Ligue des champions : entre déceptions et golazos, le récap’ de la phase de poules

Le football ne s’arrête jamais, et il est difficile d’en suivre l’actualité au quotidien. Mais grâce à Ultimo Diez et sa Gazette, vous ne manquez pas une miette de chaque week-end. Et la Ligue des champions alors ? Pas de panique, U10 est là. Surprises, déceptions, buts géniaux ou déclarations chocs : on vous résume tout ce qu’il faut retenir de la phase de groupes avant la 6e et dernière journée.

La belle surprise

Borussia Mönchengladbach

Avec la qualification, elle n’en serait que plus belle. La belle surprise, celle qu’on n’attendait pas et qui nous fait rêver, c’est le parcours du Borussia Mönchengladbach dans ce groupe B, celui de la mort. Le club allemand a mené deux fois, face à l’Inter Milan et le Real Madrid, avant de se faire égaliser en toute fin de match. Il a passé le Shakhtar Donetsk à la tronçonneuse (6-0 puis 4-0) et a peut-être manqué le coche contre l’Inter (2-3). Une défaite est interdite chez le Real Madrid pour voir les huitièmes de finale. Quoi qu’il arrive, Marcus Thuram et Alassane Pléa ont causé de vilains maux de tête aux deux favoris du groupe, et vont peut-être renvoyer Antonio Conte et Zinédine Zidane à Pôle emploi.

La vilaine déception

Les clubs français

Entre le dernier finaliste parisien, la première du Stade Rennais ou le retour de l’OM, il y avait de quoi donner l’eau à la bouche. Pourtant, nos clubs français nous ont laissés sur notre faim. Lancé dans un semblant de groupe de la mort aux côtés de Leipzig et Manchester United, Paris devrait s’en sortir presque miraculeusement. Le non-match à domicile contre les Allemands, malgré la victoire (1-0), a laissé un goût amer. Mais là où on attend le PSG, c’est au printemps. À cette période de l’année, l’OM devrait se cantonner à la Ligue 1, sauf retournement de situation. Deux pauvres buts inscrits sur penalty, un record de défaites historique : tout est à jeter. Rennes enfin, n’aura pas créé la surprise. Malgré une relative bonne entrée en matière contre Krasnodar (1-1), la suite de la compétition a été un calvaire pour les Bretons, crucifiés par Olivier Giroud. La marche était beaucoup trop haute, et il n’y aura même pas de Ligue Europa. Vite, passons à 2021.

Le punching-ball

Dynamo Kiev et Ferencvaros

25 ans que les Hongrois de Ferencvaros n’avaient plus joué la Ligue des champions. Vous croyez que la Barça et la Juventus ont fait des sentiments ? Les Verts et Blancs ont la pire défense de C1 avant la 6e journée, avec 16 buts encaisses en 5 matches. Comme le Dynamo Kiev, Ferencvaros n’a pris qu’un seul point, lors de leur match nul à Budapest (2-2). Les Ukrainiens et leurs 3 petits buts marqués n’ont pas de quoi être fiers, surtout après la débâcle à domicile face au FC Barcelone de Martin Braithwaite (0-4).

L’équipe à suivre en Ligue Europa

Le Real Madrid…?

La dernière fois que le Real Madrid a manqué une phase finale de Ligue des champions, un jeune Vitorino Hilton lançait sa carrière à Chapecoense. Seule une victoire face à M’Gladbach ce mercredi garantira une qualif’ à la Maison Blanche. Un match nul ou une défaite pourrait envoyer la bande à Zizou en Ligue Europa, ce qui serait vécu comme une humiliation. Ce serait une découverte pour Raphaël Varane et Karim Benzema. Sinon, on gardera un œil sur l’Atalanta ou l’Ajax, qui se battront mercredi pour un ticket en 8es de finale de C1. Sans parler du grand déçu à venir entre Manchester United, Leipzig et le PSG.

Le golazo

Dominik Szoboszlai – RB Salzbourg

Si vous ne savez pas qui est Dominik Szoboszlai, c’est que vous avez manqué notre portrait sur la pépite hongroise à lire ici. Du haut de ses 20 ans, le joueur de Salzbourg a foudroyé le Lokomotiv Moscou d’une frappe barre rentrante de l’extérieur de la surface. L’équipe autrichienne peut encore doubler l’Atlético de Madrid à condition de battre les Colchoneros ce mardi soir. L’exploit ne serait pas mince, mais il est dans les cordes de Szoboszlai.

https://twitter.com/LucaDmng/status/1318972230911537152

Le presque golazo

João Félix – Atlético de Madrid

Salzbourg a Szoboszlai, mais l’Atlético a João Félix. L’attaquant portugais a la confiance de Diego Simeone, et il la lui rend très bien cette saison. Face au club autrichien, sa reprise acrobatique dans la course a heurté de plein fouet la transversale. Si elle est dedans, c’est pareil, sauf que ça fait le tour du monde.

La décla

Thomas Tuchel – Paris Saint-Germain

Après la victoire à Manchester United la semaine dernière (3-1), un journaliste a demandé à Thomas Tuchel si le PSG était presque qualifié. «C’est exactement le mot, “presque”. Ça veut dire que nous ne sommes pas qualifiés. Presque enceinte, c’est pas enceinte. Presque qualifié, c’est pas qualifié.» On soupçonne le message codé pour une ancienne maîtresse en Bavière. Pas à nous Thomas.

À LIRE AUSSI – L’engagement social mis sur le banc du football

Le chiffre

16

Erling Haaland a déjà inscrit 6 buts en Ligue des champions cette saison, portant son total dans la compétition à 16. Il est le plus jeune joueur à atteindre cette barre en C1 à 20 ans et 6 mois (désolé Kylian Mbappé), et celui à l’atteindre avec le moins de matches (12, désolé Roberto Soldado et Ruud van Nistelrooy). Le Borussia Dortmund compte sur lui en phase finale. On aurait pu citer le chiffre 13, comme le nombre de défaites consécutives de l’OM, mais est-ce bien sage de tirer sur l’ambulance ?

https://twitter.com/OptaJean/status/1331351261409644546

On se retrouve demain pour un dernier bonbon : le onze type de la phase de groupes ! Spoiler : le monsieur ci-dessus a de bonnes chances d’être dedans.

Crédit photo : Abaca / Icon Sport

0

L'Equipe Ultimo Diez