[Interview] Jean-Charles Sabattier : « S’il y a une équipe qui a tout à perdre dans cette Coupe du Monde, c’est l’Allemagne »

Le 17 mai dernier, la rédaction d’Ultimo Diez était conviée à la présentation du dispositif mis en place par BeinSports à l’occasion de la Coupe du Monde 2018 en Russie, avec la diffusion en exclusivité de l’intégralité des 64 matchs, le tout disséqué et analysé par les journalistes et consultants de la chaîne dans diverses émissions tout au long de la journée.  Lors de cet événement, nous avons eu la chance de nous entretenir avec Jean-Charles Sabattier, le commentateur phare de la chaîne en ce qui concerne l’Allemagne et la Bundesliga. 

Pensez-vous que l’Allemagne, championne en titre est capable de réaliser le doublé et de remporter la Coupe du monde encore cette année ?

Une chose est sûre, c’est que s’il y a une équipe qui a tout à perdre dans cette Coupe, c’est l’Allemagne car elle est tenante du titre. Ils ont annoncé la couleur ils veulent faire le doublé, ce qui n’a jamais été réalisé dans l’ère du football moderne donc ce serait un exploit invraisemblable. Mais je pense que c’est impossible de pouvoir se projeter là-dessus. Tout va se jouer sur leur capacité à pouvoir tenir le rythme psychologiquement. Intrinsèquement c’est une équipe qui sur le papier fait partie des cinq favoris de la compétition. Ça se jouera sur la capacité qu’ils auront à pouvoir gérer la concurrence au sein même de l’équipe et celle de pouvoir enchaîner les matchs car tous ceux qui ont été sélectionné à deux ou trois exceptions près ont eu une saison à 50 voire 60 matchs. La seule chose que l’on peut dire c’est qu’ils sont partis pour essayer de le faire.

On a vu que la pré-liste est sortie cette semaine avec quelques petites surprises comme les absences des deux héros de 2014 Götze et Schürrle et la présence de Nils Petersen.

En ce qui me concerne c’est une demie surprise lorsque l’on sait comment Joachim Löw fonctionne. Il avait annoncé que le temps de jeu et la capacité à pouvoir s’inscrire dans la durée dans le groupe ferait la différence. En ce qui concerne Schürrle et Götze ça a été encore une fois une saison qui a été perturbée par les blessures, pour les deux ça a été compliqué de revenir à un bon niveau. Ça a été dur aussi pour Dortmund qui est une équipe qui est en pleine reconstruction. On n’en parle jamais assez mais c’est une équipe qui en 18 mois a perdu la totalité de sa colonne vertébrale avec Hummels, Gündogan, Lewandowski et il a fallu rebâtir derrière. C’est un groupe qui est extrêmement jeune et ça ne se fait pas d’un claquement de doigts. On a demandé un rôle de leader qui était peut être trop important pour Götze qui mine de rien n’est toujours pas sortie de l’affaire avec sa maladie. Schürrle lui a eu une expérience anglaise qui n’a pas été formidable et il a subi une pression un peu trop forte pour lui et les autres ont continué à avancer. Donc sur les dernières sorties, les dernières performances de chacun, c’est assez logique. Pour Nils Petersen ça me paraît aussi assez logique car il fallait un pivot, un point d’ancrage en attaque. On savait que sur la seconde partie de saison, compte tenu de son expérience et son leadership Mario Gomez serait préféré à Sandro Wagner.

Sandro Wagner fait lui aussi une bonne deuxième partie de saison.

Oui mais il a moins d’histoire que Mario Gomez dans cette équipe là et pour faire le doublon dans le groupe élargi, car on ne parle pour l’instant que de groupe élargi, c’était assez logique de prendre le meilleur buteur allemand en activité. Et ce qu’a réalisé Nils Petersen avec Fribourg lorsque l’on connaît le groupe qu’est celui de Fribourg c’est quand même une performance assez énorme.

Il y a certains cadres de cette équipe qui ont connu des saisons compliquées à cause de blessures comme Neuer voire Boateng. Seront-ils prêts et à leur meilleur niveau pour la Coupe du Monde ?

Je n’ai pas trop de doutes sur Neuer car on connait son degré de professionnalisme. Il n’aura pas trop de problèmes à retrouver la grinta et la niaque nécessaire, sachant que lui, c’est quand même le genre de joueur qui est capable de prendre ses responsabilités. Ça n’a jamais dérogé d’un seul iota le fait que ce soit lui le seul numéro 1 de cette équipe et lui le capitaine. Maintenant, ça va faire une quinzaine de jours qu’il s’entraîne normalement, il va avoir besoin d’avoir des matchs de préparation plus des matchs supplémentaires avec les moins de 20 ans.

C’est un peu pour lui ces matchs de préparation en plus ? (Les matchs contre les jeunes sont déjà joués).

Oui c’est pour lui et pour le groupe. Les deux matchs de préparation de l’Allemagne c’est contre l’Autriche et l’Arabie Saoudite, on ne peut pas dire non plus que ce soit des matchs en terme concurrentiel hyper importants pour ce groupe là. Bierhoff a rappelé à la dernière conférence de presse qu’il fallait tenir tout le monde sous pression et compte tenu des performances des équipes de jeunes allemandes, jouer contre les U21 ou U20 ça va être de bons tests.

L’Espagne et l’Allemagne sont de loin les deux meilleures nations européennes à l’heure actuelle. Comment expliquez-vous leur réussite du moment ?

Je pense que c’est une culture de la gagne, on l’a vu sur la finale de la Ligue Europa et sur les résultats des cinq dernières saisons en Coupe d’Europe que les Espagnols sont clairement dans un autre monde. Si le Real s’impose, les Espagnols vont faire 9/10 sur les cinq dernières saisons. C’est une vraie culture de la gagne qui fait que ces équipes là, que ce soit en club ou en équipe nationale, lorsqu’elles rentrent dans une compétition tout est mis en œuvre pour aller au bout.  Après ça passe ou ça casse, il y a eu pour l’Espagne notamment sur les deux dernières compétitions internationales des échecs car il y avait aussi un renouvellement de génération. Ils l’ont démontré sur les résultats dans les équipes de jeunes, ils ont un tel vivier que bien évidemment ils font partie du Top 3 des grands favoris. Mais pour revenir plus spécifiquement sur l’Allemagne et sur l’Espagne je pense que la démonstration que nous ont donné ces deux équipes à l’occasion du match amical les opposant au mois de mars, dans un match absolument incroyable, permet de répondre à cette question. Je pense que les deux coachs s’étaient mis d’accord pour que l’on puisse voir les deux meilleures équipes au monde et voir ce que l’on aura certainement en Russie.

Un joueur comme Müller sort de quelques saisons compliquées voire décevantes avec le Bayern mais on le sait très performant en Coupe du Monde. Va-t-il réussir à élever son niveau de jeu lors de celle-ci ?

Moi je ne suis pas tout à fait d’accord lorsque l’on dit qu’il sort d’une saison compliquée. C’est vrai qu’on l’a connu à ses débuts comme buteur invétéré mais à partir du moment où Lewandowski est arrivé au Bayern, il a du se réadapter à son jeu. Parce que là, on a avec le Polonais un joueur qui est obnubilé par le but et qui ne pense qu’à marquer des buts. Müller je trouve qu’il a eu l’intelligence de pouvoir réadapter son jeu, ce qui en a fait encore une fois cette année le meilleur passeur du Bayern Munich en championnat. Et force est de constater qu’en deuxième partie de saison, lorsqu’il a fallu se montrer déterminant en mettant de coté la double confrontation contre le Real Madrid, il a toujours été là. Buteur, passeur, complètement à disposition de l’équipe et avec la capacité de pouvoir prendre son rôle de leader et de pouvoir suppléer Manuel Neuer en tant que capitaine du Bayern. Il connait l’objectif de la sélection, à chaque fois qu’il est en Coupe du Monde il est soit meilleur buteur, soit c’est cinq buts minimum donc il faut compter sur lui. C’est clairement un joueur qui ne se prend pas la tête, qui sait se fixer des objectifs et qui ne s’en fixe pas des trop importants et qui sera présent. En tout cas, une chose est sûre, c’est que s’il n’est pas dans les meilleures dispositions, il fera partie de ces joueurs comme on a pu le voir notamment en 2014 qui sauront laisser leur place à d’autres qui seront plus à même de faire avancer l’équipe. Il est complètement dédié au groupe, il est totalement focalisé sur cet objectif et je pense que compte tenu de ce qu’il a pu montrer sur la phase retour on peut avoir bon espoir de le retrouver en bonne forme.

Je pense que vous êtes au courant du mini scandale entraîné par les photos d’Özil et Gündogan avec le président Erdogan. Est-ce que cela peut avoir un impact sur la Coupe du Monde de ces deux joueurs ?

Je pense que dans le groupe non ça n’aura pas un grand impact, même s’il ne faut pas se voiler la face, ça a été un geste qui a été particulièrement comment, qui l’est encore et qui provoque un vrai débat au sein de la communauté allemande avec des pour, des contre, et des gens qui se demandent s’il faut garder ces joueurs en sélection. Je pense que Joachim Löw dans sa conférence de presse a été clair sur la façon dont il a pu ressentir cette chose là. Bon, il ne faut pas être grand devin pour comprendre que ce n’est pas forcément la plus grande idée de l’année qu’ils aient eu les deux. Je pense qu’ils vont avoir une discussion plus précise au moment du rassemblement de l’équipe d’Allemagne avec Joachim Löw. Est-ce qu’il y aura oui ou non un mea-culpa, ça, on n’en sait rien. Joachim Löw a lui déclaré qu’il n’a jamais considéré une seconde que cela pouvait engendrer une sanction pour les deux joueurs, c’est-à-dire une non-sélection. Bon on va dire que c’est une erreur, non pas de jeunesse car ils ne sont plus tout à fait jeunes mais ce sont des choses à prendre en compte. Même si je ne pense pas que ça déstabilise plus que ça le groupe.

En France, on apprécie beaucoup votre façon de prononcer le nom des joueurs comme par exemple Julian Draxler qui donne « Draxlaa » lorsque vous commentez. D’où ça vient ?

(Rires) Ca vient tout simplement du fait que j’ai passé les 25 premières années de ma vie en Allemagne, que j’ai tout le temps été immergé et bercé dans cette culture et cette langue allemande. Comme j’avais eu l’occasion de le dire à certains de vos confrères, je le dis comme ça se prononce. Je ne vais pas dire « Draxler, Müller, Neuer » pour faire plaisir à tout le monde. Certains peuvent considérer que c’est parfois surfait, ça ne l’est pas, c’est instinctif.

Pensez-vous qu’il peut y avoir de belles surprises dans cette équipe ? Des joueurs un peu méconnus par le public français qui se révèlent lors de cette Coupe du Monde, comme Plattenhardt par exemple ?

Oui je pense que Plattenhardt c’est un bon coup, c’est le type même de joueur piston à l’ancienne, à l’allemande comme pouvait l’être Manfred Kaltz même si je pense que vous êtes trop jeunes pour vous souvenir de ce nom là, mais c’est ces mecs qui sont capables de manger les cotés et qui ont surtout une qualité de centre absolument incroyable. C’est une vraie option sur le côté gauche même si on sait que Jonas Hector sera titularisé.

Au niveau des gardiens, est-ce qu’un joueur comme Ter Stegen, avec la saison réalisée avec le FC Barcelone, ne peut pas postuler à un poste de numéro 1 ?

Oui bien évidemment il peut postuler avec la saison qu’il réalise à Barcelone il a toute la latitude de pouvoir postuler au poste de numéro 1. Mais c’est un poste très particulier où les gardiens se respectent beaucoup et malgré la blessure et malgré la longue absence de Manuel Neuer, il n’y en a pas un qui se risquera à dire « Il n’a pas joué, j’ai fait une super saison … ». Ce ne serait pas du tout une bonne idée.

Pour finir, quelle est votre pronostic sur la Coupe du Monde de l’Allemagne ?

Je les vois aller jusque dans le dernier carré, et dans le dernier carré, ce qui leur sera proposé c’est sûrement l’Espagne. En ce qui me concerne, sur l’état de forme actuel et sur ce qu’on peut voir dans les équipes de jeunes, en club et sur ce qu’on a pu voir aussi lors des qualifications les deux équipes qui ressortent énormément ce sont l’Allemagne et l’Espagne. L’Allemagne a fait 10/10, a mis plus de 40 buts, ils ont des stats invraisemblables. Moi je rappelle juste d’une chose, c’est que dans l’histoire des qualifications pour la Coupe du Monde, l’Allemagne c’est seulement deux défaites en 1985 et 2001. Là, ils ont encore une fois fait 10/10, l’Espagne a fait 9/10… Si je dois au final choisir au final un vrai grand favori, je mettrais quand même l’Espagne un petit peu devant par rapport à l’Allemagne.

Crédit photo: Beinsport

« J'voulais être seul mais trop tard j'étais déjà né »

Laisser un commentaire