Nouveau déplacement européen pour les Parisiens, nouvelles histoires à raconter. Pour la première fois depuis 2016 et une victoire face à Chelsea, le PSG s’est imposé dans un match à élimination directe. Les supporters se sont aussi imposés… Partout.

12 avril 2016. En arrivant de Londres en train, on pouvait apercevoir l’Etihad Stadium, antre de Manchester City, où le PSG s’était incliné 1-0 sur un but de Kevin de Bruyne. En arrivant mardi sur place, même scène mais pas le même arrêt. Cette fois-ci, direction le stade de l’autre club de la ville, Manchester United. Dans le train, les discussions sur le match du soir vont bon train. « En ce moment, ils sont bons, ça fait un moment qu’ils n’ont pas perdu et nous, il nous manque Cavani et Neymar » nous souffle un supporter parisien. « Neymar ou pas Neymar, on va les battre, l’analyse d’Habib Beye dans le CFC confirme totalement ce que je pense, ce n’est pas devenu la meilleure équipe d’Europe du jour au lendemain » nous dit Thibault, déjà présent à Manchester en 2016.

En arrivant dans la ville, quoi de plus beau que le National Football Museum pour récupérer les places pour le match ? Dans ce lieu où on peut observer un trophée de Premier League, un maillot dédicacé par Pelé ou encore un maillot de Rashford encadré, se trouve un maillot de Paris, année 93-94. Une fois les places en main, direction Shambles Square, lieu de ralliement pour les supporters parisiens, sur ordre du Collectif Ultras Paris pour « prendre le tramway ensemble et faire un cortège par la suite ».

« We never saw something like that »

À partir de là, les supporters parisiens comment à vraiment donner de la voix. Chants, fumigènes, stroboscopes, la ville de Manchester est émerveillée et les passants s’arrêtent pour voir les supporters faire la fête, tout cela dans une bonne ambiance, avec une police anglaise plus dans le respect que dans la repression. « On a l’habitude de voir des supporters dans la ville lors de matchs de Ligue des Champions mais une ambiance comme ça, on en a jamais vu ! » nous dit John, supporter de United, émerveillé par le spectacle. « Quand ils sont allés à Liverpool, les supporters des Reds en avaient dit le plus grand bien, je comprends pourquoi. » Direction Old Trafford donc, avec plus de 3000 Parisiens, formant un cortège, en attendant avec impatience l’événement de la soirée.

Dans le stade, l’ambiance est plutôt mitigée en arrivant. Au contraire d’une tribune away à Chelsea ou encore à Manchester City, la tribune away n’est pas en bord pelouse mais est séparée par… la tribune des personnes à mobilité réduite. Du coup, le parcage est sécurisé par des filets avec des poteaux, ce qui ne permet pas une visibilité parfaite de la pelouse. Mais qu’importe, sous l’impulsion du CUP, les supporters parisiens donnent de la voix. 3500 personnes en parcage face à plus de 70000 personnes à Old Trafford, ça ne devrait pas faire de bruit ? Tout le contraire ! De la première à la dernière minute, les chants résonnent dans l’antre de Manchester United, sans aucune véritable réponse de la part des hôtes. Sur le terrain, Paris s’amuse avec United, claque 2 buts en deuxième période et se permet de jouer à la « baballe » pendant une minute trente en fin de match, sous les « olé » des supporters parisiens. Le Théâtre des Rêves, qui était autrefois une forteresse imprenable, est tombé sous le joug du Paris Saint-Germain, première équipe française à s’imposer à Old Trafford. Le rêve serait-il en marche pour le PSG ? Rendez-vous le 6 mars, au Parc des Princes.

Crédit photo: PAUL ELLIS / AFP