[Interview] Dan Perez : « Il faut être lucide sur la place qu’occupe la tactique dans le football »

Dan Perez est chargé de développer les analyses tactiques de L’Equipe. Depuis 2015, il produit ces articles pour décrypter les grandes rencontres de football. Une démarche unique au sein du premier média sportif en France, qui possède très peu de droits télévisés. Explications.

Ultimo Diez – La tactique est souvent un sujet traité à froid, pour prendre du recul sur les matchs que l’on souhaite analyser. L’Equipe a fait le choix de publier ses analyses le lendemain d’une rencontre. Pourquoi ?

Dan Perez – Un lecteur de L’Equipe regarde un match, ensuite il peut aller voir les réactions sur notre site. Le lendemain il aura le journal et il saura ce qu’en disent les journalistes de L’Equipe. Mais tous ces papiers sont écrits au maximum une heure après le coup de sifflet final. Si un lecteur souhaite avoir des papiers plus travaillés, il est obligé d’attendre le surlendemain. Mais pourquoi ne pourrait-on pas lui offrir un papier détaillé sur le web dès le lendemain ? L’idée est de faire en sorte que le lecteur n’ait pas à attendre encore 24 heures pour avoir une explication tactique.

Comment regardez-vous un match que vous devez analyser ?

Je le regarde seul, sans manger ni boire. Je suis à mon bureau, loin de mes collègues. Je réunis toutes les notes que j’ai prises avant le match, avec les axes de lecture qui me semblent pertinents. Je coupe tout ce qui est portable et réseaux sociaux. Je ne veux pas être perturbé par des commentaires. Je n’ai pas non plus envie de savoir ce que tout le monde pense de la rencontre. À la mi-temps, je fais un point sur les statistiques. Après le coup de sifflet final, j’essaye de revenir sur le match, je l’évoque avec les responsables en chef, en essayant de séparer l’analyse du résultat. Une fois que j’ai ce que je veux, je revois le match immédiatement. Après seulement, je commence à écrire, j’ai comme support régulier toutes les notes avec les minutes. Cela m’aide pour chercher les captures d’écrans qui m’intéressent. Je fais tous les éléments multimédias et je finis généralement vers 5 ou 6 heures du matin. Je programme la publication de l’article pour le lendemain midi.

Comment vous est venu l’idée de réaliser ces debriefs tactiques ?

L’idée m’est venu en discutant avec un ami qui est aussi journaliste. Le soir des élections présidentielles de 2017, il me racontait qu’il avait travaillé toute la nuit. La critique de cinéma, notamment celle de François Bégaudeau, m’a motivé. Sa manière de regarder les films, d’examiner des scènes dans le détail et d’essayer de rendre ça pédagogique à son auditoire m’a beaucoup inspiré. Il cherche à comprendre ce que fait le réalisateur. Ces deux sources d’inspirations m’ont donné envie de faire pareil au niveau du football.

« Notre but est de vulgariser certains concepts »

Comment choisissez-vous les sujets que vous traitez ?

Nous nous cantonnons aux gros matchs ou aux équipes qui sortent du lot tactiquement. J’ai des idées avant le début du match, mais je dois aussi me coordonner avec les reporters sur place au fil du match. Ils doivent écrire leurs articles en moins d’une heure pour le journal du lendemain. Je discute avec eux et les rédacteurs en chef pour définir mon sujet. Généralement, nous sommes d’accord et mon sujet est assez clair. Il y a aussi des sujets plus intemporels, comme le dossier réalisé sur les différentes manières d’être un numéro 10. Notre but est d’apporter des clés de compréhension aux lecteurs et de vulgariser certains concepts.

Combien de temps mettez-vous pour préparer un match que vous allez décrypter ?

Idéalement, je regarde les huit ou 10 derniers matchs des deux équipes. Cela me permet d’anticiper la manière dont elles jouent, de connaître leurs joueurs clés, leurs principes collectifs… Si tu débarques sans connaître les deux équipes, il est impossible de prévoir les zones clés du match, ni de remarquer les possibles ajustements effectués par les entraîneurs au cours de la rencontre. Après, il y a toujours une part d’imprévu.

L’Equipe ne possède pas les droits télévisés des grands championnats…

C’est très frustrant de ne pas pouvoir utiliser des extraits de matchs. La vidéo permet de faire comprendre des idées beaucoup plus vite, d’illustrer des mouvements de manière bien plus facile. Il suffit d’enchaîner plusieurs séquences pour montrer ce que l’on souhaite. Pour compenser ce manque, j’insère des captures d’écrans que je schématise. Sur le web, je peux en mettre autant que je le souhaite. Il faut tout de même trouver le bon équilibre et ne pas trop en mettre, car je risque de perdre le lecteur. Lorsqu’une analyse est publiée dans le journal, les possibilités sont bien plus limitées. Je ne peux en insérer qu’une ou deux.

À quoi servent ces captures ?

Cela me permet de justifier ce que j’écris. La difficulté, c’est qu’il faut trouver une capture suffisamment parlante. Une image arrêtée présente plusieurs contraintes : les 10 joueurs de champ sont rarement présents, les systèmes se déforment… Il est plus facile de réfuter une idée présentée sur une image que sur une vidéo.

« Nous ne ferons jamais de spécifiques sur la tactique »

Quelle place occupe la tactique au sein du quotidien ?

Il n’y a pas que moi et Raphaël Cosmidis (NDLR : l’autre contributeur de la rubrique tactique) qui parlons de jeu. Tous les weekends, des journalistes débriefent des matchs en parlant de jeu, des principales dynamiques des rencontres. Tous les grands coachs ont été interviewés dans L’Equipe. Ils ont fourni du contenu bien plus intéressant que mes papiers. La place de la tactique et du jeu ne se limite pas à la rubrique du même nom.

Il y a plein de choses que j’aimerais faire pour continuer à développer cet aspect tactique : de la vidéo, des podcasts ou encore faire le tour des coachs de Ligue 1. D’autres médias le font déjà. Et puis, si on va interviewer le coach de Reims, il faut avoir vu tous les matchs de l’équipe. Si je ne le fais pas, l’interview n’aura aucun intérêt. Mais nous n’avons pas forcément le temps de faire cela car mon travail à L’Equipe ne se résume pas qu’à la tactique.

En parlant des coachs, ces derniers peuvent-ils jouer un rôle de catalyseur pour la médiatisation de la tactique ?

Les grands entraîneurs transmettent leur passion. Le charisme de Klopp donne envie de l’écouter. Julien Momont l’avait interviewé et c’était passionnant. Tout fan de foot apprécie ce genre de moment. Le duel entre Guardiola et Mourinho a poussé toute une génération à s’intéresser aux concepts tactiques, tels que la périodisation tactique. Les sujets sur ces grands coachs fonctionnent aussi très bien. Nous avions produit un L’Equipe Explore sur la philosophie de Guardiola qui totalise plus de 800 000 vues aujourd’hui.

De l’autre côté, certains coachs aiment moins parler de tactique, sans trop qu’on ne sache pourquoi. C’est dommage.

Cela fait bientôt deux ans que la rubrique tactique existe, mais la fréquence d’articles n’a jamais vraiment augmenté. La tactique a-t-elle atteint son plafond de verre au sein du quotidien ?

Il faut aussi être lucide sur la place qu’occupe la tactique dans le football. Carlo Ancelotti estime qu’elle représente 30 % du travail d’un coach et de son staff. Certains entraîneurs augmenteront ce pourcentage, d’autres feront l’inverse. Une chose reste sûre : regarder et analyser un match de football par un prisme uniquement tactique est une erreur. Il ne faut pas oublier tout un tas de paramètres comme le management, les conditions mentales et physiques…

Mais il faut tout de même que la tactique ait sa place, ce qui n’était pas le cas il y a quelques années. Aujourd’hui, il y a des papiers qui parlent de jeu chaque semaine dans L’Equipe. C’est quelque chose qui s’est démocratisé dans la rédaction et c’est normal. 

Crédit Photo : IconSport

0