Le mercato estival 2020 sera marqué par la crise sanitaire et économique. Frappés de plein fouet et en manque de liquidités, les clubs de Ligue 1 devront plus que jamais être habiles sur le marché des transferts et traquer les bonnes affaires. Entre perte de valeur marchande, besoin de vendre et relégation, celles-ci sont nombreuses et ne demandent qu’à être saisies. Liste non exhaustive d’opportunités qui ne feront pas la une des gazettes, mais qui pourraient s’avérer gagnantes. Aujourd’hui, place aux gardiens et aux défenseurs.

À LIRE AUSSI – Les 5 bons coups à tenter en Ligue 2

Les gardiens

Paul Bernardoni (Girondins de Bordeaux, prêté à Nîmes – 1997) : En deux saisons dans le Gard, le gardien international espoir a montré qu’il avait les épaules et le talent pour briller en première division. Prépondérant dans les deux maintiens consécutifs des crocos, le natif d’Evry ne semble pourtant plus avoir d’avenir chez les Girondins. La faute à un Benoit Costil de retour à un bon niveau, mais surtout au trou abyssal que présentent les finances bordelaises. Ainsi, une vente de l’ancien Troyens sera privilégiée cet été. Les premières rumeurs font état d’une somme aux alentours de sept millions d’euros. Pour un joueur de 23 ans, restant sur deux belles saisons, fort de 18 sélections en équipe de France espoirs et dans un marché toujours particulier des gardiens, l’affaire est attrayante.

Valeur marchande estimée : 5,5 M€ (transfermarkt)

Walter Benítez (OGC Nice – 1993) : Peut-être le meilleur gardien de Ligue 1 sur les trois dernières saisons de Ligue 1. Voilà le pedigree du gardien niçois qui n’a, à ce jour, toujours pas prolongé avec le club azuréen en dépit d’une volonté commune de poursuivre l’aventure. La faute peut-être à son nouvel agent, un certain Mino Raiola ? Quoiqu’il en soit et bien que les bruits d’une prolongation de quatre ans aient récemment couru, l’Argentin est encore libre de signer où bon lui semblera. Le club qui arrivera à boucler ce dossier fera, à n’en pas douter, un formidable coup.

Valeur marchande estimée : 8 M€ (transfermarkt)

Les défenseurs

Malang Sarr (OGC Nice – 1999) : À seulement 21 ans, Malang Sarr compte déjà 119 matchs professionnels sous les couleurs de l’OGC Nice, dont 10 au niveau européen. Pourtant, c’est libre que l’enfant du club va quitter les aiglons à l’issue de son contrat, en juin 2020. Un crève cœur pour un club qui l’a vu débuter chez les débutants et une belle opportunité pour le joueur de passer (enfin) un cap dans sa progression individuelle. Polyvalent, encore très jeune et exemplaire dans son attitude, l’international espoir (six sélections) représente un pari sans risque et possiblement à fort bénéfice pour le club qui saura rafler la mise.

Valeur marchande estimée : 16 M€ (transfermarkt)

Hassane Kamara (Stade de Reims – 1994) : Le parcours du natif de Saint-Denis n’a pas été de tout repos, son explosion au plus haut niveau national a pris du temps, mais le Stade de Reims avait (une fois de plus) flairé le très bon coup. À 26 ans, Kamara s’est imposé comme l’un des meilleurs arrières gauches de L1 sur les deux tiers de cette saison. Tonique, explosif, doté d’un gros volume de jeu et de grosses qualités dans les duels défensifs et offensifs, l’ancien Castelroussin a en plus l’avantage de la polyvalence (il est aussi capable d’évoluer dans le couloir droit). Leader au classement des interceptions par match (selon WhoScored), il semble déjà temps pour lui de tenter une nouvelle aventure. Il n’a d’ailleurs pas dit le contraire, lors d’un récent entretien accordé à l’Union, où il a déclaré que « comme tout compétiteur » il se devait de « regarder plus haut ». En fin de contrat en 2021, Hassane Kamara pourrait, à n’en pas douter, venir renforcer le côté gauche d’un plus grand club (peut-être vêtu de bleu et blanc, au hasard) à tarif raisonnable.

Valeur marchande estimée : 4,8 M€ (transfermarkt)

Kelvin Amian (Toulouse FC – 1998) : Le jeune arrière droit est la première victime du marasme toulousain de notre liste. Depuis un an, difficile de reconnaître le vrai Kelvin Amian. Pourtant, il a longtemps gardé la tête hors de l’eau et colmaté les innombrables voies d’eaux dans la coque du rafiot violet. Ballotté entre les postes d’arrière droit, de défenseur central, de stoppeur, de piston et même parfois d’arrière gauche, le natif de Toulouse a pourtant su montrer de grandes qualités défensives : rapide, intelligent tactiquement et très solide en un contre un. Mais voilà, dans le TFC des dernières saisons, rares sont ceux qui peuvent échapper bien longtemps à la médiocrité ambiante. Néanmoins, l’opportunité Amian reste très intéressante : en fin de contrat en 2021 et avec la relégation du tef, s’attacher ses services sera possible à un faible coût, bien plus faible en tout cas qu’il y a un an. Et si ces douze derniers mois ont été délicats pour lui, Amian compte déjà 120 matchs professionnels avec son club formateur et 16 sélections en espoir. Bref, sauver le soldat Amian, ça se tente.

Valeur marchande estimée : 5,4 M€ (transfermarkt)

Bafodé Diakité (Toulouse FC – 2001) : Autre membre de la défense toulousaine, Bafodé Diakité n’est pas au même stade de la maladie violette que son coéquipier précédemment cité. Ce pur produit du club est lui au stade où il brille, montre ses qualités et n’a pas encore été saisi par la gangrène. Et des qualités, Bafodé en regorge : puissant, agressif, dur sur l’homme et surtout extrêmement solide mentalement. Le jeune central a gagné sa place dans l’axe de la défense toulousaine et s’est même imposé comme le patron d’un secteur complètement à la dérive, traînant tant bien que mal dans son sillage les poids morts Isimat-Mirin et Rogel. Sa blessure au cœur de la saison a fait un mal fou à des violets qui n’en avaient pas besoin. En L2 la saison prochaine, le TFC aurait bien besoin de son jeune taulier. Hélas, il sera difficile de le retenir face aux sirènes de la Bundesliga, qui lui ferait les yeux doux.

Valeur marchande estimée : 7,2 M€ (transfermarkt)

Youssouf Sabaly (Girondins de Bordeaux – 1993) : Blessé au genou en début d’exercice, Sabaly a retrouvé les terrains en fin d’année 2019 et a tranquillement fini la saison comme titulaire, dans le couloir droit des Girondins, après un départ avorté cet hiver. Mais après quatre saisons en Gironde, l’international sénégalais (12 sélections) devrait quitter le club cet été. Annoncé sur le départ depuis plusieurs mercatos, le joueur formé au PSG voit son contrat expirer en 2021 et sa cote être au plus bas depuis ses débuts sous le maillot au scapulaire. Aux dernières nouvelles, quatre millions d’euros devraient suffire pour s’attacher ses services, soit deux fois moins que l’estimation de Transfermarkt. Pour un joueur de son expérience, polyvalent et ayant déjà atteint un très bon niveau, cela ressemble à une belle option.

Valeur marchande estimée : 8 M€ (transfermarkt)

Crédit Photo : IconSport

0