5

Auteur d’un début de saison compliqué, l’argentin Angel Di Maria, dont le PSG ne veut pas se séparer cet hiver, sera très attendu de janvier à mai. L’occasion de nous ressortir une deuxième partie de saison de folie comme l’an dernier ?

Récidiviste

L’an dernier déjà, l’intéressé avait connu une première partie de saison plus que compliquée. Bien loin du niveau qui était le sien lors de ses débuts parisiens (Saison 2015-2016). Saison lors de laquelle Di Maria avait affiché un niveau de jeu et des stats éblouissante : 15 buts et 25 passes décisives TCC (dont 18 en L1). Ce début de saison-là avait laissé un goût amer aux supporters parisiens se plaignant de ne pas retrouver le grand Di Maria.

Statistiquement parlant il avait bouclé la première partie de saison avec 3 buts et 7 assists. Et pourtant dans le jeu, El Fideo était toujours aussi omniprésent et à la recherche du geste décisif. Mais il ne l’était tout simplement pas. Le départ d’un certain Zlatan Ibrahimovic n’était sans doute pas à négliger dans les difficultés de l’argentin, dont les responsabilités dans le jeu avaient pris de l’ampleur.

Le coach parisien fut le premier défenseur de Di Maria durant cette phase compliquée en lui réitérant sa confiance malgré des performances en deçà du niveau escompté. Mais cette « mauvaise » première partie de saison avait finalement contraint Unai Emery à ne pas convoquer le joueur face à Lorient avant la trêve pour le laisser se reposer.

 

Et cette confiance, Angel Di Maria l’a rendue au coach lors de la seconde moitié de saison. Après l’arrivée de Draxler, c’est un Angel en très grande forme que l’on a retrouvé sous les couleurs du PSG. Lui qui avait avoué que la concurrence apportée par l’arrivée de l’allemand avait engendré chez lui un regain de motivation a régalé. Statistiquement parlant, déjà, ce fut d’un autre acabit : 9 buts et 8 assists.

On se souvient notamment de très grands matchs de sa part lors de cette deuxième partie de saison comme lors des démonstrations contre Barcelone en Ligue des champions et Monaco en finale de Coupe de la Ligue ou encore à Bordeaux dans cette même compétition. Ces matchs-là ont permis de rappeler à tous, le niveau auquel peut évoluer l’argentin. Seuls points noirs de cette seconde partie de saison : cette non-passe pour Cavani au Camp Nou et un rouge totalement stupide à Nice. Même scénario en 2018 ?

Angel no se vende

Avec l’arrivée des deux monstres Neymar et Mbappe dans le club de la Capitale, Di Maria fut l’un si ce n’est le plus gros perdant de ce mercato fou. Passer de titulaire indiscutable à premier remplaçant n’est pas chose aisée. Pire même, il s’en est fallu de peu pour que le joueur ne quitte pas le Paris Saint Germain dans les dernières heures du mercato pour rejoindre le FC Barcelone. Offre de 45m€ refusée par la direction parisienne (à raison).

Evidemment, jusqu’ici, la saison l’ailier parisien n’a pas été facile. En terme de stats, il culminait avant la trêve à 5 buts et 5 assists en 20 apparitions. Pire même, il n’a pas participé à certains gros matchs comme celui à l’Allianz Arena et a montré quelques signes d’agacement. Il était logique que l’argentin passerait après la « MCN ».

Mais pour un joueur de ce calibre, ce n’est pas facile à accepter. Pour un joueur comme lui qui ne brille pas par la constance, un rôle de « supersub » est difficilement endossable. Oui mais voila, le club parisien a des ambitions européennes élevées. Et s’il veut aller loin dans une compétition dans laquelle il rencontrera sur sa route le Real Madrid, il aura besoin de ses meilleurs joueurs. Di Maria en fait évidemment parti.

C’est donc dans l’intérêt de tous que l’argentin retrouve un niveau proche du sien lors des prochains mois. C’est aussi et surtout le rôle de l’entraineur de pouvoir impliquer au mieux les joueurs qui ne font pas parti du 11 type comme semble l’être Di Maria cette année.  Une grande saison ne se construit pas avec les 11 titulaires seulement, mais bien avec l’ensemble de l’effectif.

 

 

Remplaçant. (Crédit photo: ICON SPORT/Dave Winter)

 

Les qualités du joueurs sont connues, son importance dans la conquête de la décima du Real et dans la campagne de Coupe du Monde 2014 de son pays l’est aussi. Il pourrait jouer un rôle important dans la seconde partie de saison parisienne. Les matchs vont commencer à s’enchainer et la « MCN » ne sera sans doute pas amenée à les disputer dans leur intégralité. Di Maria doit etre le 4ème élément de l’attaque parisienne capable de remplacer l’un des joueurs du trio. Et la possibilité d’aligner par exemple une attaque Neymar-Mbappe-Di Maria semble intéressante compte tenu du profil de ces joueurs là.

Le premier match de l’année 2018 de ce trio-là fut encourageant malgré la prestation pitoyable des Rennais du président Olivier Letang. Une complémentarité criante de ce trio fut aperçue et l’argentin a montré de belles choses (2 buts et 1 assists). S’en est suivi un match moins rayonnant à Amiens où le joueur à tout de même offert une passe décisive à Rabiot. A Nantes, associé à Mbappe et Cavani, il a inscrit le seul but de la rencontre offrant la victoire aux siens. Il porte donc son total à 3 buts et 2 assists en 2018. De là à relancer (ou lancer) une concurrence sur les trois postes de devant ? Pas si sûr.

La question est désormais de savoir si le coach basque réussira à tirer le maximum du joueur argentin en l’impliquant de manière intelligente dans le projet collectif du PSG. C’est l’un des enjeux des six prochains mois du coach à la tête du club qui aura assurément besoin d’Angel Di Maria pour aspirer à de grandes victoires cette saison.

Cela va sans dire que Di Maria ne doit absolument pas quitter le club de la Capitale cet hiver. Il est le seul joueur sur le banc de cette équipe à être un top joueur confirmé et avoir de nombreux  matchs références au très haut niveau. Son expérience de ces matchs là et surtout son talent peuvent aider le Paris Saint Germain dans les moments importants de la saison.  L’épée de Damoclès au dessus de la tête des dirigeants aurait pu pousser le club à laisser partir le joueur. Mais le transfert de Coutinho vers Barcelone vient de refermer l’une des seules pistes plausibles en cas de départ. Et puis de nombreux joueurs passent avant lui dans cette liste de potentiels joueurs à vendre : Lucas, Ben Arfa, Pastore voire même Guedes dont la côte ne cesse de grandir…

 

Crédit photo: LOIC VENANCE / AFP