Ça a donné quoi les clubs allemands en Coupes d’Europe ?

Les Coupes d’Europe sont belles, donnent droit à de grosses ambiances, de jolies affiches et rapportent un peu d’argent aussi. Cette année, parmi les clubs de Bundesliga, habitués et nouveaux venus se sont offert une participation dans ces compétitions. Pour cette édition 2017-18 de la Champions League, il y avait 3 clubs allemands engagés : le Bayern Munich, le RB Leipzig et le Borussia Dortmund. Et pour l’Europa League, 3 clubs également : le TSG Hoffenheim, le FC Köln et le Hertha Berlin. Mais alors, ça a donné quoi tout ça ? Un bilan plutôt mitigé.

Bayern Munich

Le groupe
Le Bayern Munich a été placé dans le groupe B de la Champions League au même titre que le PSG, le Celtic Glasgow et Anderlecht.

Les attentes
Au vu du groupe, aucune inquiétude pour le Bayern, même si le club traverse une période assez étrange de son histoire. Les adversaires ne doivent toutefois pas être pris à la légère, notamment le PSG et son recrutement incroyable fait durant l’été. Ces deux équipes ressortent d’ailleurs bien plus que les deux autres équipes du groupe qui s’en sortiront difficilement.

Les matchs
Bayern 3 – 0 Anderlecht
PSG 3 – 0 Bayern
Bayern 3 – 0 Celtic
Celtic 1 – 2 Bayern
Anderlecht 1 – 2 Bayern
Bayern 3 – 1 PSG

Le classement

Résumé

Si les Bavarois avaient bien commencé en battant les Ecossais sur un score lourd, cela n’était que l’arbre qui cachait la forêt. En effet, le début de saison de Bayern a été agité : des joueurs qui s’éloignent du coach Carlo Ancelotti, un vestiaire sans dessus dessous et des performances moyennes. Finalement, le coup de grâce aura été cette claque reçue au Parc des princes lors de la seconde journée des phases de groupe. La déchéance du Bayern a des conséquences immédiates puisque l’Italien est limogé dans la foulée. Lorsque les Bavarois retrouvent la Ligue des champions c’est sous la houlette de Jupp Heynckes. Encore lui. Et sans faire des éclats, on sent une équipe plus soudée, une certaine cohésion retrouvée. Dans le jeu, le Bayern reste à la peine, mais limite les dégâts en terminant tout de même 2è de son groupe derrière un PSG flamboyant qui aura été intraitable malgré une défaite sans conséquence à l’Allianz Arena.

La suite 
Terminant second de son groupe, les munichois s’en tirent toutefois plutôt bien puisqu’ils affronteront le Besiktas. L’aller se jouera le 20 février en Allemagne et le retour le 14 mars à Istanbul. Cette configuration n’est d’ailleurs pas franchement à l’avantage des Allemands quand on sait à quel point l’antre turque peut-être intimidante. Mais du fait de la relativement longue trêve en Allemagne, on peut se dire que Heynckes aura eu le temps de remettre de l’ordre dans les rangs et d’étoffer son équipe durant le mercato. Lewandowski devrait d’ailleurs avoir un autre attaquant à ses côtés afin de lui permettre de souffler : Sandro Wagner. Son départ a été confirmé par Nagelsmann et plusieurs médias allemands.

Borussia Dortmund

Le groupe
Le Borussia Dortmund est tombé dans le groupe H de la Champions League en compagnie du Real Madrid, de Tottenham et de l’Apoel.

Les attentes
On ne va pas se mentir, lorsque l’on a vu le tirage, on s’est tout de suite dit que le Real terminerait premier et que la deuxième place se jouerait entre les Schwarzgelben et Tottenham. Sans manquer de respect à l’Apoel, les Chypriotes semblaient bien inférieurs à leurs trois adversaires.

Les matchs
Tottenham 3-1 Dortmund
Dortmund 1-3 Real Madrid
Apoel 1-1 Dortmund
Dortmund 1-1 Apoel
Dortmund 1-2 Tottenham
Real Madrid 3-2 Dortmund

Le classement

Résumé
En prenant 0 point lors de ses deux premiers matchs face à ses concurrents directs, le BVB s’est clairement mis en difficulté dans ce groupe. Parti en trombe en Bundesliga, le club n’a depuis cessé de couler en championnat et en Champions League. Le Borussia a perdu à l’aller et au retour face à Tottenham et au Real Madrid. Pire, incapable de battre l’Apoel, le club n’a pu faire mieux que deux matchs nuls 1-1. La faute à une défense basse de son adversaire et un manque de réussite mais aussi un faible niveau de jeu. Quant à ses matchs face aux deux autres, il n’y a pas vraiment d’excuse. Peut-être des erreurs d’arbitrage mais est-ce que ça aurait vraiment changé quelque chose ? À aucun moment Dortmund ne méritait d’aller plus loin dans cette compétition. Merci le goal average qui permet au club allemand de jouer tout de même l’Europa League.

La suite
3e de son groupe, le BVB a donc rejoint l’Europa League et jouera l’Atalanta en 16e de finale. Le match aller se disputera le 15 février au Signal Iduna Park et le match retour le 22 février au Mapei-Stadium. Ce sera sans Peter Bosz. Une nouvelle défaite en Bundesliga (2-1 à domicile face au Werder) aura eu raison de lui. Peter Stöger, remercié une semaine plus tôt par Köln, l’a remplacé et a offert au BVB une victoire en championnat pour son premier match sur le banc.

RB Leipzig

Le groupe
Le RB Leipzig est tombé dans le groupe G de la Champions League en compagnie de l’AS Monaco, du FC Porto et du Besiktas.

Les attentes
On ne peut pas dire que le RB Leipzig a eu de la chance ni qu’il n’en a pas eu. À première vue, c’est un groupe qui semble très équilibré où chaque club a sa chance. Qualifié pour la Champions League après sa première saison en Bundesliga, le club allemand n’a pas grand chose à perdre et a même toutes les qualités pour passer cette phase de groupe.

Les matchs
Leipzig 1-1 Monaco
Besiktas 2-0 Leipzig
Leipzig 3-2 Porto
Porto 3-1 Leipzig
Monaco 1-4 Leipzig
Leipzig 1-2 Besiktas

Le classement

Résumé
Un bon nul face au demi-finaliste l’an dernier pour commencer, ce n’est pas trop mal. Une défaite dès le 2e match, c’est moins cool. Ensuite, une victoire et une défaite face à Porto, c’est raisonnable. Lors de l’avant-dernier match du groupe, Leipzig est arrivé avec le même objectif que son adversaire (Monaco) : gagner pour garder tout espoir de qualification. Et les joueurs allemands ont tout simplement marché sur l’AS Monaco. Malheureusement, la deuxième défaite en deux matchs face au surprenant Besiktas (0 défaite dans ce groupe) aura eu raison des derniers espoirs de Leipzig.

La suite
3e de son groupe, le RB Leipzig a donc rejoint l’Europa League et jouera Naples en 16e de finale. Le match aller se disputera le 15 février au Stade San Paolo et le match retour le 22 février à la Red Bull Arena. Pour le coup, là, on peut dire que les Allemands n’ont pas eu beaucoup de chance. On savait que l’Europa League était relevée avec tous les « gros » qui arrivaient de la Champions League mais tirer Naples n’est clairement pas une bonne chose pour leur avenir dans la compétition. En revanche, ça l’est pour la beauté du football.

FC Köln

Le groupe
Le FC Köln est tombé dans le groupe H de l’Europa League en compagnie d’Arsenal, du BATE Borisov et de l’Étoile rouge de Belgrade.

Les attentes
Sur le papier, l’histoire est belle pour le FC Köln qui retrouve l’Europa League 25 ans après sa dernière qualification en coupe d’Europe. Une attente interminable pour le club, les joueurs mais aussi les supporters. Les matchs dans cette compétition sont toujours difficiles et aucune équipe n’est à prendre à la légère. Un groupe plutôt ouvert donc.

Les matchs
Arsenal 3-1 Köln
Köln 0-1 Belgrade
BATE 1-0 Köln
Köln 5-2 BATE
Köln 1-0 Arsenal
Belgrade 1-0 Köln

Le classement

Résumé
Köln a très mal débuté sa campagne européenne et c’est peu de le dire. Avec 3 défaites en 3 matchs, le club n’avait que très peu de chances de poursuivre l’aventure. Et pourtant… Lors des matchs retour, les Geißböcke se sont vengés sur BATE (victoire 5-2) et ont même remporté leur match à domicile face à Arsenal. Après un tel départ, qui aurait pu imaginer que les Allemands pourraient encore se qualifier lors du dernier match ? Pour cela, il fallait absolument une victoire face à Belgrade. Köln s’était incliné à l’aller et avant ce dernier match, les deux clubs avaient 6 points. Un match nul était donc insuffisant. Malheureusement, le club a perdu sa finale en s’inclinant 1-0 là-bas.
Le grand gagnant ? Les supporters ! Un grand bravo à eux. À chaque match, à domicile comme à l’extérieur, ils ont mis une ambiance folle. Un exemple : dès le premier match à Arsenal, les supporters n’avaient que 2900 places et c’est à 20000 qu’ils ont fait le déplacement.

La suite
3e de son groupe d’Europa League, Köln regardera la Coupe d’Europe à la télévision. Une élimination qui ne tombe pas si mal car le club va devoir se concentrer sur la Bundesliga. Dernier avec 0 victoire en 16 matchs, le FC Köln ne compte que 3 petits points. Son entraineur, Peter Stöger, s’est fait licencier après un match nul 2-2 face à Schalke lors de la 14e journée. Le week-end suivant, le club menait 3-0 sur sa pelouse face à Fribourg. La première victoire semblait acquise. Le résultat ? Défaite 4-3.

Hertha Berlin

Le groupe

Pour leur seconde participation à l’Europa league en deux ans, les Berlinois qui ont cette fois dépassé les barrages ont été placés dans le groupe J avec l’Athletic Bilbao, Östersunds et Zorya Luhansk.

Les attentes
Dans un groupe plus ou moins homogène, la vieille dame a eu quelques lueurs d’espoirs : si ce groupe encore peu expérimenté (et restreint) parvenait à gérer deux compétitions en même temps, une seconde place était envisageable.

Les matchs
Hertha 0 – 0 Bilbao
Östersunds 1 – 0 Hertha
Zorya 2 – 1 Hertha
Hertha 2 – 0 Zorya
Bilbao 3 – 2 Hertha
Hertha 1 – 1 Östersunds

Le classement

 

Résumé
Si la campagne européenne de l’équipe de Pal Dardai a plutôt mal débuté, notamment lors du déplacement en Suède où ils ont fait pâle figure, une victoire a malgré tout permis à l’équipe de rêver lorsqu’ils se sont déplacés au Pays Basque pour affronter Bilbao. Et si les Berlinois avaient globalement les choses en main en menant 2-1 à la mi-temps, ils se sont totalement effondrés sous les coups de butoir de leur adversaire. Et c’est finalement par une défaite 3 à 2 que le match s’est terminé. Et avec ce score, c’est le rêve d’une qualification qui s’est envolé, laissant une équipe berlinoise s’affliger sur son sort et obligée de se reconcentrer sur la Bundesliga afin de remonter au classement.

La suite
Finissant dernier de son groupe, le Hertha Berlin n’a plus qu’à oublier cette parenthèse européenne afin de se concentrer pleinement sur le championnat allemand où ils sont actuellement situés en milieu de tableau. Et le club aura besoin de toutes ses forces pour s’élever puisque cette saison se révèle être très équilibré et en un rien de temps les dynamiques peuvent s’inverser. Autrement dit, si le Hertha Berlin veut retrouver l’Europe, il faudra cravacher. Mais en n’ayant plus qu’un match par semaine, cela devrait être plus aisé.

TSG Hoffenheim

Le groupe
L’équipe dirigée par Julian Nagelsmann s’est retrouvée dans le groupe C avec Braga, Ludogorets et Basaksehir.

Les attentes

En dépit du manque d’expérience de Nagelsmann et de ses joueurs, les équipes du groupe sont à la portée d’Hoffenheim. À la vue du tirage, un soupçon d’espérance est né au club. En outre, compte tenu du jeu proposé par l’équipe on peut se dire qu’ils ont les armes pour s’en sortir. En théorie.

Les matchs
Hoffenheim 1 – 2 Braga
Ludogorets 2 -1 Hoffenheim
Hoffenheim 3 – 1 Basaksehir
Braga 3 – 1 Hoffenheim
Hoffenheim 1 – 1 Ludogorets

Le classement

Résumé
Dans un groupe équilibré et, sur le papier, à sa portée, Hoffenheim a toutefois fait grise mine au point de terminer dernier. À l’image de ce qui est fait en Bundesliga, l’équipe est sur courant alternatif et souffre de problèmes défensifs. Ce qui n’était pas le cas dans le passé, mais les départs de Rudy et Süle ont affaibli l’équipe et cela s’est vu sur le terrain. Avec seulement une victoire contre l’une des plus faibles équipes du groupe, les hommes de Nagelsmann ont déçu. Désormais, les allemands auront le temps d’y penser jusqu’à la saison prochaine dans le cas où ils se hissent de nouveau sur la scène européenne.

La suite
Comme c’est le cas pour le Hertha Berlin par exemple, il ne reste plus qu’à se concentrer sur la Bundesliga pour Hoffenheim. Depuis approximativement 2 ans maintenant, ils nous ont habitué à être dans la première partie de tableau. Toutefois, s’ils perdent bien leur attaquant, Sandro Wagner, l’équipe en prendrait encore un coup. Malgré cela, il est plus ou moins certains que l’on retrouvera l’équipe de Nagelsmann (pour ce qui pourrait être sa dernière saison là-bas, étant courtisé par le Bayern et Dortmund) dans le haut du panier à la fin de cette saison de Bundesliga.

Crédit photo: FRANCK FIFE / AFP

J'aime bien le foot.

Laisser un commentaire