Jupiler Pro League : bilan avant le money time

Après 21 journées de championnat écoulées, l’heure du bilan a sonné en Jupiler Pro League. Il ne reste plus que 13 rencontres à disputer avant les play-offs. La dernière ligne droite est maintenant au bout du tournant et là où certaines équipes ont impressionné, d’autres ont encore beaucoup de travail à réaliser si elles veulent atteindre le graal.

Les Tops

Voir cette équipe trôner en tête du classement ne surprendra personne, le Club de Bruges est une nouvelle fois leader avant d’entamer le rush final. Les champions en titre sont en tête avec 45 points en 21 journées. Ils possèdent jusqu’ici 7 points d’avance sur leur concurrent direct : le KRC Genk.

La recette de leur succès : un effectif toujours aussi stable avec très peu de départ entre les saisons et des renforts toujours plus impactants. Durant ce mercato, les Brugeois ont fait revenir leur ancien défenseur central Stephano Denswil et ont recruté l’attaquant néerlandais Bas Dost. Un bon développement des jeunes a aussi permis à Charles de Ketelaere d’exploser et de venir encore plus renforcer l’équipe. Largement meilleure défense de Jupiler Pro League avec 13 buts encaissés et meilleure attaque avec 43 buts marqués, qui pourrait bien venir les priver d’un nouveau titre cette saison ?

Niveau européen, les hommes de Clément ont terminé à la 3e place de leur groupe en C1 devant le Zénith et à seulement deux points du Borussia Dortmund. Ils sont donc qualifiés pour les 16e de finale de Ligue Europa où ils affronteront de Dynamo Kiev, une équipe à leur portée.

S’ils brillent en championnat, c’est le parcours européen de l’Antwerp qui a été particulièrement impressionnant. Second de leur groupe d’Europa League à un seul point de Tottenham, les Anversois sont même parvenus à faire tomber les Spurs à domicile en l’emportant 1-0. Ils affronteront les Rangers en 16e de finale, une équipe qui connait déjà bien le football belge. Cependant, le matricule 1 ne compte pas reproduire les erreurs du Standard de Liège et offriront certainement une opposition plus sérieuse aux hommes de Steven Gerrard.

En championnat, l’Antwerp se classe 3avec 11 points de retard sur Bruges. Si tout semblait aller pour le mieux, leur entraineur Ivan Leko a abandonné le navire pour aller coacher le Shangaï FC. Ce dernier a été remplacé par un entraineur bien connu de Pro League : Franky Vercauteren. L’homme qui avait été évincé par Vincent Kompany est donc de retour sur les bancs de Pro League et avec Franky, c’est souvent résultat garanti !

Dans cette dernière ligne droite, les Anversois pourront compter sur le nouveau soulier d’or : l’Israélien Lior Refaelov, leur véritable maestro.

https://twitter.com/ElevenSportsBEf/status/1349476533837160448?s=20

Plus surprenant, le KV Ostende réalise une première partie de saison impressionnante. Sans jamais réellement attirer l’attention, les côtiers ont accumulé les points et se retrouvent actuels sixième à seulement un point du top 4, synonyme de ticket pour les play-offs 1.

Les deux clés de leur succès ? Une rigueur défensive exemplaire et des performances à domicile qui les place troisième du classement des équipes évoluant à la maison.

Leur duo Fashion Sakala / Andrew Hjulsager leur permet aussi de briller offensivement avec déjà 7 passes décisives pour le Danois et 8 buts pour le Zambien. Si la course aux play-offs 1 parait tout de même compliquée, les play-offs 2 sont tout à fait accessible s’ils continuent à afficher un tel niveau de jeu.

Les Flops

Arrivé plein de promesses, Philippe Montanier comptait bien remettre le Standard de Liège en haut du classement. Au final, la seule promesse tenue aura été de faire briller l’académie en lançant notamment Nicolas Raskin, Abdoul Tapsoba, Damjan Pavlovic, Hugo Siquet ou encore Michel-Ange Balikwisha. Après un début de saison prometteur, l’équipe du Français s’est effondrée ne décrochant plus la moindre victoire depuis le 1er novembre. Ce bilan de 4 points sur 24 aura raison de Montanier qui sera immédiatement limogé.

Effectivement, en plus des mauvais résultats c’était un niveau de jeu qualitativement proche du néant, un système défensif à l’opposé de l’ADN du club et des joueurs en manque d’envie qui ont eu raison de lui. La direction liégeoise a donc opté pour l’homme qu’ils avaient pourtant refusé l’été dernier, l’ancien adjoint de Michel Preud’homme et ancien attaquant du club : Mbaye Leye. Il s’agit de la première expérience en tant que T1 pour le coach sénégalais. Arrivant en prônant des valeurs telles que le respect, la grinta et la soif de victoire, le nouveau T1 avait prévenu que cela allait demander beaucoup de travail de remettre le Standard sur pied et qu’il voulait avant tout gouter de nouveau à la victoire.

Mission accomplie pour le coach puisqu’il affiche un bilan de 6/6 pour ses deux premiers matches avec 4 buts marqués et 1 seul encaissé. Si le beau jeu n’est pas encore vraiment là, l’envie et la grinta sont bel et bien de retour dans le chef des joueurs. Même si les « Rouches » sont de retour à deux points du top 4, il reste encore beaucoup de travail à réaliser.

https://twitter.com/Standard_RSCL/status/1347578505043861511?s=20

Ironie du sort, l’autre flop de ces 21 premières journées est le rival historique du Standard : le RSC Anderlecht. Après avoir vu Vincent Kompany prendre les rennes, rien n’a véritablement changé pour les mauves. Si au niveau du classement rien ne semble catastrophique, dans le jeu l’histoire est toute autre. Les bruxellois peinent à prester au niveau attendu. Si les problèmes de fond de jeu sont importants, le plus gros souci réside autre part.

Le sporting a perdu un nombre incalculable de points dans les dix dernières minutes de jeu. Un manque de chance, des failles tactiques mais aussi un défaut de mentalité sont à redresser rapidement. Tout est encore possible pour les hommes de Kompany mais ces nombreux points perdus en fin de rencontre pourraient couter cher au décompte final alors qu’une nouvelle saison sans être européen plongerait le club le plus titré de Belgique encore un peu plus profondément dans la crise.

La Masterclass

 Si on vous avait présenté les deux promus qui impressionnaient la Belgique il y a quelques semaines, l’un d’entre eux a baissé de régime alors que l’autre a, au contraire, continué à performer jusqu’à être actuellement 6de Jupiler Pro League. En effet, OHL possède actuellement 32 points en 21 rencontres et représentent toujours autant une menace pour leurs concurrents directs.

Les hommes de Marc Brys sont actuellement la quatrième attaque du championnat. Xavier Mercier auteur de 11 assists et Thomas Henry, auteur de 15 buts, sont respectivement les deuxième meilleurs buteurs et passeurs de Jupiler Pro League et portent l’attaque louvaniste à la 4e position du classement des meilleures attaques.

La lutte pour le top 4 reste quand même difficilement envisageable au vu de la qualité des autres concurrents mais quoi qu’il arrive, la saison d’OHL est d’ores et déjà réussie et l’accès aux play-offs 2 pourrait être une bonne récompense pour Marc Brys et ses hommes.

La Disasterclass

Considéré comme de sérieux prétendants au titre avant le début de la saison, le KAA Gent n’est jamais parvenu à se montrer à la hauteur. Actuellement treizième avec un bilan de 8 victoires, 2 nuls et 11 défaites, les buffalos sont loin des espoirs placés en eux.

Si beaucoup d’équipes ont changé de coach cette saison, personne ne peut battre La Gantoise où la valse des entraineurs a rythmé la saison. Initialement démarrée avec Jess Thorup, ce dernier a rapidement été remplacé par Laszlo Boloni qui n’aura lui n’ont plus pas fait long feu. L’équipe a ensuite été reprise par Wim De Decker qui, bien qu’ayant bénéficié de plus de crédit, n’a pas non plus réussi à satisfaire. Les Buffalos en sont donc maintenant à leur quatrième entraineur : Hein Vanhaezebrouck. Un coach bien connu de la maison puisqu’il s’agit de celui qui leur avait fait gagner le premier titre de leur histoire en 2014.

Côté Européen, le parcours Gantois aura été désastreux, terminant dernier de leur groupe de C3 avec 0 points.

Le joueur

 Le meilleur buteur Paul Onuachu auteur de 19 réalisations, le gardien Simon Mignolet chef d’orchestre de la meilleure défense du championnat et largement premier au classement des clean sheets ou l’impressionnant Raphael Holzhauser, plusieurs joueurs auraient mérité ce titre de meilleur joueur de la première partie de saison mais c’est finalement l’Autrichien qui tire son épingle du jeu.

Auteur de 11 buts et 12 passes décisives en 21 matches, Holzhauser est de loin le joueur le plus efficace de Jupiler Pro League. Impliqué dans 1,09 buts par match, le médian offensif du Beerschot est pratiquement décisif chaque semaine. Son style décontracté et ses qualités de frappe et de passe ont fait des anversois la deuxième meilleure attaque de la ligue avec 41 buts inscrits.

Jouant en deuxième division la saison dernière et méconnu du grand public, le grand autrichien a déjà marqué cette saison de son empreinte et nul doute qu’il attirera bien des convoitises au prochain mercato.

https://twitter.com/ElevenSportsBEf/status/1349612210352394242?s=20

Crédit photo : IconSport

0

Jeune Belge de 21 ans étudiant le journalisme à l'IHECS (Bruxelles).