Strass et Payet : l’heure du retour en équipe de France ?

Dimitri Payet, 32 ans, est actuellement le meilleur joueur de l’Olympique de Marseille. Des déclarations fortes sur son futur dans le club phocéen,  une très bonne mi-saison : le Réunionnais ambitionne de participer à l’Euro 2020 avec l’équipe de France. Avec des ailiers en méforme ou encore blessés, Dimitri Payet sera-il dans la prochaine liste de Didier Deschamps ?

Un souvenir lointain

16 Mai 2018, Parc OL. L’Olympique de Marseille affronte l’Atlético de Madrid en finale de l’Europa League. À un jour de l’annonce de la liste de l’équipe de France qui s’envolera en Russie pour le Mondial. À la demi-heure de jeu, Dimitri Payet est à terre. Touché à la cuisse, le Marseillais doit quitter le terrain et dire au revoir à une participation pour la Coupe du Monde. Une soirée cauchemardesque avec une défaite de son club lors de cette finale.

Depuis cette déception, Dimitri Payet a retrouvé l’équipe de France à une petite occasion, le 11 Octobre 2018 face à l’Islande en amical. Mais entre temps, il y a un groupe qui a remporté la Coupe du monde et qui s’est qualifié pour l’Euro 2020. Le pragmatisme de Didier Deschamps est resté le même : « On ne change pas une équipe qui gagne ». Seuls quelques nouveaux ont fait leur apparition dans le groupe France, profitant des blessures de certains et des méformes des autres. Et à l’heure actuelle, les blessés sont nombreux, le niveau de jeu de l’équipe de France n’a pas été fameux, que ce soit face à l’Albanie ou face à la Moldavie. Offensivement, le vivier français est plutôt bien garni mais nombreuses sont les incertitudes. Mbappé et Ben Yedder sont en forme. Griezmann n’arrive pas à réitérer ses performances de l’Atlético à Barcelone. Lacazette, déjà snobé par Deschamps, n’est que l’ombre de lui-même. Giroud et Lemar ne jouent plus depuis un bon bout de temps. Coman, Dembélé et Thauvin sont blessés ! C’est dire l’état de l’attaque de l’équipe de France…

Un ailier gauche de qualité

À Marseille, Payet a des statistiques plutôt intéressantes avec 7 buts et 3 passes décisives en 18 matchs. Mais plus que les stats, c’est son apport dans le jeu qui est important. Avec lui, c’est plus de 60% de victoires en championnat (18 matchs) contre 20% de victoires sans lui (5 matchs). Face à Angers, il avait manqué et Andre Villas-Boas s’en était inquiété : « Il va nous manquer, il a cette importance dans notre effectif, pas seulement pour sa qualité de jeu mais aussi pour sa personnalité, son autorité dans l’équipe ». Résultat, un piètre 0-0 au Vélodrome, sans véritable occasion pour les Phocéens. Plus encore, le technicien marseillais avait fait une comparaison plutôt flatteuse pour son joueur. « Barcelone est Messi-dépendant, la Juventus est Ronaldo-dépendante. Si on est Payet-dépendants, on est Payet-dépendants… ça ne m’inquiète pas ». Placé en tant qu’ailier gauche, l’ancien joueur de West Ham est concentré sur ses tâches offensifs, libéré des tâches défensives par Morgan Sanson et grâce à Jordan Amavi qui ne prend que très rarement le couloir. En championnat, il a déjà marqué plus de buts que la saison dernière. La blessure de Florian Thauvin lui a fait comprendre qu’il devait prendre ses responsabilités dans cette équipe.

Présent au prochain rassemblement ?

Pour l’équipe de France, c’est une excellente nouvelle. Bien que la prochaine trêve aura lieu au mois de Mars, Didier Deschamps parlait déjà de Payet dans sa dernière conférence de presse en Décembre dernier : « Dimitri est toujours sélectionnable. Tant mieux pour lui qu’il ait retrouvé un bon niveau avec son club. Qu’il le maintienne. Ça fait un moment qu’il n’est pas venu avec nous. Il y a d’autres joueurs aussi qui ont répondu aux attentes. Il n’y a pas de position radicale sur le fait qu’il ne peut pas revenir. Mais si je dis ça, on va dire : « Tiens, il va peut-être y être… ». Aujourd’hui, le Réunionnais possède une longueur d’avance sur ses concurrents. Son niveau de jeu prouve qu’il est capable de retrouver la sélection malgré son âge (33 ans). Un âge qui pourrait tout de même lui porter préjudice dans la « logique Deschamps » qui semble privilégier la jeunesse, exception faite pour les vainqueurs de la Coupe du Monde. Aujourd’hui, il semble le plus armé pour être sur le flanc gauche de l’attaque. Même si on considère qu’il est meneur de jeu de son côté, il ne marchera pas sur les pieds de Griezmann et leur entente pourrait faire des dégâts. Nul doute que s’il conserve ce niveau, Payet en Bleu en mars ne sera plus une fiction.

Crédit photo : Dave Winter/Icon Sport