1

Cher Benjamin,

Dans le football, il y a les joueurs prédestinés à briller, et ceux qui n’ont jamais eu la reconnaissance qu’ils méritaient. Raymond Aron disait : « l’histoire est tragique », et donc ton talent n’a jamais traversé nos frontières. Si ce site se nomme Ultimo Diez, c’est aussi parce qu’il défend le football que tu représentes, peut-être pas le plus efficace, mais le plus élégant, le football qui te fait te lever de ton canapé sans que ton équipe n’ait marqué. Pas besoin d’avoir du feu dans les jambes ou de courir 15 kilomètres pour maîtriser le jeu.

Si Juan Román Riquelme était l’Ultimo Diez argentin, tu es bel et bien le dernier numéro 10 français, le digne représentant d’un football qu’on ne voit plus mais dont la rareté fait la beauté, un esthète qui fait du ballon rond un art à part entière. Il n’y a pas que la coupe de cheveux que tu as en commun avec Zinedine Zidane. Il n’y a pas que le numéro de maillot que tu as en commun avec Michel Platini.

J’ai envie d’avoir 6 ans et d’être ton petit-fils. J’ai envie de dormir chez toi le vendredi soir et que tu me prépares un bon petit-déjeuner à base de cacao Nestlé le samedi matin. J’ai envie de regarder les dessins animés jusqu’à onze heures avec toi. J’ai envie que tu m’emmènes au stade de l’Aube (ou « el Estadio del Alba » comme on dit dans ton pays natal l’Argentine) le samedi après-midi.

J’ai envie d’être frappé d’une calvitie foudroyante pour pouvoir te ressembler. J’ai envie de t’offrir mes jambes pour que tu puisses continuer encore longtemps à jouer à ce sport que tu embellis, mais tu n’en as pas besoin car tu es comme le bon vin, tu te bonifies avec l’âge. J’ai envie qu’on aille au cinéma tous les deux, de te laisser choisir le film et de partager mes pop-corn avec toi. J’ai envie d’aller boire une bonne bière avec toi en terrasse du bar du coin, en discutant des ambiances enflammées que tu as connues à Michel d’Ornano et au stade de l’Aube.

Dans une époque où le football tend à s’individualiser, les joueurs ne jurant que par leurs intérêts personnels, tu es un OVNI. Car malgré ton statut de meilleur joueur de l’histoire de la Ligue 2, tu as toujours gardé le sens du collectif, loin du foot business qui crée les stars d’aujourd’hui. Tu n’auras pas connu la Ligue des Champions ou même l’Equipe de France, mais tu es reconnu par tous les grands de ce monde, comme l’atteste ce tweet de la légende de la comédie française Michèle Laroque.

Les gens n’oublieront pas non plus que tu as mené l’AJ Auxerre à la victoire en coupe Intertoto, et l’ESTAC vers deux championnats de Ligue 2. Des émotions qui resteront à jamais gravées dans les cœurs de tes supporters. Ce soir, tu as l’occasion d’écrire une nouvelle page de ta légende en remportant le barrage et en permettant une nouvelle fois à ton club de retrouver l’élite. Qu’arrivera-t-il après ce match ? Le football a déjà accepté de perdre Lahm, Xabi Alonso et peut-être Totti cette saison. Mais perdre Benjamin Nivet ? Certainement pas. Ne nous quitte pas, Benji l’Immortale, la Ligue 1 aura besoin de toi l’année prochaine.

Crédits photos :  AFP PHOTO / SEBASTIEN BOZON