Samedi 9 novembre 2019, Leicester. Au terme d’une victoire bien méritée contre Arsenal ( 2-0 ), c’est un Jamie Vardy tout sourire qui sort du vestiaire pour une interview d’après-match accordée à Sky Sports. “Je ne me suis jamais senti aussi en forme”, déclare-t-il au micro de la chaîne anglaise.

Auteur du premier but de la rencontre contre Arsenal, les statistiques du natif de Sheffield sont assez hallucinantes : 11 buts et 2 passes décisives en 12 rencontres de Premier League. Bien aidé cette saison par la créativité de ses coéquipiers James Maddison et Youri Tielemans, il permet à Leicester d’occuper la seconde place, derrière Liverpool, et à égalité avec Chelsea (26 points). Et si vous pensez que cette place est une anomalie du début de saison, détrompez-vous, et souvenez-vous : le 2 mai 2016, Chelsea et Tottenham se quittent sur un match nul, 2 buts partout.

Ayant joué la veille et ayant également fait match nul contre Manchester United (1-1), le Leicester de Claudio Ranieri, arrivé en Premier League l’année précédente, est sacré champion. Un exploit retentissant sur lequel personne, si ce n’est un supporter des Foxes au terme d’une soirée (très) bien arrosée, n’avait parié. Et c’est à ce moment précis que s’est écrite la fabuleuse et controversée histoire de Jamie Vardy, bien loin des pelouses de D8 anglaise qu’il se devait de quitter à cause du couvre-feu de son bracelet électronique, et qu’il continue d’écrire, chaque week-end de Premier League. Ultimo Diez est revenu dessus afin de vous la raconter.

De l’enfance au statut professionnel

C’est à Sheffield, le 11 janvier 1987, que naît Jamie Vardy. Issu d’un milieu modeste, il n’a que quelques mois lorsque ses parents divorcent et que sa mère rencontre son beau-père. Une enfance passée à côté du tristement célèbre stade d’Hillsborough, que Vardy va souvent qualifier de difficile durant des interviews. Déjà très jeune, il se prend de passion pour le football et tente sa chance dans le club de sa ville natale, Sheffield.

Malheureusement, alors qu’il y jouait en catégorie de jeunes, le club décide de s’en séparer car il est jugé trop petit et maigre. N’ayant pas fait d’études pour se focaliser sur le football, il décide donc d’aller travailler en usine à l’âge de 16 ans. Dans une fabrique d’attelles médicales, plus précisément. “C’était dur”, déclare-t-il dans une interview accordée au Daily Mail. “Il y avait énormément de choses à soulever et à ramener dans des fours très chauds. On soulevait des choses des centaines de fois par jour, et ça me faisait vraiment très mal au dos”. Vardy passera un an sans toucher un ballon, et finira par céder face à la pression mise par ses collègues ouvriers. Il en rejoindra même un dans son club de Stocksbridge Park, en huitième division anglaise. Il en intègre l’équipe première à l’âge de 20 ans.

Voici un extrait de quelques buts marqués par l’attaquant anglais durant son passage en D8, à Stocksbridge Park

Mais cette intégration ne sera pas de tout repos, et son tempérament flamboyant, limite rebelle, prendra souvent le dessus aussi bien sur le terrain qu’en dehors. A la suite d’une rixe à la sortie d’un pub, on le reconnaît coupable d’agression, et il est obligé de porter un bracelet électronique. Chaque samedi, il est obligé de quitter son équipe de Stocksbridge Park pour rentrer chez lui et ne pas dépasser le couvre-feu de 19 heures. Dans une interview donnée au Mirror, il explique : “si on jouait trop loin à l’extérieur, je jouais seulement une heure et ensuite je devais sortir. Je sautais au-dessus de la barrière et j’allais directement dans la voiture de mes parents pour être sûr d’être à l’heure. Cela a duré au moins 6 mois comme ça.”

Après de très bonnes prestations avec Stocksbridge, Vardy parvient à se faire remarquer par des équipes de Football League. Il signe alors avec le FC Halifax Town, en D7. Il finit meilleur buteur de son club qui remporte le championnat. Mais Jamie est toujours à l’usine, gagnant en moyenne 40 euros par match. Il faudra attendre la saison suivante et sa signature à Fleetwood pour qu’il puisse enfin vivre de sa passion. Dans son interview au Mirror, il explique : “J’ai déménagé à Halifax mais le travail commençait vraiment à devenir compliqué, je souffrais énormément du dos, alors j’ai décidé de démissionner et de vivre avec le petit salaire que je gagnais grâce au football. Par chance, j’ai signé trois jours après à Fleetwood, à temps plein.

Ici, un autre extrait de buts inscrits par Vardy, cette fois-ci avec son club de Fleetwood

A force de détermination et d’une volonté de fer, Vardy parviendra au Graal une saison plus tard. Au terme d’une nouvelle saison fructueuse statistiquement (31 buts), les Foxes de Leicester s’intéressent à lui et déboursent finalement environ 1 million de livres pour acquérir les services du natif de Sheffield en mai 2012. Une somme record pour un joueur non-professionnel. A l’âge de 25 ans, il le devient enfin.

Les débuts à Leicester

Une fois arrivé à Leicester, Vardy se heurte à de nouvelles complications : il a en effet beaucoup de mal à s’adapter à la Championship et affiche un très maigre bilan statistique. Oui mais voilà, une fois encore, des problèmes extra-sportifs viennent s’ajouter à ceux du terrain. En effet, Vardy est habitué à boire quasiment tous les jours et il n’est pas rare de le voir arriver encore éméché de la veille à l’entraînement.

Le regretté Vichai Srivaddhanaprabha (ancien président de Leicester décédé dans un accident d’hélicoptère en octobre 2018) s’était confié à un journal thaïlandais sur le cas Jamie Vardy pendant son arrivée à Leicester. “Je n’étais pas au courant de cette histoire au début. Je l’ai appris quand quelqu’un est venu me dire qu’il était venu à l’entraînement alors qu’il était encore ivre. J’ai donc eu une discussion avec lui. Je lui ai demandé s’il voulait que sa carrière se finisse de la sorte, et que nous étions prêts à laisser son contrat se terminer sans le faire jouer. Il m’a répondu qu’il ne savait pas quoi faire de sa vie. Il n’avait jamais gagné autant d’argent. Je lui ai alors demandé quel était son rêve, et de sérieusement penser à ce qu’il était prêt à faire pour le club. Après cette conversation, il a arrêté de boire et s’est mis à travailler sérieusement”. La saison suivante (2013-2014), Vardy sera beaucoup plus en jambes et en réussite, parvenant à investir dans le club ce que son ancien président a investi en lui. Avec ses 16 réalisations en Championship, il permet au club d’être sacré champion et de rejoindre la Premier League. Un rêve devenu réalité pour l’attaquant une fois refoulé par Sheffield qui pointait encore à l’usine il y a quelques années de cela…

The Jamie Vardy Way

Alors que Leicester goûte à nouveau au parfum si particulier de la Premier League, il faudra attendre le 21 septembre pour voir Jamie Vardy inscrire son premier but au plus haut niveau du football anglais. Alors que Leicester perdait 3-1 contre Manchester United, les Foxes ont su renverser la vapeur pour gagner le match 5-3. Vardy inscrit alors son premier but en Premier League et termine le match en délivrant 4 passes décisives.

Mais la saison sera très compliquée pour Leicester, tout récemment promu, et fermement ancré dans la zone de relégation durant le Boxing Day. Début avril, les Foxes comptent 7 points de retard sur le premier non-relégable et leur avenir semble tracé. Et pourtant, ils réussissent alors à gagner sept fois de leur neuf derniers matches, et réalisent l’exploit de se maintenir en Premier League. Vardy parvient à inscrire 5 buts et à délivrer 8 passes décisives pour sa première dans l’élite anglaise.

La saison suivante, Claudio Ranieri est nommé à la tête des Foxes, et le reste est entré dans l’histoire comme l’un des plus bels exploits sportifs jamais réalisés. Leicester, fraîchement promu, passé à deux doigts de la relégation durant la saison de son retour en Premier League, est sacré champion d’Angleterre lors de la 36ème journée alors que Chelsea et Tottenham se quittent sur un match nul. Au terme d’une saison folle, Ranieri réalise l’impossible et offre, à toute une génération de supporters, le cadeau d’une vie. Au côté d’hommes forts comme Kasper Schmeichel, Wes Morgan, Danny Drinkwater, N’Golo Kanté et Riyad Mahrez, Jamie Vardy se met au diapason et réalise une saison phénoménale. Il finira la saison avec 24 buts inscrits et entrera dans l’histoire : entre août et novembre, Vardy inscrit 13 buts en 11 matches consécutifs de Premier League, et dépasse le record de Van Nistelrooy qui lui avait marqué dans 10 matches consécutifs.

Les 24 buts inscrits par Jamie Vardy en Premier League durant la saison du sacre de Leicester

Son style atypique fera de lui un des attaquants les plus complets du championnat. Sa vitesse, couplée à sa hargne et son agressivité le rende presque injouable. Tueur devant le but, il favorise les face-à-face avec le gardien une fois lancé en profondeur. L’enfant de Sheffield, une fois recalé pour un physique jugé faible, est désormais un joueur capable de rivaliser physiquement avec n’importe quel défenseur de Premier League. Plus encore, il s’impose comme une véritable machine à presser dans le 4-4-2 de Ranieri et semble infatigable. Beaucoup se demanderont quel est son secret, et la réponse est pour le moins étonnante.

Cette dernière peut être trouvée dans son autobiographie, parue en 2016. On y apprend que Jamie est très loin d’avoir une hygiène de vie saine et adaptée pour le plus haut niveau. Il chique en effet régulièrement du tabac, et a développé une étrange habitude durant la saison du sacre de Leicester. Chaque soir d’avant-match, il avait en effet l’habitude de consommer l’équivalent de 3 verres de Porto. Et cela ne s’arrête pas là : son secret derrière ses courses infatigables ? 3 canettes de Red Bull et un double Espresso avant les matches. Il explique en effet, toujours dans son autobiographie : “j’ai la même routine depuis la saison 2013/2014 : 3 Red Bull, un double espresso et une omelette jambon-fromage, c’est ce qui me fait courir comme un taré les jours de matches”.

Une hygiène de vie bien particulière qui semble pourtant avoir des effets bénéfiques sur les performances de l’attaquant anglais. Une fois la Premier League remportée, Vardy va pour la première fois de sa vie jouer la Ligue des Champions la saison suivante, et sera appelé en équipe nationale à l’occasion de l’Euro 2016. Depuis lors, il a respectivement inscrit 13, 20 et 18 buts en Premier League les années qui ont suivi. Toujours dans ce style si particulier, il pointe actuellement à 11 réalisations en 12 matches de Premier League cette saison, sous la houlette de Brendan Rodgers.

Leicester est en effet actuellement deuxième du championnat, et l’attaquant anglais est toujours aussi performant : il peut en effet cette saison compter sur la créativité de son compatriote James Maddison et celle de l’ancien monégasque Youri Tielemans. Il a d’ailleurs été élu joueur du mois d’octobre pour ses performances. Mais si tout semble aller pour le mieux depuis la montée de Leicester en Premier League, tout n’a pas été tout rose pendant cette période pour Jamie Vardy.

It’s… Rebekah Vardy

Tout en faisant parler de lui sur le terrain, l’enfant de Sheffield a toujours eu la mauvaise habitude de faire parler de lui en dehors. D’autres histoires plus récentes sont venues entacher sa réputation. Notamment une soirée d’août 2015 dans un casino. Pensant qu’un homme d’origine asiatique est en train de tricher, Vardy se met en colère et lui demande plusieurs fois de “dégager” en l’appelant “le jap”. Très vite, la vidéo circule sur les réseaux sociaux en faisant le buzz. Leicester le sanctionnera en l’obligeant à assister à des cours d’éducation sur la diversité et Vardy s’est depuis excusé et avoue avoir trop bu durant cette soirée au casino. Une soirée qui aurait pu lui coûter cher .

Un autre exemple est encore plus récent, bien que Jamie ne soit pas directement concerné : début octobre, Coleen Rooney, femme de Wayne Rooney, publie un long message sur Instagram faisant couler beaucoup d’encre. Elle accuse Rebekah Vardy, épouse de Jamie Vardy, de vendre des informations concernant le couple à la presse. Très vite, l’affaire prend des proportions gigantesques et fait le tour des réseaux sociaux. 15 minutes après le message, c’est au tour de Rebekah de poster un message, niant toute implication dans une éventuelle revente d’informations à des médias anglais. Bien que l’affaire soit aujourd’hui plus ou moins tassée et que l’attaquant anglais n’y soit probablement pour rien dans cette histoire, son nom reste toujours, de près ou de loin, dans les petits papiers de la presse. Que ce soit en bien comme lors du sacre de Leicester, ou en mal lors d’une sortie trop arrosée au casino…

Au final, il n’est absolument pas honteux de considérer Jamie Vardy comme une véritable légende de Premier League. A 32 ans, l’attaquant anglais a encore quelques belles années devant lui, avec pour objectif cette saison de faire rêver une nouvelle fois les fans de Leicester en les emmenant, pourquoi pas, à nouveau en Ligue des Champions. Une compétition que le natif de Sheffield aura à coeur à jouer, lui qui a déjà marqué l’histoire de la Premier League. Commençant sur le terrain de Stocksbridge Park en division 8 anglaise qu’il se devait quitter à cause de son bracelet électronique à l’époque où il travaillait dans une fabrique d’attelles puis gravée au fer rouge sur les terrains de Premier League, la fabuleuse bien que tumultueuse histoire de Jamie Vardy n’est pas encore totalement écrite.

Crédit photo: PA Images / Icon Sport