[Serie A] Matteo Politano, pour redorer le blason nerazzurro

Il est de ces joueurs qui ne font pas de bruit. Mais qui, doucement, construisent une belle carrière.
À 25 ans, Matteo Politano affiche une courbe de progression régulière. L’attaquant italien, prêté à
l’Inter par Sassuolo, sera l’un des hommes à suivre lors de la deuxième partie de saison.

L’Inter Milan a vécu une importante désillusion en Ligue des champions, en laissant filer la qualification pour les huitièmes de finale après un triste nul face au PSV. Les espoirs des supporters sont déchus. Le travail de Luciano Spalletti, remis en question. Mais, au milieu de la brume qui envahit la Beneamata, luit un motif d’espoir pour la suite de l’exercice : Matteo Politano.

Un couteau suisse en attaque

Cet attaquant polyvalent et petit format (il atteint à peine 1m70), couvé à la Roma, a d’abord
enchaîné les bails courts. À Perugia, Pescara, puis Sassuolo où il signe définitivement en 2016.
Au cours de trois saisons pleines dans la maison noire et verte, Matteo Politano démontre à la fois
des qualités de buteur et de centreur. Mieux, il fait preuve d’une certaine adresse dans ses
dribbles. Le numéro 16 devient un véritable couteau suisse en attaque, utilisé tantôt ailier gauche,
tantôt ailier droit. Parfois même, en position de neuf et demi. Ses stats parlent pour lui : 10 buts et
5 passes décisives la saison dernière, 8 buts et 8 passes TCC la saison d’avant. Et pour compléter ce
beau CV, Politano participe à l’aventure européenne de Sassuolo lors de sa deuxième année en
Émilie-Romagne (oui, Sassuolo s’est qualifié pour la campagne d’Europa League 2016-2017. Cela
vous avait échappé ? Nous aussi).

Logiquement, cette nouvelle formule de poison pour défense attire les convoitises d’institutions
prestigieuses. C’est d’abord le Napoli qui pointe le bout de son nez au mercato d’hiver 2018, offre
de 28 millions à l’appui. Sans succès. L’été venu, l’Inter passe à l’offensive. Cette fois, c’est la
bonne. Par un prêt payant (7M) avec option d’achat non obligatoire (20M), les Nerazzurri
s’attachent les services de l’Italien. « Une émotion indescriptible, l’un des plus beaux jours
de ma vie en tant que footballeur », s’extasie la pépite lors de sa conférence de présentation. En
Lombardie, l’attaquant conserve le numéro 16 qu’il portait à Sassuolo, référence au jour de
naissance de sa femme et de son frère. Son entraîneur, Luciano Spalletti, loue « sa conduite de
balle rapide et sa capacité à changer de direction à tout moment », après le match d’International
Champions Cup disputé contre l’OL, début août.

Inter et Nazionale

Très vite, Matteo Politano s’impose comme un titulaire indiscutable du onze interiste. Le virevoltant
attaquant occupe la pointe droite d’un trident offensif complété par Perisić et Icardi. Dans un rôle
de « faux-pied », il percute, centre, repique sur sa patte gauche. La comparaison avec Arjen
Robben est tentante mais pas encore réaliste. Politano manque encore de prise d’initiative et de
risque, notamment dans ses frappes, pour justifier d’un parallèle avec la légende du Bayern.
Néanmoins, ses prestations sont très remarquées. La preuve : les portes de la Squadra azzurra
s’ouvrent au natif de Rome. Après une première sélection honorée le 28 mai, Politano inscrit son
premier but avec la Nazionale le 20 novembre, dans les derniers instants d’un match amical face
aux Etat-Unis. Un enchaînement pied gauche – pied droit (qui n’est pourtant pas son pied fort),
réalisé 4 minutes seulement après son entrée en jeu pour offrir la victoire aux Azzurri. « Une soirée
inoubliable », confiait-il à Rai Sport.

A présent, la mission de Politano consiste à aider l’Inter dans la quête de son prestige d’antan.
C’est déjà fini en Ligue des champions, mission impossible en championnat où les Nerazzurri accusent 14 points de retard sur la Juve. Alors, il faudra briller en Europa League. Pour Politano, ce sera l’occasion de se révéler un peu plus, à l’échelle du continent… Et de convaincre la maison interiste de l’engager définitivement.

Crédit photo : Giuseppe Maffia / SportPhoto24 / DPPI.