Jupiler Pro League : Qui pour succéder au KRC Genk ?

Le championnat belge devrait normalement reprendre dans une semaine si le footgate belge trouve enfin une conclusion et le titre risque d’être, une nouvelle fois, fortement disputé. La Jupiler Pro League est, à l’image de la Premier League à un niveau supérieur, un championnat très compétitif. Cette année encore, quatre équipes sont favorites pour soulever le trophée à la fin de la saison.

KRC Genk

Qui de mieux pour succéder au champion que le champion lui-même ? Après avoir remporté leur quatrième titre la saison dernière en dominant leurs adversaires toute l’année, les Limbourgeois auront pour objectif de continuer sur leur lancée et de faire rêver leurs supporters une deuxième fois consécutive. En cette première partie de mercato, Genk a déjà réalisé quelques gros transferts comme celui de Théo Bongonda, révélation de la saison dernière à Zulte-Waregem, ou le très convoité Ianis Hagi, fils de la légende roumaine Gheorghe Hagi et international espoir, acquis il y a quelques jours. Ces renforts seront plus que nécessaires étant donné que les champions en titre risquent de perdre la moitié des titulaires qui pratiquaient le football champagne du Racing. Alejandro Pozuelo a en effet rejoint la MLS en fin de saison passée, tandis que Joseph Aidoo et Leandro Trossard ont eux aussi quitté le navire. Il y a également fort à parier que Mbwana Samatta, Ruslan Malinovskyi et d’autres suivront le même chemin.

De plus, les Genkois devront s’habituer à leur nouvel entraineur, Felice Mazzu, Philippe Clément s’étant engagé le Club de Bruges. Mazzu n’est pas un inconnu du championnat : il arrive tout droit du Sporting de Charleroi, qu’il avait réussi à ramener dans la course au ticket européen.

Club de Bruges

Le coach champion de Belgique, Philippe Clément, débarque donc chez le second, le Club de Bruges, qu’il connait déjà puisqu’il y fut joueur pendant 10 ans, puis adjoint de 2011 à 2017. Il pourra compter sur une équipe compétitive qui change très peu entre les saisons. Les joueurs ont leurs automatismes et même si quelques cadres partent chaque année, leurs remplaçants sont toujours à la hauteur des attentes. Malgré la perte de leur attaquant vedette Wesley Moraes, parti pour 25 millions en direction d’Aston Villa, les « Blauw en Zwart » ont déjà recruté le Nigérian David Okereke pour 8 M€. Ce dernier était également suivi par d’autres équipes de Pro League, comme le Standard de Liège. Ce transfert est d’ailleurs le plus cher de l’histoire du Club. C’est devenu une habitude pour Ruud Vormer et ses coéquipiers de jouer le titre : depuis 2014, les Brugeois alternent chaque année entre le titre et la place de dauphin, et, si la saison passée ils ont terminé deuxièmes, cette année pourrait être la bonne…

Standard de Liège

Avec deux podiums et une coupe de Belgique en deux ans au compteur, le Standard monte en puissance et le sacre semble de plus en plus se rapprocher. Dix ans déjà que les Rouches attendent ce nouveau titre. Après avoir connu une période sombre, lors de laquelle ils ont disputé les « Play-Offs 2 » deux fois de suite, le président Bruno Venanzi met tout en œuvre pour retrouver les sommets et casse sa tirelire pour monter l’équipe qui apportera ce onzième trophée en cité ardente. Les transferts de Moussa Djenepo, parti pour 15,7 millions à Southampton, et de Razvan Marin vers l’Ajax Amsterdam (12,5 M€), ont fortement alimenté les caisses du club. Zinho Vanheusden, un des plus grands espoirs du football belge, a ainsi été récupéré à l’Inter Milan pour 12,6 M€ (avec clause de rachat dans deux ans, néanmoins). Felipe Avenatti (Bologne), Anthony Limbombe (FC Nantes) ou encore Obbi Oulare (Watford) font aussi partie des renforts déjà arrivés en bord de Meuse. Le départ de l’entraineur adjoint Emilio Ferrera, qui avait semble-t-il des différends avec une partie du vestiaire, va quant à lui permettre à plusieurs cadres qui menaçaient de partir, comme Mehdi Carcela par exemple, de rester à Liège.

Qui de mieux pour ramener le titre après 10 ans que celui qui avait déjà délivré les Standardmen d’une interminable série de 25 années sans sacre en 2007/2008 ? Pour cette deuxième saison sur le banc du Standard, l’objectif de Michel Preud’Homme est clair : le trophée de la Jupiler Pro League. On le sait, avec « MPH », la première année sert à juger le noyau pour préparer au mieux la saison suivante. Les choses sérieuses vont donc pouvoir commencer. Le seul point noir concerne le très probable départ de leur gardien Guillermo Ochoa. Le Mexicain devrait se laisser tenter par un dernier gros défi et son remplaçant Vanja Milinkovic-Savic (Torino) n’a pas encore convaincu et ne semble pas suffisamment prêt.

RSC Anderlecht

Ce n’est un secret pour personne, le club le plus titré du pays joue chaque année pour être champion. Après avoir réalisé leur pire saison depuis 55 ans en ne décrochant même pas un ticket européen, les Mauve et Blanc se devaient de réagir. La réaction ne s’est pas fait attendre puisque le coach Fred Rutten a été remercié et remplacé par… Vincent Kompany. Un véritable défi pour le Diable rouge qui n’a aucune expérience comme entraineur et qui sera assisté du Gallois Simon Davies. Ce dernier sera sur le bord du terrain et dirigera les entrainements, alors que Kompany occupera le rôle de manager. Cependant, « Vince the Prince » ne sera pas sur le banc mais… sur le terrain. En effet, en plus de son poste principal, il sera également joueur et évoluera avec le reste de l’équipe.

Outre Kompany, le RSCA a aussi effectué un des plus gros coups de ce début de mercato avec la signature de Samir Nasri. On notera également l’arrivée du Hollandais Michel Vlap pour 8 M€ en provenance d’Heerenveen. Le Sporting devrait également enregistrer les retours de blessure de joueurs de talent, comme le buteur Landry Dimata ou le jeune Albert Sambi Lokonga. Le club de la capitale a tout pour se relever mais va déjà devoir faire face à un premier problème : la fragilité de ses joueurs. Nasri manque de rythme, certains reviennent juste de blessure, alors que d’autres sont assez fragiles comme Vincent Kompany qui a subi une longue série de blessures. Le cas d’Andy Najar en est l’exemple parfait : le Hondurien a été déclaré indisponible pour une durée de plusieurs mois il y a quelques jours suite à une déchirure du ligament collatéral antérieur du genou droit.

Un dernier facteur à prendre en compte est le fait que, sauf grosse désillusion liégeoise, Anderlecht est la seule équipe parmi le quatuor à ne pas disputer de compétition européenne. Avec un nombre de rencontres moins conséquent dans les jambes, les Mauves pourraient être plus frais en fin de saison et c’est un avantage qui pourrait bien peser, à terme, dans la balance.

Crédit photo: YORICK JANSENS / BELGA MAG / Belga

Jeune Belge de 19 ans étudiant le journalisme à l'IHECS (Bruxelles)