C’était dans l’air depuis quelques semaines, ce devrait être officiel dans les heures qui viennent. Alexis Claude-Maurice va quitter le FC Lorient pour rejoindre l’OGC Nice contre une quinzaine de millions d’euros. Le milieu offensif de 21 ans laisse derrière lui un joli pactole et le souvenir d’un joueur frisson. Malgré des sollicitations plus ou moins insistantes de la part de clubs étrangers, notamment en Angleterre, il a fait le choix de rester en France pour grandir avant de tenter de s’expatrier.

Tout s’est passé très vite et à la fois très lentement pour le natif de Noisy-le-Grand (Seine-Saint-Denis). Il n’a eu besoin que d’une seule saison en tant que titulaire pour exploser et quitter le nid lorientais. Mais sa chance a mis du temps à venir. Préformé avec Kylian Mbappé à l’INF Clairefontaine et formé avec Matteo Guendouzi à Lorient, ACM a longtemps vu ses potes, plus jeunes que lui respectivement de six mois et d’un an, s’éclater pendant qu’il rongeait son frein sur le banc ou en équipe réserve malgré quelques sérieuses références chez les jeunes. Champion de France U17, il participe quelques mois plus tard à la Coupe du monde U17 avec la génération 98 de l’équipe de France.

Passé pro en 2015 à seulement 17 ans (à titre de comparaison, Mbappé ne paraphera son premier contrat professionnel que trois mois plus tard), ACM doit se contenter de rencontres avec la réserve du FC Lorient et de matches de Gambardella malgré des présences plus ou moins régulières à l’entraînement de l’équipe première. La présence de Sylvain Ripoll sur le banc des Merlus laisse cependant des motifs d’espoir au jeune feu-follet. A 18 ans, il figure à trois reprises sur des feuilles de match de Ligue 1 tandis que son compère du centre de formation, Matteo Guendouzi dispute ses premières minutes chez les professionnels.

Malheureusement pour lui, Sylvain Ripoll est éjecté pour manque de résultats et l’arrivée de Bernard Casoni sur le banc du Moustoir scelle l’avenir immédiat d’ACM en Ligue 1. Dans un contexte difficile, le natif de Cannes ne dérogera pas à son credo : pour le maintien, il faut des éléments expérimentés. Exit donc Guendouzi, Claude-Maurice ou encore Mara qui commençaient à pointer le bout de leur nez.

 

Matteo Guendouzi et Alexis Claude-Maurice

Les jeunes Merlus, dont les U19 évoluent au niveau régional, se rattraperont en Gambardella en effectuant un joli parcours qui les mènera jusqu’en quarts de finale, Alexis Claude-Maurice faisant partie des fers de lance de cette génération 98-99. Il en profite pour faire étalage de toute sa panoplie : une facilité dans le un contre un, une capacité à résister aux duels malgré un gabarit loin d’être impressionnant et une très belle frappe de balle. Une faible éclaircie dans une saison qui verra le FC Lorient descendre en Ligue 2, battu en barrages par Troyes.

Pro depuis un an et demi, ACM découvre déjà son troisième entraîneur, Mickaël Landreau. Ce dernier arrive à Kerlir, le centre d’entraînement du FCL, avec l’intention de donner sa chance à la formation : « J’ai échangé avec Régis Le Bris, directeur du centre de formation. Je laisserai la place nécessaire à l’intégration des jeunes. Par petites touches, des jeunes issus de la formation seront dans le groupe », avait-il déclaré à son arrivée.

Alexis Claude-Maurice goûte donc à ses premières minutes en professionnel le 4 août 2017, à l’âge de 19 ans. Quatre petites minutes face au Gazélec suivies de deux titularisations en Coupe de la Ligue face à Laval et Lens au cours desquelles il commence à dévoiler quelques bribes de son talent. Loin d’être indiscutable, il se contente de miettes avec seulement cinq titularisations en championnat cette saison et des allers-retours entre le groupe de N2 et celui des pros. « C’était sûrement dû à mes performances, reconnaissait-il à Ouest-France en mars 2018. C’est ce que le coach m’a dit. Si j’étais en N2, c’est qu’il y avait une raison et que je devais faire mieux. » Un constat lucide sur des débuts compliqués au haut-niveau. La fin de saison viendra tout de même embellir le bilan avec un magnifique premier but en pro sur la pelouse de Montpellier en Coupe de France puis trois nouvelles réalisations en sorties de banc en Ligue 2.

Après avoir patienté sagement dans son coin tout en goûtant progressivement au haut-niveau, le jeune milieu offensif va enfin se voir confier les clés du camion lorientais à l’orée de la saison 2018-2019. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ACM aura rendu à Mickaël Landreau la confiance qu’il lui avait accordé. Titulaire indiscutable et indiscuté (35 titularisations), il progresse énormément dans un domaine qui lui faisait défaut jusque là : le dernier geste. Il devient décisif et met à profit sa très bonne qualité de frappe. Au total, 14 buts et quatre passes décisives viennent remplir sa très belle feuille de stats. Nommé dans l’équipe type de la saison de Ligue 2, il n’aura toutefois pas réussi à hisser le FC Lorient parmi l’élite du football français.

Il quitte la Bretagne en laissant une excellente impression. « C’est le joueur le plus talentueux qui est passé par le club depuis que je suis là », avouait Loïc Féry au Télégramme il y a quelques semaines. A lui désormais de réussir à l’exporter à l’étage supérieur, là où les défenseurs n’hésiteront pas à venir lui taquiner les chevilles.

Crédit photo  : PASCAL GUYOT / AFP