L’Ultimo Gazette du 10 Février 2020

La tempête Ciara a peut-être empêché à un paquet de matchs de se tenir, elle ne peut en revanche rien contre votre Gazette préférée.

L’Affiche

Inter – AC Milan (4-2)

Le Derby della Madonnina en grande affiche de la semaine, une chose qui était loin de relever de l’évidence au vu du contexte ! Entre Milanisti englués dans leur médiocrité et Intéristes au ralenti – privés de leur goleador Lautaro Martinez et de leur capitaine Handanovic – San Siro jurait avoir vu mieux. À la surprise générale et comme annoncé par Stefano Pioli en amont de la rencontre, ce sont les rossoneri qui prennent le meilleur en première période grâce à un plan anti-Conte parfaitement exécuté. L’Inter ne trouve pas ses rampes de lancements, le Diavolo s’appuie sur un Zlatan Ibrahimovic en feu pour “son” Derby. Une remise victorieuse pour Rebic et un but de renard plus tard, le Milan atteint la pause avec un score de 2-0 en sa faveur. Le match est à sens unique, les tifosi de la Curva Sud assurent l’essentiel du show en tribunes. Mais puisqu’il faut un “plus” pour prétendre être “L’Affiche” du week-end, le Milan a décidé de ne pas revenir des vestiaires. L’Inter frappe par deux fois à la 51e et 53e, le Diable redevient le diablotin qu’il est depuis des années. Les rouge-et-noir s’écroulent, De Vrij et Lukaku terminent le travail. L’Inter, ne tombe pas et reprend sa 2e place.

Le Fuoriclasse

Lionel Messi

À Barcelone, les entraîneurs changent, les résultats sont mitigés, la manière toujours poussive mais Messi reste le même. Depuis plusieurs semaines, nous aurions pu donner la statuette du Fuoriclasse à l’Argentin à de nombreuses reprises. C’est pourtant bien ce moment qui sera celui de la consécration pour le n°10 Catalan, qui empoche donc un titre de Fuoriclasse de la semaine chez U10 après 6 Ballons d’Or. Parce que même quand son équipe patauge, 3 petits coups de patte magiques et quelques accélérations bien senties suffisent à tout arranger, éclairer le ciel de Barcelone et faire respirer tout un peuple en apnée après chaque succès du Real.

L’Ultimo XI

Geronimo Rulli (Montpellier HSC) – G: Il aura fallu de l’efficacité au portier argentin pour permettre aux héraultais de conserver leur but d’avance après le carton rouge de Sambia. Son air dépressif affiché à son arrivée semble enfin effacé.

Almamy Touré (Eintracht Francfort) – DD: L’Eintracht s’est régalé, les attaquants ont scoré et fait gonfler leurs stats. Mais la première rampe de lancement qui a permi de passer les rideaux bavarois d’Augsburg se trouvait dans le couloir droit.

Alexander Djiku (Strasbourg) – DC: Reims avait déjà quelques soucis dans son secteur offensif avec l’absence de quelques éléments, il en a eu un bien plus important avec la présence de Djiku. Du travail bien fait et le petit plus avec un but personnel qui permettent au RCSA de se hisser à la 6e place.

Adama Soumaoro (Genoa) – DC: Le joueur prêté par le LOSC faisait ses grands débuts avec l’actuel 18e de Serie A ce week-end. Bilan: Une copie toute propre et une victoire 1-0 face à Cagliari toujours bien placé. A suivre de près.

Ferland Mendy (Real Madrid) – DG : Ne cherche plus Didier, on a ton homme.

Gaston Ramirez (Sampdoria) – M : Esprit de la patte gauche, si tu es là, frappe deux fois.

Sergio Oliveira (FC Porto) – M: Voir un homme du peuple portista se mettre un classico dans la poche, toujours un émerveillement du côté de l’Estadio do Dragão.

Mikel Merino (Real Sociedad) – M: En l’absence d’Odegaard, on se rend mieux compte de son impact énorme sur l’entrejeu de la Real Sociedad. Un joueur précieux pour tenir un précieux Derby Basque.

Lionel Messi (FC Barcelone) – A: Voir la rubrique « Le Fuoriclasse »

Kevin Volland (Leverkusen) – A: Celui qui a le plus profité des faiblesses de Dortmund. Deux cartouches, beaucoup de poids sur la défense des jaunes, pas mal de cauchemars pour Hummels.

Musa Barrow (Bologne FC) – A: Son explosion n’est jamais vraiment venue à l’Atalanta, il semblerait que ce soit la bonne à Bologne. C’est la Roma qui paie le prix de cette découverte de la semaine.

Die Mannschaft

Nîmes Olympique

Après deux victoires contre Monaco et Dijon la semaine dernière, les Nîmois ont réussi la passe de trois ce week-end en s’imposant à Nice (3-1). Les Aiglons avaient pourtant ouvert le score très tôt dans le match par l’intermédiaire d’Alexis Claude-Maurice (6e). Mais les Crocos se sont relancés juste avant la pause grâce au but de Loïck Landre (43e). Aidé par l’expulsion de Boudaoui côté Niçois (49e), ils ont ensuite doublé puis triplé la mise avec des réalisations de Phillippoteaux (53e) et Koné (90+2). Les hommes de Bernard Blaquart n’avaient plus enchaîné trois succès d’affilés depuis décembre 2018. Une série qui offre un grand bol d’air frais aux Crocos. Toulouse, bon dernier de Ligue 1, a désormais 11 points de retard sur le barragiste, tandis qu’Amiens pointe à quatre longueurs. Mieux, les Nîmois ne sont plus qu’à un petit point de la 17e place.

Photo: Pascal Della Zuana – IconSport

Le Golazo

Antoine Rabillard (Go Ahead Eagles)

Non, pas de frappasse de Dimitri Payet pour remplir cette rubrique mais un petit bijou d’un autre marseillais de coeur. Aujourd’hui exilé dans le club de D2 Hollandaise basé à Deventer, Antoine Rabillard, qui a foulé la Canebière de 2014 à 2017, a permis aux siens de s’imposer 3-1 face au FC Eindhoven  grâce à un joli retourné

https://twitter.com/unolympique/status/1225906725460566024

Le Mister

José Bordalas (Getafe)

Et si la hiérarchie des clubs madrilènes était encore bouleversée au terme de cette saison de Liga ? Nous vous présentions la chose il y a quelques semaines comme un songe un peu fou, voilà que ce cap semble bien dépassé, étant aujourd’hui une hypothèse solide, la faute à cet homme en particulier. Débarqué en 2016 dans la banlieue de la capitale espagnole, José Bordalas, natif d’Alicante, a construit au fil des mois une équipe à l’identité forte. Il a ainsi permis la structuration progressive de Getafe en s’appuyant sur des résultats toujours meilleurs: promu, 8e, 5e et aujourd’hui solide 3e de Liga que rien ne semble pouvoir ébranler. Une trajectoire et un style qui ne sont pas sans rappeler ceux du voisin de l’Atletico de Simeone des grandes heures, aujourd’hui plongé en plein marasme. Restant sur 4 succès de suite sans prendre le moindre but, les Azulones maintiendront-ils la cadence ? La réponse se trouve dans les grands matchs de fútbol à venir en ce mois de février avec la double confrontation contre l’Ajax en Europa League et deux chocs contre le Barça et Séville en championnat.

L’Enjeu

Pluie de buts et choc stérile: Dortmund seul perdant

Ultimo conseil: posez 20 euros sur un plus de 4,5 buts le 18 février. Vous nous remercierez plus tard. À 10 jours du huitième aller de Champions League, Dortmund et Paris partagent un point commun, leurs défenses connaissent d’énormes trous d’air. Les hommes de Lucien Favre l’ont encore montré à Leverkusen ce samedi, en s’inclinant au terme d’un match fou (4-3). D’abord menés, les hommes de Lucien Favre ont ensuite fait la course en tête jusqu’à la 80e minute, grâce à un incroyable rond + R1 d’Emre Can, la nouvelle recrue du Bvb. Sauf que le mur jaune a explosé en une minute dans le dernier quart d’heure. Burki a encaissé deux buts de Leon Bailey (81e) et Lars Bender (82e) en l’espace de deux minutes. Les jaune-et-noir n’avancent plus tandis que le Bayer n’est plus qu’à 2 points.

Mais le choc de cette journée avait lieu ce dimanche à 18 heures. Le Bayern Munich, qui a récupéré son trône la semaine dernière, recevait son dauphin, le RB Leipzig, à l’Allianz Arena. Tantôt sauvés par Upamecano, tantôt par la maladresse bavaroise, les hommes de Julian Nagelsmann ont finalement arraché le point du match nul. Une aubaine pour Nkunku et ses coéquipiers, qui reste en cours pour le titre, malgré une défaite et un match nul lors des deux dernières semaines.

Photo: IconSport

La Déception

AS Roma

2020, l’année d’une Louve sans mordant. Après des défaites contre le Torino et Sassuolo sans compter la Juventus auparavant, les giallorossi ont encore chuté contre une équipe de milieu de tableau : Bologne. 4 points pris sur 18 possibles et le podium s’envole avec notamment le rival laziale. Face à la formation rossoblù, l’équipe de Fonseca a connu des trous d’air inquiétants en défense avec 3 buts encaissés et un énième carton rouge. Un rude karma qui affectera même les joueurs prêtés, à l’image de Florenzi qui pour son deuxième match en Liga, a littéralement pété les plombs avec Valence : un immonde tacle par derrière, un rouge et 3 buts dans la valise contre Getafe.

Photo Fabio Rossi – LaPresse – IconSport

La Décla

Leonardo

Quand le directeur sportif du PSG s’exprime, l’écouter s’avère souvent intéressant. Au sortir de la victoire parisienne sur Lyon, le brésilien a tout simplement sorti la sulfateuse. Traitement médiatique du club à l’approche du 8e de Ligue des Champions contre Dortmund, la forme de Neymar, le comportement de Mbappé… Leo n’a éludé aucun sujet et rhabillé son monde pour le restant de l’hiver. Le tout avec le sens du show et le sourire qu’on lui connaît.

Le Dérapage

Week-end sans vainqueur en Liga NOS

C’est peu dire que ce week-end foot a fait du bruit au Portugal. Si sur le terrain Porto a battu Benfica dans le classico, c’est sans doute tout le football qui vient de perdre côté lusitanien. C’est vendredi que la bombe est tombée sur le pays champion d’Europe: Plusieurs dirigeants du FC Porto, Benfica, Braga, Sporting, Guimarães, Funchal, Estoril, Portimonense ainsi que plusieurs agents de joueurs parmi lesquels le très influent Jorge Mendes et plusieurs autres intermédiaires se retrouvent tous accusés de fraude fiscale et de blanchiment d’argent via des transferts réalisés par les clubs précédemment cités. Ainsi, les achats de James Rodriguez, Radamel Falcao, Iker Casillas, Eliaquim Mangala, Julio Cesar ou André Carillo pour ne citer qu’eux auraient servi à masquer des opérations monétaires illégales. Ambiance entre les accusés qui se renvoient la balle dans la dernière ligne droite du championnat… et qui réussissent ainsi à faire disparaître le football des pages consacrées au Portugal en Europe dans un week-end de Classico.

Le Contre-Pied

Ballet Lyonnais

Lyon n’a pas créé l’exploit face au Paris Saint-Germain (quelle surprise, on pensait pourtant que le double pivot Mendes-Tousart allait manger tout cru l’entrejeu parisien). Mais les lyonnais trouvent toujours le moyen de voler la vedette à leurs adversaires du jour. Cette fois-ci, ce n’est ni Jean-Michel Aulas ni Rudi Garçia qui ont attiré l’attention, mais bien Fernando Marçal. Le latéral brésilien nous a gratifié d’un but gag juste après la reprise.

Servi par Mbappé, Draxler tente un centre après une énième sortie de Lopes dans ses pieds. La passe est mollassonne, pas de quoi inquiéter la muraille lyonnaise. Mais Thiago Mendes, qui venait de découvrir les boîtes parisiennes la veille, a la bonne idée de tacler en corner. Problème, l’Allemand avait continué sa course, et se retrouve avec le ballon dans ses pieds. Ce dernier tente un nouveau centre (loupé), qui finit tout droit dans les pieds de Marçal. Et là, le moment de la soirée. Le latéral lyonnais n’a rien trouvé de mieux que de sortir son meilleur plat du pied en direction de son but. Résultat, un mauvais réflexe et une grosse mine qui finit sous la barre de Lopes, toujours en train de glisser après sa sortie. Tuez-moi.

Le Geste

Corona Dribblus

Grand spectacle au stade du Dragão ce samedi soir pour le classique de Liga NOS, Benfica et Porto ont régalé avec 5 buts. Les Azuis e brancos de Sérgio Conceição ont fait part d’une maîtrise impressionnante en première mi-temps en inscrivant 3 buts en 44 minutes. De quoi mettre à l’aise toute l’équipe, particulièrement le latéral droit mexicain Jesus Manuel Corona. Pour son premier ballon touché après la pause, l’international s’est amusé avec Rafa Silva. Feintes, crochets et petit-pont pour une punition en trois actes.

Le Chiffre

9

Le Vissel Kobe d’Iniesta a remporté la Supercoupe du Japon au terme d’une rencontre surréaliste. Les coéquipiers du milieu espagnol, qui a délivré deux passes décisives, ont mené 3 fois au score, mais n’ont jamais su conserver leur avantage. On pensait avoir tout vu au terme de ces 120 minutes. Mais le Vissel Kobe, club du milieu espagnol, et Yokohama Marinos se sont surpassés pour nous offrir une séance de tirs au but inoubliable. Après avoir réussi leurs deux premiers tirs respectifs, les joueurs des deux équipes ont commencé à avoir la tremblote. Résultat, les formations ont manqué neuf tentatives de suite… C’est finalement le septième tir du Vissel, frappé par Hotaru Yamaguchi, qui leur a permis de l’emporter. 

La Tribune

Deportivo Morón

Pendant ce temps, en D2 Argentine, dans un match entre le 10e et le 16e…

https://twitter.com/Ultramaniaticos/status/1226676583555108864

Credit photo : LaPresse / Icon Sport

Share