0

Journaliste tout à tout, il pourrait vous parler manga, rap, jeux vidéos, basket … Mais aujourd’hui, c’est pour son amour de la Juve que nous avons contacté Sebastien-Abdelhamid Godelu. A la veille de la finale de Ligue des Champions, Seb nous livre son regard sur les chances de la Vieille Dame de faire tomber l’ogre madrilène.

Bonjour Séb, peux-tu en quelques mots nous dire d’où vient ton amour du foot ? As tu déja chaussé les crampons ?

A la base, j’aimais pas le foot, je détestais. J’étais un fan hardcore de basket. C’était la fin 80′ début 90′, y’avait deux camps, les footeux et les basketteux. Ce qui m’a ramené au foot c’est Olive et Tom et les jeux vidéos de foot, notamment ISS sur Super Nintendo. Là j’ai fait un switch total. 94, Coupe du Monde, Baggio, ISS … J’ai voulu faire du foot en club. Le problème, c’est que j’avais pas de gent-ar, la mère d’un de mes potes m’a payé ma licence. Bon, j’avais pas de gent-ar pour les vêtements non plus et donc elle m’a donné les chaussures de son plus grand fils. Mais son fils jouait au rugby, j’avais des gigas crampons. Très vite, plus personne voulait jouer avec moi. Mais j’étais relativement mauvais. J’ai repris plus tard. J’étais un peu meilleur … Quand j’étais au lycée, je me suis fais expulsé de mon propre club. C’était l’époque du Code de l’Honneur de Rohff. Je jouais avec mes potes dans un petit club. Lors d’un match contre une cité adverse, tout part d’une embrouille avec un adversaire. J’étais bête à l’époque (rires). L’arbitre nous sépare mais ne nous expulse pas. C’est mon coach qui me fait sortir. J’ai été chercher une matraque dans mon sac de foot et j’ai coursé un joueur adverse avec. J’ai même pas été suspendu par la ligue, mais juste par mon propre club. J’étais jeune et idiot … C’était aussi ça le foot amateur … Plus tard, j’ai repris à l’âge adulte. Je jouais à la campagne avec des potes du quartier, pour s’amuser, du district flingué … Quand on est arrivé, ils ont bugué, beaucoup trop d’arabes et de noirs d’un coup (rires). On était deux à avoir une grosse barbe, ils nous confondaient alors qu’on se ressemblait pas du tout. Quand je marquais un but, les mecs de mon équipe me disait « Bravo Karim, euh Bravo Abdelhamid, euh, bref bravo ». Ca me manque, j’ai envie de reprendre. J’aime la compétition, le fait d’appartenir à une équipe, c’est un gros kiff. Je me souviens un jour, j’ai marqué du milieu de terrain. J’ai frappé sans conviction, j’ai même pas vu le but, j’étais en train de me replacer et j’ai vu mes coéquipiers fêter le but. Ça et la matraque, ce sont les deux highlights de ma carrière.

Et ton amour de supporter, ça commence en 94 donc ?

Baggio, Coupe du Monde. Si on veut schématiser, Baggio m’a sensibilisé au foot et Del Piero me l’a fait aimer. Quand j’ai vu Del Piero en Ligue des Champions … C’était fini, j’étais amoureux de la Juve. A l’époque, pas Internet, j’avais pas Canal + … J’allais parfois regarder l’Equipe du dimanche chez un pote. Et un autre pote à moi avait une option de ouf ! Le télétexte ! Je suivais les résultats là dessus. Sinon je devais attendre d’acheter ou de gratter Onze Mondial pour avoir des résultats. J’apprenais les résultats parfois trois semaines après les matchs. Aujourd’hui, t’as accès à tout, c’est une autre consommation de foot.

Il n’y a jamais eu de doute pour toi, c’était la Juve et uniquement la Juve ?

Je n’ai jamais eu d’autre équipe. JAMAIS. Depuis le début, c’est la Juve et ça restera la Juve. Un match entre ma propre famille et la Juve, je supporterais la Juve. Y’a toujours eu de grands joueurs, de grandes équipes. Même quand c’était déguelasse, j’étais là. C’est impossible de me dire que je vais aimer une autre équipe. Demain j’ai rendez vous chez le coiffeur pour me faire le logo dans les cheveux, pour la finale. J’en ai fait des conneries pour cette équipe. J’suis golmon mais je l’assume. Je peux comprendre que pour certains, c’est presque un peu beauf d’aimer un club à ce point. Mais mon amour est tel que je n’ai pas trop de limite à ce niveau-là.

Du coup le débat « on ne peut pas aimer une équipe à distance », t’en penses quoi toi ?

Quelle connerie ! Moi j’ai grandi à Rouen, je serai bien dans la merde pour supporter … Avant de les voir en Ligue des Champions, j’ai le temps. Tu supportes le club qui te fait rêver, qui fait battre ton coeur. L’amour, c’est ça. Supporter un club à distance, ça ne veut rien dire. Je connais des supporters du PSG, qui habitent Paris, et qui n’ont jamais mis les pieds au Parc. Pour moi c’est que de la connerie, ce qui doit te faire supporter une équipe, c’est ton coeur. Si ça te fait vibrer, vas y, tu peux même aimer un club d’Ouzbékistan. Aujourd’hui, je suis abonné au Juventus Stadium, j’ai le privilège de pouvoir y aller régulièrement. Quand j’étais jeune, je ne pouvais même pas rêver d’aller voir un match de la Juve. Aujourd’hui j’ai le privilège de le faire, c’est magnifique.

Comment as tu vécu le départ de Conte, et l’arrivée d’Allegri ?

J’ai très très mal vécu le départ de Conte. Aujourd’hui, tout le monde sait quel grand entraîneur il est. Je suis archi reconnaissant envers Conte. Il a refondé l’esprit de l’équipe, il a su insuffler un esprit de guerrier qui perdure encore aujourd’hui, cet ADN qu’on avait perdu pendant plusieurs années. J’étais aussi très sceptique par l’arrivée d’Allegri ! Mais j’admets aussi que ce scepticisme s’est envolé depuis bien longtemps. A son arrivée, j’étais pas pour. Je me suis trompé car il a fait un travail formidable. Conte était arrivé au bout d’un cycle, difficile pour lui de faire mieux, sauf en Ligue des Champions, mais il fallait peut être autre chose. Allegri nous a gagné des championnats, des coupes, on est en finale de LDC … Y’a pas de changement fondamental dans le jeu, mais y’a des touches d’amélioration. On pratique un joli jeu, assez offensif, il y a toujours nos traditions de solidité, des latéraux offensifs … Je vois pas ce qu’on peut faire de mieux en termes de transitions. C’est là qu’il faut souligner le travail de Marotta dans le recrutement. Sans lui ça aurait été compliqué. Cette Juve me plaît vraiment. On a vécu des années compliquées, les années Ranieri, Ferrara … Mais aujourd’hui, Conte et Allegri ont su garder les valeurs de la Juve, tout en modernisant le jeu. Ils sont dans leur époque, on ne pratique pas le Catenaccio comme j’ai pu l’entendre à droite et à gauche. Objectivement, tu prends du plaisir dans 90% des matchs.

En France, on a l’impression que le championnat d’Italie n’est jamais apprécié à sa juste valeur, d’où vient le problème ?

Pour moi, les Français ont un problème avec les Italiens. Il y a une animosité malsaine à toujours dénigrer le championnat italien, le footballeur italien, en le caricaturant. Je suis supporter de la Squadra et je l’ai toujours vu. On ne se prive pas pour dire « ah les ritals, c’est des tricheurs, c’est des voleurs ». Evidemment, certains y sont pour quelque chose. Quand tu vois Ravanelli qui s’auto-tacle, quand Pippo Inzaghi plongeait un peu facilement … Mais est ce que pour des faits comme ça, on peut faire des généralités ? Qu’est ce qu’on fait de Baggio, de Del Piero, de Totti, de Maldini, de Nesta, de Buffon … Je vais pas aller jusqu’à dire que c’est du racisme, mais les Français ont un problème avec les Italiens. J’étais au Japon pendant l’Euro, les Japonais ont des maillots de Marchisio, ils regardent la Serie A, ils regardent tous les grands championnats, et ils n’ont pas du tout les mêmes a priori. En France, on nous dit toujours que la Serie A c’est de la merde, que c’est pas celle des années 90′, mais même à cette époque-là, les gens crachaient dessus. Ce que je kiffais dans l’Equipe du dimanche à cette époque, c’était Platini en plateau, qui parlait archi bien de la Serie A. A l’époque tu pouvais pas dénigrer. On dit qu’aujourd’hui, la Serie A est la même qu’en 2006-2007, non, elle a évolué, il y a eu un nivellement par le bas, car il y avait moins d’argent. Mais aujourd’hui, elle est agréable à regarder. T’as des purges comme partout mais t’as des équipes qui jouent au ballon …

Est ce que le retour aux affaires des deux Milan, la progression du Napoli, l’ascension de la Lazio … va changer quelque chose ? 

Franchement, je pense que c’est peine perdue. Quand tu vois la Juve il y a deux ans, finaliste de Ligue des Champions, l’année d’après, c’est comme si elle n’avait rien fait… Certains nous diront que la Juve est l’arbre qui cache la forêt, mais cette année, la Roma fait un parcours de champion ! Il y a du beau jeu de pratiqué, des équipes reviennent … Un truc qui devrait clore le débat c’est que quand tu dis, Lazio, Roma, Juve, Milan, Inter, tu dis ça partout dans le monde, ça fait rêver. Les grands clubs ne meurent jamais. Y’a forcément des périodes de moins bien … J’ai envie de voir les clubs italiens performer ! Mais je pense que même si 4 clubs italiens étaient en demi de LDC, les Français continueraient à cracher sur la Serie A, et l’Italie.

Tu parlais de la finale d’il y a deux ans, contre Barcelone, quels souvenirs as tu de ce match ?

Grosse déception, j’étais dans le mal. Le lendemain, j’étais affecté, c’était un dimanche, c’était la finale de Roland Garros et je vois que Del Piero est à Roland. Je me dis que c’est le moment. Je lance un appel sur Twitter, y’a un mec super gentil qui me rencarde et qui me fait patienter à un endroit. J’étais avec mon fils, j’avais ramené un sac entier de maillot à dédicacer, et j’ai attendu une heure et demie. J’étais en fanboy. J’ai interviewé des stars dans ma vie, j’ai beaucoup de respect pour eux mais Del Piero, ça touche à l’affect. Quand il sort avec sa femme et un de ses fils, je l’appelle, il contourne toutes les barrières de sécurité, et on est resté 45 minutes ensemble, à parler. Je n’ai fait signer qu’un seul maillot. Il s’avère qu’il habite Los Angeles, et je l’ai revu là-bas, il jouait au foot avec des potes à moi. Mais ce jour-là, ça a été un moment très marquant pour moi. Ça m’a fait oublier la finale de la veille. C’était mon rêve de le rencontrer. Et au delà de le rencontrer, voir que c’est une crème, qu’il est hyper dispo et gentil, c’était magnifique.

Tu parles beaucoup de ton fils, est ce que comme Bonucci, tu accepterais qu’il supporte le Torino ?

IMPOSSIBLE ! J’ai tellement de respect pour Léo, ce qu’il a fait pour son fils fan du Toro, je ne sais même pas comment c’est possible, je trouve ça beau. Mais moi j’accepterais pas. Je leur ai mis dans les blazes. Deuxième prénom « Juventina » pour ma fille, « Juventino » pour mon fils. Je les ai disquettés depuis tout petit !

Concernant la saison, t’attendais tu à ça ? Après l’intersaison mouvementée. 

Sincèrement, à la fin du mercato, je pouvais penser que ce serait une grosse saison. L’adaptation d’Higuain allait pour moi déterminer la saison entière, la progression de l’équipe. Le départ de Pogba nous a libéré d’un poids, on a renouvelé notre jeu et au final, on joue même mieux. Pogba était très très important. Mais là où on a été fort, c’est de faire en sorte que son absence ne se ressente pas. Je ne m’attendais pas à une finale de LDC, la demi aurait déjà été cool. Maintenant, une finale, ça se gagne. Il y a deux ans, j’y croyais moyen, on était moins solide et le Barça était injouable. Scudetto, Coppa, maintenant, faut faire le taff jusqu’au bout en LDC.

Sur les 10 derniers matchs, seulement 2 défaites. Quelles sont les raisons d’espérer ?

J’aime pas les pronostics. Soit tu passes pour un mec qui a tout calculé, soit tu passes pour un bouffon. Maintenant, dans le foot, y’a toujours des inconnus. Ce qui me fait espérer ? La saison que l’on fait, la mentalité, la grinta … Buffon ! Je veux qu’il la gagne ! Tous les titulaires sont là. Et Mandzukic à gauche c’est du génie. Tout ceci fait que je peux espérer. Le Real, c’est très très costaud, des monstres à tous les postes. Ça peut être une très belle finale. Je ne vois pas un score fleuve, et je me contenterais d’un 1-0 dégueulasse.

Un petit mot sur Zizou ? C’est un peu le match de ses deux clubs …

Zizou je l’aime, il a apporté énormément à la Juve, il m’a fait rêver. On parle du déficit d’amour de la Serie A. Quand est ce que Zizou a été le plus aimé en France ? Quand il était au Real … Et pourtant c’était un monstre à la Juve.

Match particulier pour lui. Zizou était en stage avec Allegri pendant qu’il passait ses diplômes. Ils se rencontrent en finale, c’est golri. Il a gardé un héritage juventino, dans sa vision tactique. C’est ce qui fait que cette confrontation là est différente des dernières. Il a démonté toutes les mauvaises langues.

Pour finir, on va faire un petit quizz « Pigeon ou pas Pigeon » pour faire référence à l’émission dans laquelle tu apparaissais il y a peu ….

Acheter Benatia pour 20M ?

Pas pigeon. C’est un sacré bonhomme, et c’est un être humain avec un cœur en or. J’ai fais un appel aux dons de maillot pour une association d’aide aux handicapés en Afrique, il a répondu présent, il a envoyé son maillot, celui de Buffon… Grand bonhomme. Et merci à Manu Lonjon qui a rendu ça possible.

L’OM qui récupère De Ceglie puis Evra ?

(rires) Pour De Ceglie, pigeon. Pour Evra, pas pigeon, c’est un sacré bonhomme aussi. Il y avait une carte à jouer pour l’OM de prendre Evra, et pour Evra d’aller à l’OM.

Parme qui vend Buffon pour seulement 53M ?

Pas pigeon. Ça faisait une sacré somme à l’époque. Mais ils savaient ce qu’ils perdaient … Tant pis pour eux.

La Juve qui lâche Zidane pour seulement 75M ?

A l’époque, transfert record. Mais là j’ai envie de dire pigeon. Zidane voulait partir, surtout sa femme. On ne peut pas aller contre sa volonté. Mais Zizou tu peux même le laisser partir pour 400M d’euros, tu seras toujours un pigeon.

Mettre 90M sur Higuain ?

Pas pigeon. Aujourd’hui c’est les prix … C’est le foot actuel qui est un énorme pigeon. 90M pour Higuain, c’est énorme. Mais ça reste un joueur de grand classe malgré les critiques de certains. Et vu le prix de vente de Pogba …

Sans transition du coup, acheter Pogba pour 120M ?

Pigeon d’or (rires). Pas contre les qualités de Pogba. On savait qu’il ne partirait pas en dessous de 100M. C’est les prix. Mais pigeon d’or car nous on l’a eu gratos de chez eux.

La Juve et United qui lâchent 30M à Raiola sur le transfert de Pogba ?

Nous pigeons, et lui tarba (rires), il sait faire le taff.

Le mot de la fin ? Pour la finale ?

Bon match aux supporters du Real, content qu’on s’affronte en finale. J’espère vraiment qu’on va la gagner parce que si on la perd encore, je vais souffrir. Forza Juve, Fino alla Fine.

Crédits photos :  Streeter Lecka/Getty Images/AFP