Ligue des champions : le 11 type de la phase de groupes

Voilà, c’en est fini de la phase de poules de la Ligue des champions. L’heure est au bilan, et on ne parle pas de ceux qu’Ole Gunnar Solskjaer ou Antonio Conte vont présenter à leur patron avant de se faire virer. Ultimo Diez vous propose son 11 type à mi-parcours de la compétition. Les débats ont animé la rédaction, des noms d’oiseaux ont volé, mais nous avons finalement trouvé un consensus (ou presque) avec un 4-4-2 de gala.

Le gardien

Edouard Mendy (Chelsea)

On a hésité avec Manuel Neuer, qui l’a justement complimenté dans les colonnes de L’Équipe la semaine dernière. Edouard Mendy en Ligue des champions, c’est un seul petit but encaissé, une puissante tête du rennais Serhou Guirassy sur corner. C’est surtout une multitude d’arrêts réflexe face à Nyamsi, Da Silva ou Gudelj. Et une détente féline face aux tirs d’Utkin ou Ocampos. Il sera difficile de marquer des buts à Chelsea en phase finale.

https://twitter.com/wiwsport/status/1318648293023502338

Les défenseurs

Angeliño (Leipzig)

Vous vous rendez compte qu’il n’a toujours pas été appelé avec la Roja ? Angeliño s’impose comme un latéral gauche de renom en Europe, à seulement 23 ans. Il avait brillamment lancé sa saison de Ligue des champions par un but splendide, qui a donné le tournis à la défense de Basaksehir. Il l’a conclue par une masterclass contre Manchester United (3-2). On a aimé Robertson (Liverpool) et Hernandez (Bayern), mais il fallait trancher.

https://twitter.com/lnstantFoot/status/1320309077982019589

Romero (Atalanta)

Prêté par la Juventus, Cristian Romero se sent comme un poisson dans l’eau chez la Dea. Sa science du placement mais aussi sa capacité à fixer balle au pied en font non pas un joueur d’avenir, mais de présent. Il n’a raté qu’un match de Ligue des champions, et l’Atalanta a coulé contre Liverpool (0-5). Sa dernière sortie chez l’Ajax qui avait besoin de marquer (0-1) est à voir et revoir.

Kurt Zouma (Chelsea)

Il est la preuve qu’on peut ne pas exploser à 20 ans et s’imposer au top niveau plus tard. Du haut de ses 26 balais, Kurt Zouma forme une redoutable charnière avec Thiago Silva. Injouable dans le domaine aérien. Frank Lampard n’a pas manqué de le féliciter en conférence de presse : «Le niveau qu’il a semaine après semaine est brillant.»

Sergiño Dest (FC Barcelone)

Son rôle s’inscrit dans la lignée de Dani Alves au Barça. Ses dédoublements dans le couloir droit ont rendu fous Ferencvaros et le Dynamo Kiev, même si son but face aux Ukraniens vient d’une percée plus axiale. L’un des seuls à avoir gardé la tête hors de l’eau face à la Juventus au Camp Nou (0-3).

Les milieux

Kingsley Coman (Bayern Munich)

L’homme du match de la mise en pièces de l’Atlético de Madrid avec un doublé et une passe décisive (4-0). Un centre déposé sur la tête de Leroy Sané contre Salzbourg (3-1). Mature, percutant, Kingsley Coman confirme son leadership en Bavière. Le meilleur joueur de Munich en Ligue des champions ? La question se pose, et c’est déjà très fort.

Bruno Fernandes (Manchester United)

Ne banalisons pas (déjà) le rendement de Bruno Fernandes. 6 matches, 4 buts et une passe décisive. La lanterne dans la brume à Old Trafford. Systématiquement (ou presque) le meilleur joueur des Red Devils, et le dernier responsable de l’élimination dès la phase de groupes.

Sergio Oliveira (FC Porto)

Parce qu’un Portugais peut en cacher un autre. Son volume de jeu donne vie à l’entrejeu des Dragons. Un régulateur qui a marqué deux fois contre Marseille et aussi contre l’Olympiakos. Derrière Manchester City, Porto a surnagé dans son groupe, et il en est l’une des raisons majeures.

https://twitter.com/KingTrivela/status/1331713154804568069

Diogo Jota (Liverpool)

Parce que deux Portugais peuvent en cacher un troisième, Diogo Jota est notre milieu droit. On pensait le trio Salah-Mané-Firmino inamovible, l’ancien des Wolves a remis beaucoup de choses en question. Il a pulvérisé l’Atalanta d’un triplé pour une victoire 5-0. Ses appels en profondeur et sa lucidité ont donné des problèmes de riche à Jürgen Klopp pour le reste de la saison.

Les attaquants

Alassane Pléa (M’Gladbach)

La personnification de David face aux Goliath du Real Madrid et de l’Inter Milan. Son doublé de sang-froid n’a pas suffi contre les Nerazzurri (2-3). Son match dantesque chez le Shakhtar Donetsk (6-0, trois buts et une passe décisive), marqué par un pétard aux 20 mètres, laisse rêveur. Un bisou à son pote Marcus Thuram, les deux marchent ensemble. Il est pas beau l’outsider des huitièmes de finale ?

Erling Haaland (Borussia Dortmund)

Messieurs dames, voici le SEUL joueur à avoir fait l’unanimité dans la rédaction. Comme Rashford, Morata et Neymar, il compte 6 buts en C1 cette saison. Sauf que lui n’a joué que 4 matches. Il a mis le Club Bruges à ses pieds, deux fois (3-0 et doublé, 3-0 et doublé). Une mine sous la barre de la Lazio (1-3) et un but plein de sang-froid face au Zénith (2-0). Robocop ne cesse d’affoler les compteurs à tout juste 20 ans. Terrorisant.

Supersub

Kevin De Bruyne (Manchester City)

Il n’est pas dans le 11 car il n’a joué que deux matches en Ligue des champions. Mais quels matches ! Deux passes décisives à Marseille (3-0) puis face à l’Olympiakos (3-0). Le quotidien d’un artiste belge. Les orientations de jeu et les transversales millimétrés de De Bruyne peuvent améliorer votre vue.

Les remplaçants

Neuer, Robertson, Hernandez, Marquinhos, T.Silva, Fabinho, Lainer, De Bruyne, Félix, Morata, Rashford

Crédit photo : PA Images / Icon Sport / Firo / Picture Alliance

0

L'Equipe Ultimo Diez