Le Mans est revenu de l’enfer

Gervinho, Marko Basa, Grafite, Tulio de Melo, Stéphane Sessegnon, Mathieu Coutadeur… Tous ces noms qui fleurent bon la Ligue 1 de la fin des années 2000 ont effectué leurs premiers pas dans l’élite du football français sous le maillot du MUC 72. Le club manceau, devenu depuis Le Mans FC, va renouer avec une partie de son passé glorieux en retrouvant le monde professionnel six ans après l’avoir quitté.

Troisièmes de National, les Manceaux affrontent le Gazélec Ajaccio en barrages. Largement dominateurs au match aller, ils s’inclinent pourtant à domicile (1-2), punis par leur manque d’efficacité et le froid réalisme corse. Les espoirs s’amenuisent mais le scénario de la deuxième manche va faire basculer tout le département de la Sarthe dans l’euphorie.

Toujours supérieurs dans le jeu, les hommes de Richard Déziré attendent cependant la 73e minute pour, enfin, ouvrir le score. Un plat du pied de Rémy Boissier, déjà buteur à l’aller et meilleur joueur manceau de la saison, dans le petit filet pour continuer à rêver. 20 minutes pour renverser une situation mal embarquée et changer le cours d’une saison.

Malheureusement, à force de jeter toutes leurs forces dans la bataille, les Sarthois se découvrent et ils craquent à l’entrée du temps additionnel. Wesley Jobello est déséquilibré par Pierre Lemonnier dans la surface. L’arbitre accorde un penalty qui va permettre au Gaz de se maintenir en Ligue 2 sur le fil. Cruel pour des Manceaux qui étaient meilleurs sur l’ensemble des deux matches. Mais visiblement, Nicolas Kocik ne l’entend pas de cette oreille. Le gardien de but champion d’Europe U17 en 2015, prêté par Valenciennes et fautif au match aller, se rachète en repoussant la tentative de Jobello.

Il reste alors 2 minutes 30 dans le temps additionnel pour inscrire un but. Ce sera chose faite et de quelle manière ! Sur une déviation de la tête de Stéphane Diarra, Mamadou Soro s’envole et claque un ciseau magnifique. Sur le gong, Le Mans arrache littéralement sa place pour la Ligue 2. Une belle revanche pour l’attaquant ivoirien, arrivé de D2 danoise alors que le club était en National 2, qui a vécu une saison compliquée avec seulement 3 buts inscrits.

Ce scénario miracle vient récompenser des Sarthois qui ont connu des années de galère au cours de la dernière décennie. Reléguée en Ligue 2 à l’issue de la saison 2009-2010, l’équipe entraînée par Arnaud Cormier mise tout sur une remontée immédiate avec l’inauguration du MMArena en toile de fond. Leaders de la 22e à la 25e journée, toujours sur le podium au soir de la 36e, les Manceaux touchent du doigt leur but. Le déplacement à Vannes, relégable, lors de l’avant-dernière journée doit leur permettre de se rapprocher encore un peu plus de l’accession. Portés par un doublé de Thorstein Helstad, deuxième meilleur buteur de Ligue 2 cette saison-là, ils mènent 2-0 au bout de 20 minutes. Le scénario parfait va virer au cauchemar en seconde période : deux réalisations vannetaises ramènent les deux équipes à égalité à un quart d’heure de la fin. Si Michaël Poté ravive la flamme de l’espoir en redonnant l’avantage aux Sang et Or à cinq minutes de la fin, l’issue de la rencontre n’en sera que plus cruelle. Les Bretons inscrivent deux nouveaux buts et laissent Le Mans au pied du podium (4-3). Malgré leur victoire lors de l’ultime journée, les Sarthois manquent leur coup, devancés à la différence de but par Dijon.

Cette déception sera le début d’une vertigineuse descente aux enfers. En grosses difficultés financières, le club est rétrogradé administrativement en National à l’issue de l’exercice 2011-2012 à cause d’un déficit supérieur à 7 millions d’euros. Cette sanction fera finalement figure d’avertissement sans frais pour Le Mans FC, la rétrogradation étant annulée en appel à moins d’une semaine du coup d’envoi de la saison suivante. Mais à trop jouer avec le feu, on finit par se brûler les doigts et Henri Legarda, le président de l’époque, en a fait l’amère expérience. Sauvé par le gong un an plus tôt, il est contraint d’accepter la terrible nouvelle à l’aube de l’été 2013. Relégué sportivement en National, son club est rétrogradé en CFA puis en DH. Placé en liquidation judiciaire avec près de 15 millions d’euros de dettes, Le Mans écrit la page la plus noire de son histoire.

Les Sarthois débutent donc la saison 2013-2014 au sixième échelon national, eux qui évoluaient encore en Ligue 1 trois ans et demi plus tôt. L’ancien club de Rudi Garcia ne s’éternise pas en DH et accède au CFA 2 un an plus tard. Le début d’une folle remontée. Du moins, c’est ce qu’on pense au pays de la rillette. La réalité sera tout autre : lors de ses deux premières saisons, Le Mans échoue sur la dernière marche du podium. La troisième tentative sera la bonne : meilleur deuxième, le club désormais entraîné par Richard Déziré accède enfin au championnat de N2. Et les Manceaux y auront mis les moyens. Le coach, arrivé d’Avranches à l’été 2015, et de nombreux joueurs (Créhin, Vincent, Pivaty, Boukabous, Mensah etc.) rejoignent la Sarthe en provenance de clubs de National, pourtant deux divisions au-dessus.

En National 2, les Sang et Or vivent une saison tranquille. Au-dessus du lot grâce à leur armada, ils obtiennent une montée sans trop de difficultés. Ils s’offrent même une belle fête au MMArena à l’occasion des 32es de finale de la Coupe de France : une défaite 4-2 face au LOSC de Nicolas Pépé après avoir remonté un handicap de deux buts.

Forts de leurs deux montées successives, les Sarthois débarquent donc en National, à l’orée de cette saison, avec des ambitions plein la tête. Si Richard Déziré ne crie pas tout haut ses rêves de montée, les résultats du club sarthois parlent pour lui. Là encore, le recrutement est de qualité. Des joueurs qui connaissent la Ligue 2, voire la Ligue 1 pour Alois Confais (30 matches dans l’élite), viennent grossir les rangs manceaux. Leaders à la trêve, les joueurs de la ville des 24 Heures filent vers la Ligue 2 avant de connaître une violente sortie de route. Solidement installés sur le podium, ils subissent un gros trou noir : huit matches sans victoire (cinq défaites, trois nuls). Le 6 avril, après un derby perdu 3-1 face à Laval, les Manceaux pointent au quatrième rang à cinq longueurs de leur adversaire du jour, provisoirement barragiste. Il reste alors cinq journées à disputer, Le Mans est au fond du trou et il doit encore affronter trois équipes du top 6. Contre toute attente, il réalise un sans-faute pour coiffer son voisin lavallois sur le fil.

L’objectif est, en partie, atteint. Si les regrets d’avoir raté une montée directe peuvent légitimement exister au regard de la première partie de saison, l’inconstance mancelle justifie totalement cette place de barragiste. Le Mans ne méritait pas plus de monter que Rodez et Chambly. Mais il va tout de même les accompagner à l’étage au-dessus et connaître un retour express au professionnalisme, six ans après avoir connu une terrible dégringolade.

@Phouggourni

Crédit photo : AFP PHOTO OLIVIER LABAN-MATTEI

L'Equipe Ultimo Diez