[Liga Nos] Éder Militão, le futur meilleur défenseur du monde ?

Voilà un jeune (encore un au FC Porto) qui fait parler de lui. Éder Militão de son vrai nom Éder Gabriel Militão est déjà qualifié de nouveau Thiago Silva (qui a lui aussi joué dans la B du FCP, coïncidence ?). Suivi par des clubs tels que la Lazio, le PSG, l’Inter Milan ou Manchester City, il a finalement fait le choix de ne pas brûler les étapes en intégrant l’un des meilleurs clubs tremplin en Europe : Porto. La garçon a des qualités indéniables mais est-il un vrai crack ou un simple Doria en puissance ?

Une assurance et une polyvalence très précoces

Arrivé du FC São Paulo cet été, Militão, 20 ans, a été désigné pour être le successeur d’Ivan Marcano, taulier de la défense portista depuis quelques temps. La tâche était ardue tant le duo Felipe-Marcano faisait des ravages en Liga Nos la saison passée avec la modique somme de 18 buts encaissés en 34 matchs, soit environ un but encaissé tous les deux matchs. Plusieurs fois passé derrière le jeune Diogo Leite dans la hiérarchie avec peu de titularisations en début de saison, il a su convaincre Sergio Conceição quand il a joué et le voilà maintenant titulaire aux côtés de son compatriote.Ce choix a un peu surpris. En effet, l’on s’attendait à ce qu’il entre dans la rotation « régulière » plutôt sur l’aile droit à la place de Maxi Pereira qui, ce n’est un secret pour personne, commence à prendre de l’âge et n’a donc plus sa vivacité d’antan. En réalité, les performances de Maxi s’avéraient être assez satisfaisantes bouchant le poste de défenseur droit à Éder Militão. Dès lors, son coach décide de le mettre en concurrence avec ses collègues défenseurs centraux. Bien que Diogo Leite dispose d’un énorme potentiel lui aussi, Militão est un meilleur joueur que lui dans tous les compartiments du jeu. Cela constaté, il a été positionné dans la charnière centrale axe droit. A noter par ailleurs qu’il a aussi déjà évolué central axe gauche et en sentinelle devant la défense. Comme nombre de centraux capables de jouer 6, il dispose d’une qualité balle au pied et dans la relance de haut niveau, il n’hésite pas à casser des lignes dès les premières relances ou encore à trouver la verticalité par des longs ballons aériens.

Avec une clause libératoire de 50 millions d’euros et une valeur avoisinant les 25 millions d’euros selon les différents sites spécialisés, ses qualités ne sont pas qu’axées sur son jeu de passes. De la tête, d’abord, il ratisse large et malgré un mètre 86 grand mais pas énorme, il remporte la grand majorité de ses duels aériens et est surtout précis dans ce type de duels. Ainsi, il a toujours le réflexe de prendre l’information avant d’aller au duel pour repousser sur un coéquipier. Cela s’accompagne par des aptitudes physiques impressionnantes. Par exemple, seulement son body language traduite une véritable aisance dans ce qu’il entreprend. Ajoutez à cela la corpulence d’un homme dans la fleur de l’âge dont la largeur d’épaule est plus grande que celle de presque tous les attaquants qu’il défend : le résultat est phénoménal. Dernière qualité qui permet de compenser l’un de ses défauts : sa vitesse. L’on sent ici l’apport de sa fonction de latéral droit qui force à développer une vitesse et une endurance notables. Cette vitesse lui permet de brouiller son manque d’anticipation défensive et plus globalement de QI football défensif. Toutefois, pas d’inquiétude, il n’est pas le premier jeune défenseur central à montrer des carences sur ce point et ne sera sans doute pas le dernier. « L’avantage » de ce manque est qu’il l’un des rares à pouvoir être amélioré.

Dans les pas de Doria, Thiago Silva, David Luiz ou Marquinhos ?

Il y a un point commun entre les quatre joueurs évoqués dans le sous-titre ainsi que Militão : ils sont ou ont tous été perçus comme des futurs top défenseurs mondiaux lorsqu’ils étaient jeunes, avec des résultats plus ou moins en phase avec cette projection. Nul ne peut à l’heure actuelle affirmer avec certitude le chemin que prendre la carrière du jeune padawan Militão mais il y a des signes qui ne trompent pas. Parmi ceux-ci, sa nomination pour le titre de Golden Boy de cette année arrivée plus ou moins au même moment que sa première sélection internationale avec l’équipe A du Brésil montrent que son talent est reconnu en interne et par les observateurs. Même s’il est évident que le fait que le Brésil ait affronté le Salvador lors de l’unique match durant lequel il a joué et que Militão ait donc été l’artisan du beau clean sheet acquis dans la manière (5-0, 63% de possession, 0 tir cadré subi), il est essentiel de n’en tirer que du positif.

Le jeune brésilien a aussi une particularité qui le différencie d’autres joueurs dans son cas à l’instar de, justement, l’ami Matheus Doria : il joue pour apprendre et apprend pour jouer. Il profite de toutes ses « rencontres » footballistiques pour recevoir des conseils puis les mettre en application. On le voit par exemple souvent Felipe lui donner ses avis et points d’amélioration en match ; le fait que les deux soient Brésiliens facilite la communication, ce qui est finalement bénéfique à Militão dans sa progression. Il n’est donc pas complètement omnibulé par son statut de crack et sait prendre du recul, se remettre en question afin de corriger ses rares défauts.

Prédire ce que sera Éder Militão d’ici à plusieurs années n’est actuellement pas possible mais il est néanmoins clair qu’il a le niveau et la mentalité pour aller loin.

Crédits photos : MIGUEL RIOPA / AFP

4-4-2 losange et presunto comme exutoires.