Les dessous de l’affaire « David Luiz »

Pour la seconde saison consécutive, le mercato estival a fermé ses portes début août en Angleterre. Cette année encore, le marché des transferts nous a réservé quelques surprises en Premier League, quelques heures seulement avant sa clôture. Parmi elles, le départ de David Luiz, de Chelsea vers Arsenal. En signant chez le rival et voisin londonien, le défenseur brésilien a fait ce qu’il sait faire de mieux, surprendre son monde. Retour sur un transfert qui pourrait s’avérer être de l’ordre du « gagnant/gagnant » pour tous ses acteurs.

Une histoire d’amour compliquée avec les Blues

David Luiz fait partie de ces joueurs dont les supporters de Chelsea se rappelleront pendant un certain temps. Son histoire avec le club, si tumultueuse qu’elle puisse avoir été, est fournie en trophées majeurs et en émotions fortes. Arrivé en janvier 2011 de Benfica, il s’est rapidement imposé à Stamford Bridge. Le défenseur central, parfois utilisé au milieu ou en tant que latéral, était de ceux qui ont foulé victorieusement la pelouse de l’Allianz Arena, ce soir de mai 2012. Dans un secteur défensif rongé par les suspensions (Terry et Ivanovic, en plus de Ramires et Meireles), Luiz est allé à l’encontre de l’avis de son staff médical afin de prendre part à la finale de la Ligue des Champions. Pourtant légèrement blessé, il n’a pas voulu pas laisser tomber les siens, et a joué 120 minutes en serrant les dents. Il s’est même permis de remettre Chelsea sur de bons rails en inscrivant son tir au but après le raté de Juan Mata. Le reste n’est qu’histoire. La même année, les Blues remportent la FA Cup et l’année suivante, c’est l’Europa League qu’ils viennent arracher au Sport Lisboa Benfica.

À l’été 2014, Luiz devient pendant quelques semaines le défenseur le plus cher de l’histoire, en étant transféré pour quelques 50 millions d’euros du côté du Paris-Saint-Germain. Il retrouve cependant Chelsea dès sa première saison dans la capitale française. En huitièmes de finale de Ligue des Champions, le défenseur brésilien marque un but crucial contre son ancienne équipe. Son histoire commune avec le club londonien n’a pas eu l’air de le perturber au moment de célébrer à pleins poumons sa réalisation. Malgré ce but qualificatif, le passage de David Luiz à Paris n’est pas la plus franche des réussites, et il revient de ce fait à Chelsea deux ans après son arrivée, pour 20 millions de moins que ce qu’il avait coûté au club parisien.

Entre 2016 et 2019, Luiz a alterné le bien et le moins bien avec les Blues. Si Chelsea a remporté le titre de champion d’Angleterre dès 2016-2017, le Brésilien passe par la suite la saison suivante dans une position délicate. Boudé par Antonio Conte, il ne joue que 17 matchs toutes compétitions confondues. Il récupère sa place de titulaire en 2018 et va chercher une nouvelle Europa League en mai 2019. Sous Maurizio Sarri, le boss de l’axe central, c’était bien Luiz.

Une surprise qui bénéficie à tous

Un départ de Chelsea durant ce mercato aurait été difficile à prédire pour David. Redevenu incontournable dans l’effectif, l’auriverde avait prolongé son contrat en mai dernier pour deux saisons. Durant l’été, il avait même montré à plusieurs reprises son excitation quant à l’arrivée dans l’effectif professionnel de nombreux jeunes joueurs formés au club comme Mason Mount notamment. Ironie du sort, ce sont ces mêmes jeunes qui ont en partie poussé David Luiz à accepter l’idée d’un départ, d’une certaine façon. Avec le retour de prêt de Kurt Zouma cet été et la montée en puissance d’Andreas Christensen, Luiz s’est vu rétrogradé au quatrième rang dans la hiérarchie des défenseurs centraux de Chelsea aux yeux de Frank Lampard, derrière les deux joueurs susmentionnés et Antonio Rudiger. Le transfert de David Luiz s’est donc concrétisé dans les derniers jours du mercato anglais. Les premières rumeurs sont apparues à la veille du « deadline-day » et ont laissé interrogatifs les supporters des Blues comme ceux des Gunners. Pourtant, chacune des deux formation a du positif à tirer de cette transaction.

Côté Arsenal, beaucoup se sont demandés si David Luiz était vraiment la solution miracle pour régler les problèmes défensifs de l’équipe. Il ne l’est pas, mais il représente à coup sûr la meilleure solution à court et moyen-terme que le club pouvait trouver. En bouclant la venue de Kieran Tierney à l’Emirates Stadium quelques heures seulement avant celle de David Luiz, le board d’Arsenal s’est occupé d’un chantier encore plus urgent, celui du poste de latéral gauche. Les finances du club n’étant pas extensibles, les Gunners ne pouvaient pas investir à la fois sur Tierney et sur un défenseur central coûtant plusieurs dizaines de millions d’euros surtout après avoir signé Pépé et Saliba dans le même été. En signant Luiz pour 8,7 millions d’euros, Arsenal remplace numériquement Laurent Koscielny avec un défenseur offrant un impact immédiat en attendant l’arrivée définitive de Saliba l’été prochain et en laissant le temps à Holding et pourquoi pas à Mavropanos de se développer d’une bonne façon.

Côté jeu, David Luiz devrait faire parler ses qualités assez rapidement. Doté d’une des meilleures visions du jeu d’Europe pour un défenseur, il risque de faire profiter Aubameyang, Lacazette ou encore Pépé de ses longs ballons dans la profondeur comme lui seul en a le secret. Attention malgré tout aux quelques errances défensives auxquelles il a pu nous habituer, surtout au niveau de son placement.

Côté Chelsea, les supporters ont pour beaucoup mal pris ce départ, reprochant un certain manque de loyauté à leur ex-défenseur. Pour la seconde fois, les Blues ont eu l’impression que David Luiz n’était pas si sincère que ça dans l’amour qu’il portait au club. Ce départ a pourtant des conséquences positives pour Chelsea. Pour compenser la perte de Luiz, le board du club a décidé de garder Fikayo Tomori, un jeune défenseur formé au club. Bien connu de Lampard suite à son prêt à Derby County la saison passée, le jeune anglais risque d’avoir des responsabilités au club plus tôt que prévu comme en atteste sa bonne entrée en jeu ce mercredi contre Liverpool en Supercoupe d’Europe. Ce move « forcé » par le départ de David Luiz coïncide malgré tout avec la politique du moment à Chelsea. Suite à l’interdiction de recrutement qui touche le club ainsi que l’arrivée de Frank Lampard en tant que coach, les jeunes joueurs de la « Loan Army » ont enfin leur mot à dire avec l’équipe première.

David Luiz, lui, gagne dans l’affaire une place de titulaire dans une équipe qui semble armée pour jouer le top 4 en Premier League. Un statut qu’il avait perdu à Chelsea. Il pourra même, si l’avenir lui donne raison, aller pourquoi pas chercher la troisième Europa League de sa carrière…

Crédits photo : Alexander NEMENOV / AFP

J'arrive toujours soigné comme une passe de Toni Kroos.