Comment Daniel Hechter et son maillot ont-ils marqué l’histoire du PSG ?

Pour la première fois depuis 8 ans, le PSG sera vêtu du maillot dit « Hechter » pour la prochaine saison. Celui-ci a été officialisé et mis en vente ce mardi. Les supporters parisiens se réjouissent de ce retour aux sources. Mais pourquoi y a-t-il autant d’engouement autour de cette tunique et surtout, ça veut dire quoi Hechter ? 

L’histoire du Paris Saint-Germain est assez récente. À l’aube de cette histoire, une naissance difficile. En 1970, le Paris FC (PFC) et le Stade Saint-Germanois fusionnent afin de donner à la capitale française une équipe professionnelle. Dès sa première saison, l’équipe monte en Division 1. Malheureusement, la mairie de Paris refuse de laisser jouer dans un Parc des Princes tout fraîchement construit une « équipe banlieusarde ». En 1972, le club se scinde en deux. Le PFC reste en D1. L’autre partie du club conserve l’identité de Paris Saint-Germain et est rétrogradé en 3e division. 

Hechter, le créateur du club ?

Si l’année officielle de la création du club est bien 1970, un homme n’est pas tout à fait d’accord. L’année qui suit cette création, Daniel Hechter se voit offrir la possibilité d’en devenir le sponsor. Le créateur de mode accepte, à condition de participer aux conseils d’administration du club. Lors des premières réunions, il s’aperçoit que les dirigeants ne connaissaient rien au football. Il décide alors de quitter la direction qui se scindera donc par la suite. L’année de fondation qu’il préfère retenir, c’est celle de sa véritable arrivée dans le club. 

Voyant le PFC à l’agonie, Hechter décide de monter une équipe pour ne pas laisser vide ce Parc des Princes flambant neuf. Alors âgé de 33 ans, il se tourne vers le Paris Saint-Germain, tout juste promu en D2. En juin 1973, il signe un accord avec Henri Pétrelle, président du PSG. Hechter est désireux d’avoir le contrôle total sur la direction du club. Un conflit d’intérêt s’installe entre les deux hommes. Malgré ces tensions, l’équipe de la banlieue parisienne parvient à se hisser en première division. Dans le même temps, le PFC est relégué, permettant au PSG de récupérer le Parc des Princes. 

En une seule saison, la direction Hechter fait déjà effet. Il devient finalement le seul président du club au lendemain de cette montée, en 1974. L’histoire du PSG connaît alors un coup d’accélérateur. Avec Just Fontaine au poste de directeur technique, François M’Pelé et Mustapaha Dahleb sont les premiers grands noms à signer pour Paris. Ils permettent au club de se maintenir dans l’élite durablement. Daniel Hechter a œuvré pour faire grandir la popularité de l’équipe. Il le dira lui-même : « J’ai fondé le Paris Saint-Germain. »

Borelli, ami et successeur

Son départ est moins glorieux. Il est contraint de quitter le club pour avoir reversé une partie des revenus de la billetterie aux joueurs. Après avoir maintenu le club dans l’élite et instauré une direction stable, Hechter s’en va en janvier 1978. Son vice-président et ami, Francis Borelli, lui succède. Avec lui, les premières véritables heures de gloire du club. 

Borelli, nouveau président, souhaite instaurer sa marque de fabrique. Exit le bleu et rouge du maillot domicile, place à une tenue blanche décorée d’une bande rouge et d’une bande bleue. Celle-ci restera ainsi en place des années durant, associées par la même occasion aux premiers trophées parisiens. Deux Coupes de France en 1982 puis 1983, mais surtout le premier titre de champion de France en 1986. Cette tenue historique a fait sa réapparition l’année dernière. Une mise en garde pour le retour d’une autre tunique tant attendue. 

Francis Borelli quitte le PSG en 1991 et laissera son empreinte à jamais à Paris. La période 1973-1991 aura donc vu un nouveau club s’installer dans le paysage footballistique français. Le PSG, bien aidé par ses deux présidents, s’est fait une place. Borelli possède aujourd’hui une tribune à son nom au Parc des Princes. Quant à Daniel Hechter, c’est d’une toute autre manière qu’il marque encore aujourd’hui le club de la capitale. 

Un maillot historique

Lors de la première fusion en 1970, il a été décidé que les couleurs du club seraient le bleu et le rouge, en référence aux couleurs de la ville de Paris. Lorsqu’il arrive au club en 1973, Daniel Hechter décide de dessiner lui-même le maillot de son équipe. Facile lorsqu’on travaille dans la mode. Un maillot bleu, une grande bande rouge au milieu entourée de deux petites bandes blanches. Le maillot Hechter ainsi que sa légende sont nés.

L’inspiration, c’est comme la mode, ça vient tout d’un coup. On ne sait pas pourquoi. Dans la rue, j’ai vu une Ford Mustang avec sa bande centrale sur le capot qui se prolonge sur le toit et j’ai transposé ça.

Un maillot simple, reconnaissable entre tous avec cette bande rouge. Très rapidement, les fans s’approprient ce maillot et ses couleurs. Bien que ce ne soit pas le maillot des premiers succès, il représente l’âme du club. Finalement, le maillot est vite remplacé par celui de l’époque Borelli mais marque suffisamment les esprits parisiens pour qu’on le définisse encore comme LE maillot du PSG. Quoi de plus emblématique qu’une tunique Hechter avec ce gros sponsor RTL floqué au milieu ? Le maillot fait ensuite son retour lors de la saison 1994-95. L’année suivante, le PSG écrit sans doute sa plus belle page européenne en remportant la Coupe des vainqueurs de coupe (C2). Ce maillot commence lui aussi à devenir synonyme de succès.

À LIRE AUSSI – Thomas Tuchel, entraîneur en exil

Des années et des trophées plus tard, le PSG n’a toujours pas obtenu de second sacre européen. Le retour du modèle préféré des fans parisiens aura peut-être un effet bénéfique sur les performances de ses joueurs, portés par le poids de l’histoire. C’est finalement ce maillot-là, ces couleurs-là qui restent  les plus associés à Paris. Si on peut toucher au maillot extérieur, le domicile doit lui rester bleu et rouge. Les couleurs traditionnelles du PSG.

Pour les 50 ans du Paris Saint-Germain, Nike a décidé de faire un bond en arrière. Un bel hommage pour l’homme qui aura façonné l’image du club.

Crédit photo : Icon Sport

0