AC Milan: L’interminable chemin de croix du Diable

Dimanche 29 septembre dernier, 22h23. Les tifosi encore présents en bas des virages de San Siro se lèvent et applaudissent une dernière fois avant de quitter l’enceinte du stade. Seulement, les applaudissements ne sont pas pour leur Milan, mais pour Franck Ribéry. Au panneau d’affichage :

Milan 0

Fiorentina 3

Il reste un quart d’heure à jouer. Un quart d’heure durant lequel les caméras diffusent les images de rossoneri en perdition, auxquelles succèdent un gros plan sur les visages tendus de l’état-major du club en tribune. En bruit de fond, bronca, huées, sifflets, puis finalement simples soupirs à mesure que les gradins se vident. Le Milan est au fond du gouffre, accompagné des promesses de retour des grands jours européens dont les tifosi désespèrent de voir pointer l’aube. Voilà maintenant six ans que le Diable a chuté. Six ans d’errance parmi le commun des clubs italiens.

Le flambeau de Berlusconi

La saison 2012-2013 est la dernière qui aura vu les milanais terminer sur le podium. Il s’agit aussi du début de la fin. La fin définitive de l’ère des dinosaures tels que Gattuso, Seedorf et Nesta, ayant notamment ramené la Ligue des Champions 2007, ainsi que celle des plus contemporains Ibrahimovic ou Thiago Silva, protagonistes du dernier scudetto remporté en 2010-2011. Tauliers, patrons, capitaines, sont partis. La flamme rouge et noire perd en intensité. Celle de Silvio Berlusconi aussi, dans une période où les affaires notamment politiques ne marchent plus aussi bien pour lui et après près de 30 ans de présidence. L’AC Milan est à vendre.

Il Cavaliere lâche du lest, et à défaut de trouver quelqu’un pour reprendre le flambeau, son acolyte Adriano Galliani prend les rênes. La saison suivante voit alors le club prendre une dimension bien différente, mais pas en bien. L’effectif est composé à coups de paris presque tous perdus, et un Max Allegri en bout de course est viré en janvier 2013 après un début de saison cauchemardesque.

Milan traîne son spleen et ses idées noires dans un San Siro qui sonne creux. On ne se déplace plus pour voir le match potable sur deux du très coûteux Philippe Mexes, les caprices des Balotelli et Ménez, les performances incroyablement irrégulières d’El Shaarawy et les prouesses du très-certainement-futur-crack-mondial Hachim Mastour derrière leur ô combien charismatique capitaine Riccardo Montolivo. Huitièmes, dixièmes, septièmes en 2014, 2015 et 2016. Puis un espoir ?

Le calcio pour les nuls

Silvio Berlusconi avait annoncé vouloir laisser son héritage, son monument à lui entre de bonnes mains. Il a donc tenu une bonne poignée d’années et jusqu’à l’été 2017 avant de le céder aux meilleures mains possibles, celles tendant vers lui le plus gros chèque jusque-là. Pour pas loin de 800M€, le club passe sous pavillon chinois et voit un certain Yonghong Li s’asseoir dans le fauteuil de président. Grand ménage au sein de la direction, carnet de chèques garni et discours ambitieux. Les nouveaux dirigeants promettent du lourd, du clinquant, des titres. Bon, peut-être pas tout de suite, arriver en plein mois d’août n’est pas l’idéal question organisation du mercato.

Mais l’été suivant, le Diable est à l’oeuvre. Il allie à ses mots doux 200M€ claqués en un mois. Les Leonardo Bonucci, Andrea Conti, André Silva, Franck Kessié, Nikola Kalinic, Ricardo Rodriguez et consorts sont annoncés en grandes pompes. Classé 7e lors de l’exercice précédent, le Milan de Vincenzo Montella connaît un bond fulgurant… d’une place. Sixièmes. Et au vu du niveau affiché par les recrues, les tifosi flairent vite le couac. Et là se trouve peut-être le pire pour tout supporter d’un club dans une telle situation : l’espoir. L’espoir de jours meilleurs vendus par les nouveaux propriétaires. Là où il n’y avait plus qu’une morne résignation avant leur arrivée.

Tout à coup, la lucidité revient, les paillettes jetées en l’air retombent au sol. Des liasses de billets agitées devant tous, mais utilisées de façon aussi peu judicieuse qu’avant, un entraîneur, son staff et un effectif en perdition, une direction ressemblant à un patchwork pas très attrayant d’éléments à l’importance très variable. Evidemment, en ce qui concerne purement le foot, les regards se tournent vers le responsable de la direction sportive, Massimiliano Mirabelli. Un homme qui restera moins dans la légende du Milan pour ses compétences que pour avoir déclaré que Cristiano Ronaldo souhaitait rejoindre les rossoneri pour gagner l’Europa League.

De Diable à cobaye

Raillé par une bonne partie de ses supporters pendant tout le dernier exercice, c’est finalement Gennaro Gattuso qui aura été le plus proche de ramener son club de coeur en C1. Une cinquième place, mieux que rien. Le Diable ne gagne plus un Derby depuis des lustres, est dépassé dans la course à l’Europe par l’Atalanta. Mais avance, même à tous petits pas. Forcément, l’argent jeté depuis les fenêtres directement dans le Pô a fini par manquer. Le fonds d’investissement américain Elliott reprend l’affaire l’été dernier. Et à son tour annonce de belles choses. Seulement, celui-ci est plus connu pour ses méthodes en matière de business que pour sa capacité à faire briller un club comme doit le faire l’AC Milan. Pas de souci, l’objectif reste la qualification en Ligue des Champions. Pour sortir des radars du fair-play financier, la campagne d’Europa League est sacrifiée, au même titre que les promesses Cutrone et Locatelli, mais les milanais peuvent repartir sur des bases saines.

Nous sommes début octobre, et les tifosi rossoneri doivent vraiment penser être dans le fameux « Jour sans fin ». La politique souhaitée par Elliott était comme prévu de miser sur du jeune. Très jeune. Trop jeune pour espérer construire un prétendant solide au Top 4, mais de quoi faire de belles plus-values en cas de performances satisfaisantes. La moyenne d’âge la plus basse de Serie A (24 ans), quand la Juve et l’Inter ont la plus haute (29 ans). Hormis Rafael Leão, difficile de trouver un joueur à la hauteur jusqu’ici. Ou ce serait malheureusement Gigio Donnarumma. Sur le banc, Marco Giampaolo n’a pas non plus l’expérience de ce fameux niveau. Et à la direction sportive, le duo Maldini-Boban découvre le métier.

Si il est parvenu à se défaire péniblement de l’Udinese et Brescia (1-0), il a été surclassé quatre fois notamment dans le derby. Déjà beaucoup trop en deux mois de compétition. L’ex-coach de la Sampdoria n’arrive pas à mettre en place son 4-3-1-2 fétiche, et il faut dire que ses XI de départ surprennent. Les profils ne correspondent pas à son plan. Comme un enfant en bas âge tenterait de faire rentrer une pièce cylindrique dans un trou carré, Suso ne peut pas évoluer en n°10 et Calhanoglu n’est pas un relayeur côté gauche, entre autres choix.

L’humiliation subie face à la Viola a déjà brisé le miroir aux alouettes américain. Premier réflexe de l’entraîneur ? Se satisfaire du taux de possession de balle de son équipe. Celui de Boban et Maldini ? Expliquer que recruter jeune n’était pas de leur volonté et faire comprendre en interne que Giampaolo pourrait déjà vite faire ses bagages, et ce n’est pas le court et miraculeux succès sur la pelouse d’un Genoa en crise qui les aura fait changer d’avis.

Ce Milan manque d’expérience et de certitudes à tous les niveaux, quand ses tifosi n’ont désormais que trop l’expérience des déceptions à répétition, et la seule certitude que pratiquement rien ne va une fois de plus. Il n’est pas venu le jour où le Diable reprendra sa place. En attendant, il continue sa marche, en portant sa croix. Une croix pesant le poids de tous ses espoirs de retour à sa juste place. Et le temps où son sauveur viendra l’en soulager commence à presser.

Crédits photos : Icon Sport