Après sa Coupe du Monde brillante, Samuel Umtiti pensait revenir en terrain conquis pour sa troisième saison à Barcelone. Il n’en fut rien. Gêné par les blessures, le buteur de la demi-finale du Mondial a vécu une année plus compliquée que prévu.

Qui ne s’est pas cassé la voix au moins une fois en scandant « casse la démarche comme Samuel, Samuel Umtiti » depuis que ce dernier s’est élevé au milieu de la défense belge, en demi-finale de la Coupe du Monde ? Mais la chute est longue pour le défenseur de 25 ans. Il a, certes, plané encore le temps d’aller chercher la deuxième étoile sur le maillot Bleu, mais Samuel Umtiti n’est plus le « Big Sam » qui a fait les beaux jours de Lyon, Barcelone et des Bleus. Du moins, il ne l’a pas été lors de cette saison 2018/2019, ternie par les blessures et un niveau de jeu discutable à son retour. Il a évidemment dû digérer ce Mondial qui fut long, éreintant et fort en émotion. Comme certains autres champions du Monde nous l’ont montré, cela peut parfois être compliqué, mais le cas Umtiti est bien particulier.

Un imbroglio autour de son genou

Pourtant, tout avait bien commencé pour l’ancien lyonnais. Après son été de rêve, il revient tranquillement à la compétition pour le premier match de Liga. Il entame sa 3e saison sous le maillot barcelonais dans la peau d’un titulaire indiscutable, aux côtés de Gérard Piqué. Pour son premier match en Ligue des Champions, il récolte cependant un carton rouge, son premier depuis la saison 2013/2014, lors d’une victoire 4–0 contre le PSV Eindhoven. Il ne le sait pas encore lorsqu’il quitte ses partenaires prématurément, mais ce sont ses dernières secondes sur une pelouse lors d’une compétition européenne cette saison. La faute notamment à un genou gauche douloureux.

Après huit petits matchs (sept en Liga, dont aucun en octobre pour se soigner une première fois), le FC Barcelone annonce, le 2 décembre, que le joueur né à Yaoundé (Cameroun) s’en va au Qatar, pour tenter de soigner cette blessure récurrente. Lui qui avouait à Telefoot avoir pris un risque en jouant la Coupe du Monde va à l’encontre de l’avis de son club et refuse une opération. Samuel Umtiti ne veut pas condamner sa saison et privilégie un traitement visant à régénérer son cartilage. Plus court, mais moins efficace sur le long terme. Après des semaines passées aux soins, le Français est enfin de retour à l’entrainement en février, avec la ferme intention de récupérer sa place au sein de la défense barcelonaise.

Devenu la troisième option défensive

Sauf que quand le chat n’est pas là, les souris dansent. Arrivé à l’été 2018 en provenance du FC Séville, Clément Lenglet n’attendait qu’une opportunité de prouver ses qualités. Lors de la première absence d’Umtiti, entre fin septembre et fin novembre, le joueur arrivé pour 35 millions dispute huit rencontres, toutes dans leur intégralité. Son match référence ? Le premier clasico de la saison, où Barcelone s’impose 5–1 face au Real Madrid. À partir de ce jour, le joueur formé à Nancy devient un vrai prétendant à un poste de titulaire au sein de la charnière des Blaugranas. Plus jeune que son homologue, Clément Lenglet (23 ans) a conquis Ernesto Valverde, qui le qualifie de « fiable et régulier ». Après la confirmation de la rechute de Samuel Umtiti, intervenue le 24 novembre (match nul 1–1 contre l’Atletico Madrid), Lenglet se retrouve de nouveau propulsé dans le 11 de départ barcelonais. Il ne le quittera plus, ou presque.

Plus que convaincant dans le système de Valverde, le défenseur, récemment appelé par Didier Deschamps pour la première fois, a su obtenir la confiance de son coach par sa présence dans les duels aériens, sa dureté au sol et sa qualité de relance. Au nez et à la barbe du champion du Monde. Ce dernier n’a alors jamais su regagner sa place, ne jouant que sept matchs après son retour de blessure. Pire, il dû s’asseoir sur le banc lors de la phase finale de Ligue des Champions, lors des matchs qui comptaient en Liga et lors des rencontres de Copa del Rey. Un coup dur pour l’international français aux 29 sélections. Ainsi, il ne se retrouve sur le terrain que lors de matchs de Liga sans enjeu, où l’équipe B barcelonaise est alignée. En compagnie de Todibo, Puig, Alena, Malcolm ou Vermaelen, Samuel Umtiti subit une défaite contre le Celta Vigo (2–0) et surtout un match nul contre Villareal (4–4), qui met en exergue toutes ses difficultés à retrouver un niveau de jeu digne de sa Coupe du Monde.

Se relancer, coûte que coûte

Dire que Samuel Umtiti vit une saison compliquée est un doux euphémisme. Cela est déjà arrivé à bien des joueurs. C’est donc maintenant que le vrai défi du défenseur central commence. S’il n’a pas perdu sa présence physique dans les duels et sa qualité de relance, il doit retrouver le terrain. Pour ça, il peut compter sur l’homme qui l’a installé aux côtés de Raphael Varane dans sa charnière : Didier Deschamps. Passé derrière dans la hiérarchie de son club espagnol, la trêve internationale de mars a fait l’effet d’un grand bol d’air frais pour Samuel Umtiti. Appelé et titularisé par le sélectionneur français malgré son faible temps de jeu (1 269 minutes sur la saison avec Barcelone), le joueur de 25 ans retrouve le terrain et surtout le chemin du but. La facile victoire de l’équipe de France contre l’Islande (4–0) donne l’occasion à Umtiti de casser de nouveau la démarche, dans un Stade de France aux anges. Sur ce match, on a retrouvé un défenseur solide et précis, puisqu’en plus d’avoir annihilé l’essentiel des attaques islandaises, le Français a fini le match avec un parfait 106 sur 106 à la passe, un record pour un joueur français depuis 10 ans, selon le site spécialisé Opta.

Ses qualités ne sont donc plus à prouver. À lui désormais de les exploiter à nouveau. Que ce soit au FC Barcelone ou ailleurs. Régulièrement cité dans les rumeurs de transfert, Samuel Umtiti intéresserait la Juventus Turin et plus récemment Arsenal. Le défenseur français risque donc de vivre un nouvel été mouvementé, après celui de l’année dernière. En espérant, pour lui, retrouver une santé et un temps de jeu qui correspondent à son talent.

 

@jeff_bvlcqua

 

Photo credits : Joan Valls / NurPhoto

Si toi aussi tu veux que ton article soit posté sur ultimodiez.fr tu peux nous envoyer ton article sur ultimodiezblog@gmail.com