisse, la fratrie Xhaka va vite avoir un goût prononcé pour le football. Ils commenceront tous deux par naviguer entre les différents clubs de Bâle durant leurs premières années de footballeurs. C’est en 2008 que Granit intégrera l’équipe u-21 de Bâle, et entre 2008 et 2010 il marquera à 11 reprises en 37 matchs. Il faudra attendre la saison 2010-2011 pour qu’il fasse ses débuts avec l’équipe A durant un match du troisième tour de qualification de Ligue des Champions au cours duquel il marquera face au club hongrois de Debrecen. Entre 2010 et 2012, Xhaka jouera 40 matches pour le club de Bâle, et l’aidera à gagner deux fois le titre de champion de Suisse. Ottmar Hitzfeld, ancien entraîneur du Borussia Dortmund et du Bayern puis de l’équipe nationale Suisse de 2008 à 2014 dira de Xhaka qu’il est l’un des plus jeunes talents suisses et l’appellera le « Jeune Schweinsteiger ». Mais le point culminant de son passage à Bâle sera certainement la qualification pour les seizièmes de finale de Ligue des Champions au détriment de Manchester United. C’est également sous Hitzfeld qu’il fera ses débuts internationaux avec la Suisse en 2011.

Ces performances attirent l’attention d’un certain Lucien Favre, aux commandes d’un Monchengladbach fraîchement qualifié pour la Ligue des Champions après avoir terminé à la quatrième place en Bundesliga, mais également affaibli par le départ de ses cadres. C’est donc une tâche lourde qui incombe aux nouveaux arrivants de Gladbach à savoir Granit Xhaka, Alvaro Dominguez ou encore Luuk De Jong. Le club terminera à la huitième place après une saison en demi-teinte pour Granit Xhaka avec qui le technicien suisse préfère prendre son temps. Cependant, il devient vite un élément central de l’équipe. Aligné dans un double pivot avec un autre milieu à vocation plus défensive, Cristoph Kramer, Xhaka se met petit à petit à briller. Avec son gros volume de jeu, sa capacité à l’orienter et à pouvoir trouver ses partenaires entres les lignes ou dans les diagonales grâce à la pureté de jeu long, il est un des principaux artisans de la troisième place acquise par Monchengladbach en 2015.

Naissance d’un leader

Le 20 septembre 2015, Lucien Favre donne sa démission. Monchengladbach est bon dernier de Bundesliga après un début de saison catastrophique. Deux éléments cadres du club, Martin Stranzl et Tony Jantschke, étant blessés pour une durée indéterminée, il incombe à André Schubert, le manager d’intérim de l’époque, de trouver un nouveau capitaine. Son choix est d’élire un jeune milieu de terrain suisse de 22 ans connu pour son impulsivité et ses nombreux cartons, mais surtout pour son football. « Il y en avait 2 ou 3 qui auraient pu remplacer Jantschke », affirme Schubert après l’annonce de son choix. « Mais j’ai choisi Granit parce que c’est un joueur important pour nous, avec plein de qualités. Et c’est également quelqu’un qui doit apprendre à prendre ses responsabilités ». Son premier match en tant que capitaine, contre Augsbourg, ressemble à une ode dédiée à sa carrière. Un but, une dizaine de kilomètres parcourus, 5 tacles réussis, et 88% de passes réussies. Mais également un pénalty concédé, un carton jaune, et un remplacement à la 77ème minute alors qu’il est tout proche de prendre un deuxième jaune.

Il sera expulsé 3 fois au cours de cette saison, souvent pour des rixes avec des joueurs adverses. 

Départ vers l’Angleterre et une ère Wenger en demi-teinte

Le 25 mai 2016, Arsenal officialise la signature de Granit Xhaka en provenance de Monchengladbach pour une somme avoisinant les 40 millions d’euros. Il devient alors la troisième recrue la plus chère de l’histoire du club à cette époque, après Alexis Sanchez et Mesut Ozil. Il fera ses débuts en rentrant à la 65ème minute durant la défaite d’Arsenal face à Liverpool en match d’ouverture de la Premier League à l’Emirates.

Sa venue est vue comme bénéfique par les experts du football anglais, un milieu défensif capable d’assumer un rôle de leader étant quelque chose qui a souvent cruellement manqué à Arsenal. Arsène Wenger avouera avoir suivi le joueur « pendant une longue période ». Après avoir terminé l’année précédente en tant que dauphin du champion Leicester, un sentiment d’ambition commence à renaître du côté de l’Emirates.

Si le début de saison et le Boxing day se passent relativement bien, le club s’effondre au sortir de l’hiver aussi bien en Ligue des Champions qu’en Premier League. Les supporters s’agacent et commencent à réclamer du changement. Les mauvais résultats du club ainsi que l’avenir incertain du manager ne permettent pas à Arsenal de sortir la tête de l’eau, et déchaînent les critiques. Notamment celles envers un joueur qui n’a pas été à son meilleur niveau, qui a commis plusieurs fautes entraînant des penaltys et qui a reçu plusieurs cartons rouges : Granit Xhaka. Son adaptation à la Premier League n’a en effet pas été de tout repos. Orpheline de Santi Cazorla toujours gravement blessé, l’équipe peine à trouver de la stabilité au milieu de terrain. Lent et gravement indiscipliné, Xhaka peine à enchaîner les bons matchs. Mais tout n’est pas noir pour autant : après le passage à 3 derrière vers la mi-saison, Arsenal commence à revivre, et Granit Xhaka avec.

Si le club londonien ne parvient pas à se qualifier pour la Ligue des Champions pour la première fois de son histoire, il réussit tout de même à remporter une troisième FA Cup en 4 ans en battant le Chelsea de Conte 2 buts à 1. Le milieu de Chelsea composé de Kanté et Matic est annihilé par le double pivot composé de Xhaka et Ramsey, avec beaucoup plus de facilité pour Xhaka dans cette composition à trouver de longues diagonales, chose qu’il savait déjà faire à Gladbach. Après cette victoire, Wenger prolonge pour une année supplémentaire, une année qui pour Granit Xhaka ressemblera à celle qui vient de se terminer. Arsenal continue à avoir des résultats en demi-teinte et Xhaka est encore une fois au centre des critiques. Par deux fois le milieu d’Arsenal est vu comme paresseux défensivement : une fois à Old Trafford, où après un poteau touché par Alexis Sanchez, Pogba peut tranquillement pousser le ballon au fond des filets, alors que Xhaka ne semble pas daigner défendre. Ce schéma s’appliquera une nouvelle fois à Watford en octobre où Arsenal s’inclinera 3 buts à 1, et où encore une fois, Xhaka sera pointé du doigt après le but de Cleverley.

Et pourtant, il réalisera une très belle deuxième partie de saison. Alors qu’une grande majorité de fans ou de supposés experts du football anglais le fustigent et demandent son départ, le passage à 3 au milieu d’Arsenal va lui faire énormément de bien. Notamment en Europa face au Milan tout d’abord, où il réalisera d’excellentes performances, aidant son équipe à se défaire facilement de l’équipe entraînée par Gattuso (5 à 1 score cumulé). Mais c’est face à l’Atletico durant le match aller de la demi-finale que Granit Xhaka réalise l’un de ses meilleurs matchs sous le maillot des Gunners. Bien aidé par le rouge pris très tôt dans le match par les Colchoneros, Arsenal domine complètement l’Atletico en gagnant la bataille du milieu de terrain grâce à un Xhaka en métronome des grands soirs. Malheureusement, n’arrivant pas à tenir le score et en concédant un but sur contre d’Antoine Griezmann, Arsenal se fait éliminer après une défaite au retour et n’offre pas d’ultime trophée à son manager dont le départ est acté : Arsène Wenger.

Politique, football et renouveau sous Emery

Russie, 22 juin 2018. Match du Groupe E. La Suisse affronte la Serbie dans le cadre des phase de poules de la Coupe du Monde. Un match avec une grande dimension politique, étant donné le nombre de joueurs aux origines albanaises et kosovares dans la Nati. Mitrovic ouvre le score à la 5ème minute, puis Granit Xhaka égalise à la 52ème minute. Shaqiri offre alors la victoire aux Suisses dans les ultimes minutes de la rencontre. Les deux joueurs ont célébré de la même manière – en mimant un aigle, l’aigle bicéphale de la Grande Albanie pour chambrer les supporters serbes. Un geste fort en signification politique, la tension étant toujours vive entre la Serbie et le Kosovo depuis la déclaration d’indépendance en 2008. Un geste qui a également suscité la polémique, et a coûté des amendes aux joueurs concernés. 

La Suisse sera éliminée par la Suède en huitièmes de finale. Dans le même temps, alors que le départ d’Arsène Wenger était acté, arrive l’officialisation du nouveau manager : Unai Emery. Un nouveau coach donc, et une nouvelle approche : une préparation d’orfèvre avant chaque match, une analyse de l’opposition, un pressing tout terrain – voilà quelques concepts clés rapportés par Unai Emery, synonyme d’un vent de fraîcheur soufflant sur la pelouse toujours parfaite de l’Emirates Stadium. Ses statistiques sont plutôt très encourageantes. Après deux défaites d’entrée de jeu contre City et Chelsea en championnat, Arsenal enchaîne une série de 11 victoires, chose qui n’était pas arrivée aux Gunners depuis 2007. S’en suit un nul face à Crystal Palace (où Granit inscrit un sublime coup franc), une victoire en coupe face à Blackpool, et un nul face à Liverpool. Un début de saison très encourageant offensivement, même si Arsenal a toujours du mal défensivement. C’est au milieu qu’Emery semble avoir trouvé le juste équilibre. Alors que les options sont assez nombreuses notamment avec Matteo Guendouzi, jeune français aux débuts prometteurs, Aaron Ramsey ou encore l’Egyptien Mohammed Elneny, c’est un double pivot composé de Granit Xhaka et Lucas Torreira qui semble pouvoir tirer Arsenal vers le haut. En effet, aux côtés de l’ancien joueur de la Sampdoria, Xhaka peut s’épanouir pleinement en tant que métronome, comme il savait le faire à Gladbach.

Contre Liverpool, c’est exactement ce qu’il s’est passé. A elle seule, la paire a récupéré 25 ballons. Ils ont parfaitement su protéger leur back four malgré les assauts rapides et incessants des ailiers de la Mersey. Mais c’est surtout le match réalisé par Xhaka balle au pied qui a pu en surprendre plus d’un. Avec un contrôle parfait du tempo et de superbes sorties de balles, Granit Xhaka a prouvé qu’il était capable de résister au pressing. A la manière d’un Xabi Alonso aux côtés d’un bulldog sudaméricain, Xhaka a réalisé une prestation parfaite dans le contrôle. Et même si Arsenal n’est pas sorti vainqueur du choc, pour la première fois depuis bien longtemps, les fans peuvent être excités par les progrès réalisés par le club. Et par celui de leur numéro 34 au dégradé parfait.

Comme l’a prouvé le match d’hier soir où Arsenal a concédé un nul 1 but partout sur sa pelouse face à Wolwerhampton, c’est maintenant l’irrégularité qu’il faudra combattre, aussi bien pour Granit Xhaka que pour l’Arsenal d’Emery. En effet, le match nul fut heureux pour les Gunners qui ont livré une mauvaise prestation, avec un Granit retombant dans ses travers qui lui ont valu sa mauvaise réputation auprès de la fanbase du club londonien. Mais à l’image de la carrière du milieu suisse, Arsenal va entamer un tournant dans sa saison, avec un déplacement à Bournemouth (actuel sixième de Premier League ), la réception de Tottenham pour le North London Derby, puis un autre déplacement périlleux sur la pelouse d’Old Trafford pour les prochaines journées à venir. Actuellement cinquième et à 3 points de Tottenham, nul doute qu’il faudra un Granit Xhaka au top de son football si Arsenal veut espérer sortir de cette période compliquée en étant dans le Big Four.

 

@quentinschlz

Photo credits : Attila KISBENEDEK / AFP

Si toi aussi tu veux que ton article soit posté sur ultimodiez.fr tu peux nous envoyer ton article sur [email protected]