Le FC Nantes sous tension

Les années se suivent et se ressemblent pour le FC Nantes. La saison qui se profile ne déroge pas à la règle. Elle n’a même pas encore commencé officiellement mais il y a déjà de l’eau dans le gaz entre la direction du club et l’entraîneur.

« On n’est pas là pour s’aimer mais pour travailler ensemble », avait déclaré le président Waldemar Kita à l’issue du dernier match de la saison passée face à Strasbourg. Les observateurs, même lointains, auront en effet remarqué que l’homme d’affaires franco-polonais et le technicien franco-bosnien ne passeront pas leurs vacances ensemble. « Il travaille pour moi », avait même rajouté WK, de quoi chatouiller l’égo de son coach. Vahid Halilhodzic, fidèle à lui-même, ne s’est pas caché pour critiquer publiquement les méthodes de son supérieur hiérarchique. Il a commencé très tôt, dès le mercato hivernal, en se plaignant de ne pas être mis au courant des négociations en ce qui concerne les départs (Sala notamment) et les arrivées.

Les deux camps semblent avoir atteint un point de non-retour. Il y a dix jours, une réunion était même prévue en début d’après-midi. Des rumeurs d’une éviction de Coach Vahid circulaient mais il était finalement présent sur le banc nantais le soir même à l’occasion du match amical face à Niort. Une rencontre remportée 3-2 qui a également vu l’entraîneur nantais déroger à certains de ses principes. Depuis son arrivée, il se montre plutôt sceptique sur le niveau des jeunes joueurs du centre de formation. Même si c’est lui qui a offert à Thomas Basila, Elie Youan, Imran Louza et Randal Kolo Muani leurs premières minutes en pro, il a été très frileux quant à leur utilisation. La bonne performance du premier cité face à Lyon et Moussa Dembélé n’a pas été suivie d’une nouvelle titularisation. Malgré l’effectif très réduit lors de la reprise de l’entraînement, il n’a pas jugé nécessaire d’incorporer des jeunes de la réserve, pourtant championne de sa poule en N2, au groupe pro. Pire, il n’a pas convoqué deux joueurs qui avaient participé à la présaison l’an dernier avant de retourner en N2 (Abdoulaye Dabo et Batista Mendy). Il a été contraint de faire machine arrière pour le troisième match de préparation : l’absence de certains éléments l’a obligé à puiser dans l’effectif de la réserve avec sept jeunes appelés en renfort. L’un d’eux s’est particulièrement illustré : Kader Bamba, meilleur buteur nantais l’an passé, a marqué et obtenu un penalty.

L’autre point de désaccord entre Vahid Halilhodzic et ses dirigeants se situe au niveau du recrutement. Contrairement aux dernières années, le FC Nantes se concentre sur des joueurs qui connaissent le championnat. A part le jeune Bridge Ndilu (19 ans), qui arrive de Laval, toutes les recrues ont déjà une expérience, plus ou moins grande, de l’élite française : Molla Wagué, Alban Lafont, Marcus Coco, Mehdi Abeid ou encore Dennis Appiah ont évolué en Ligue 1. Mais tous ces noms ne plaisent pas à l’entraîneur nantais qui s’est également montré réfractaire au retour de Majeed Waris, prêté l’an passé. L’ancien gardien toulousain et l’ailier guingampais n’étaient, par exemple, pas souhaités par Vahid qui avait proposé d’autres noms et semblait être farouchement opposé à leur venue. Offensivement, il avait soufflé celui de Wesley Saïd (Dijon) ainsi que ceux des deux jeunes Roumains qui ont participé à l’Euro U21 au mois de juin, Ianis Hagi et George Puscas. Le premier, fils du grand Gheorghe, s’est d’ores et déjà engagé avec Genk pour un peu moins de dix millions d’euros. C’est d’ailleurs la principale pierre d’achoppement des idées mercato du Franco-Bosnien. Les joueurs qu’il propose coûtent souvent trop cher pour un FC Nantes qui avait besoin de liquidités avant le début du mercato. La vente de Diego Carlos a Séville a fait du bien mais le club ne peut pas se permettre de folies.

« Il faut trouver 8 ou 9 joueurs, la plupart titulaires. Je ne connais pas les joueurs qui vont venir. On a proposé pas mal de joueurs, aucun n’est venu », avait déclaré un Vahid inquiet à Ouest-France après le premier match de préparation. Une sortie médiatique qui tranche totalement avec celle de Franck Kita, au moment de la présentation de Denis Appiah quelques jours après la reprise de l’entraînement. « On ne va pas recruter 10 joueurs, dans un club formateur comme le FC Nantes », avait prévenu le directeur général délégué, en sous-entendant fortement que les jeunes avaient le niveau et qu’il faudrait compter sur eux pour la saison à venir.

Malgré toutes ces divergences, Vahid Halilhodzic semble bien parti pour commencer la saison sur le banc des Canaris. Mais il reste encore une dizaine de jours et tout peut aller très vite au FC Nantes, les dernières saisons en sont la preuve. En tout cas, et malgré l’activité du club sur le marché des transferts, la préparation n’est pas idéale pour cette saison, la sixième consécutive du club en Ligue 1, qui souhaite s’installer dans le top 10.

Crédits photos : LOIC VENANCE / AFP