[Liga Nos] Moreirense pourra-t-il aller au bout ?

Le Moreirense Futebol Clube, 10ème budget du championnat portugais avec un peu plus de 3 millions d’euros, est en train de littéralement créer la surprise cette saison en Liga Nos en affichant une très belle cinquième place à cinq points du Sporting, quatrième et à deux points du sixième, Guimarães. Si Moreirense venait à conserver cette cinquième place jusqu’à la fin de la saison, le club jouerait les qualifications à la Ligue Europa, une première dans l’histoire du club. En plus de bénéfices sportifs, cela permettrait à cette équipe d’obtenir des retombées économiques inédites qui pourraient, en cas de qualification à l’Europa League (on en est encore loin) faire entrer le club dans une nouvelle dimension.

La C3, un mirage naïf ou une réalité objective ?

A en croire le classement à 14 journées de la fin et les résultats de Moreirense, la qualification aux playoffs de la petite sœur de la Ligue des Champions semble possible. En s’imposant face aux équipes de la deuxième partie du tableau quasiment à chaque fois, le club fait le plein de points avant d’affronter des équipes de niveau supérieur contre lesquelles c’est parfois plus poussif, en raison notamment d’un gap qualitatif assez marqué. La clé sera donc de performer face aux équipes inférieures et ne pas perdre de points bêtement tout en essayant de créer la surprise face aux équipes d’un meilleur niveau comme ce fut le cas lors de la neuvième journée lors de laquelle Moreirense a battu Benfica 3-1 au Estadio da Luz.

Mais Moreirense pourra aussi compter sur les autres, sur une Liga Nos particulièrement ouverte cette saison qui voit des équipes qui jouent le maintien battre régulièrement des prétendants européens. S’il est clair que certaines équipes comme le Vitória Guimarães, Belenenses ou Portimonense affichent une qualité de jeu qu’il était impossible de prévoir avant le début de saison, les méformes d’équipes telles que Chaves ou Marítimo ne sont pas étrangères à ces belles surprises. Ainsi, le Moreirense FC peut y croire. On le lui souhaite en tout cas.

Ils n’ont pas couru, ils sont en train d’arriver à point

Comme d’autres équipes portugaises, Moreirense a misé sur une stratégie de long terme depuis une bonne dizaine d’années. En D1 portugaise depuis la saison 2006-2007, le club de la ville de Moreira n’a cessé de progresser graduellement : jusqu’à 2010 environ, le club jouait le maintien tout en s’améliorant poste par poste et en créant de manière progressive une philosophie de jeu qui lui est propre. Jusqu’à la saison dernière, l’objectif était le ventre mou en développant son plan de jeu (plan de jeu qui sera développé en détails ci-après). Le résultat est donc arrivé cette saison avec la possibilité de jouer les premiers rôles en essayant d’aller chercher une qualification en coupe d’Europe.

Si Moreirense peut prétendre à l’Europe sur cet exercice, c’est en partie grâce à des joueurs de qualité à plusieurs postes. De façon tout à fait atypique, la majeure partie des joueurs de l’effectif étaient sans contrat à leur arrivée au club. Ainsi, des joueurs tels que João Aurélio (latéral droit, laissé libre par Guimarães), Anthony d’Alberto (lui aussi arrière droit, laissé libre par Braga) ont débarqué. De même, les deux milieux qui font forte impression dans cette équipe : Pedro Nuno (3 buts, 3 passes décisives) et Chiquinho (3 buts, 5 passes décisives), respectivement 24 et 23 ans, n’ont pas été renouvelé par le SL Benfica et Moreirense en a profité pour sauter sur l’occasion. Idem pour Pacheco, arrivé libre de Marítimo qui est le véritable maestro de l’équipe. Enfin, le club s’est vu prêter un certain Heriberto Tavares, 21 ans, par Benfica pour une saison en juin dernier et qui est un numéro 9 à fort potentiel (il a joué avec les sélections de jeunes portugaises depuis qu’il a 15 ans). En résumé, Moreirense c’est un club qui flaire les bons coups.

L’effet de surprise au centre du plan de jeu

Ce qui est intéressant avec Moreirense, c’est son imprévisibilité. Alors que cette équipe joue parfois avec un bloc bas face aux gros (victoire 3-1 face à Benfica), elle peut aussi les surprendre en les prenant à la gorge et en les pressant dans leur camp (défaite 2-1 contre le Sporting) avec plus ou moins de réussite et d’efficacité. Ces variations dans le style de jeu sont également visibles lors d’un seul et même match, comme justement face au Sporting où l’on a pu entrevoir cela avec des phases de pressing intense et d’autres plus marquées par un certain attentisme en vue de jouer sur contre-attaque. Cela ne se manifeste néanmoins pas que face aux grosses écuries, comme on a pu le constater face à Belenenses récemment, un match lors duquel Moreirense s’est imposé 1-0. 

Si cela a pu être rendu possible, c’est notamment grâce à la présence d’Ivo Vieira sur le banc du club depuis cet été. Tel un Antoine Kombouaré ou un Michel Der Zakarian portugais, il a fait le tour du Portugal des clubs en passant, entre autres, par Estoril, Marítimo ou encore l’Académica Coimbra. Alors qu’il n’a jamais vraiment réussi à imposer sa philosophie, cette saison arrive à point nommé dans sa jeune carrière de coach (il n’a que 43 ans) puisque cela lui conférera une légitimité dans son domaine pour la suite. Et si c’était finalement lui le grand gagnant de cette affaire ?

 

Crédit photo: DPI / NurPhoto

4-4-2 losange et presunto comme exutoires.