Adam Gueddar, la pépite amiénoise

Adam Gueddar devait disputer la Coupe d’Afrique des Nations U17 avec le Maroc dès demain mais malheureusement, la compétition a été annulée. L’Afrique ne découvrira pas encore ce talent brut, mais ça ne devrait pas tarder du côté d’Amiens.

Le début d’une belle histoire

Juin 2020, Amiens décide de commencer son mercato. La première recrue s’appelle Adam Gueddar. Un inconnu du grand public ? C’est une certitude. Mais pour les clubs français, c’était une pépite à ne pas manquer. De nombreux clubs voulaient l’enrôler. Mais pourquoi avoir choisi le club picard ? « Ils m’ont proposé un très bon projet sportif et je pense que c’est un club qui me permettra de devenir un joueur plus complet. C’est un club familial avec une bonne mentalité », explique-t-il. Une tête déjà bien faite. Pas l’envie de sauter des étapes, d’aller voir dans des clubs plus huppés. Non, la priorité pour ce jeune de 15 ans : le jeu, rien que le jeu. Parce que oui, il semblerait que Lille, l’OM et même le Paris Saint-Germain voulaient le signer.

Dès son plus jeune âge, la perle Adam Gueddar a été promis à un grand futur. Surclassé du côté de Caen avec les U17, le jeune franco-marocain a toujours vu le foot comme un plaisir. « À la base, le foot, c’était clairement pour m’amuser avec les potes. À partir de U14-15, j’ai pris conscience qu’il était possible de faire quelque chose, que j’avais des qualités pour faire une carrière, estime le jeune joueur. Après, je n’ai rien prouvé, il faut que je continue à travailler. » Une certaine maturité donc, lui qui est sollicité de toute part à l’étranger même si pour le moment, à cause (ou grâce, c’est selon), il ne peut signer à l’étranger pour des raisons administratives.

Promis à un grand avenir

Numéro 10 avec une très grosse vision de jeu, avec de bonnes qualités physiques, ambidextres et très bon passeur et finisseur, le jeune amiénois n’a encore rien prouvé, comme il le dit. De nombreux jeunes joueurs ont été annoncés comme des cracks et malheureusement, derrière, il n’y a pas eu grand chose par un manque de travail ou parce que le joueur se voyait déjà en haut de l’affiche.

Mais il semblerait que l’ancien pensionnaire du centre de formation de Caen ait encore les pieds sur Terre : « je n’ai rien fait du tout pour le moment. On ne sait jamais ce qu’il peut se passer. Et c’est pour cela qu’il faut que je travaille très dur pour pouvoir intégrer rapidement le groupe professionnel. Ça sera une étape de plus pour que je puisse réaliser mon rêve de jouer en professionnel. »

« Je n’ai pas encore fait de choix »

À la veille de la supposée CAN U17, celui qui est né en 2005 n’a toujours pas choisi sa sélection : « C’est un choix très difficile, car mes parents sont marocains et moi j’ai grandi en France. Pour l’instant, je ne me prends pas la tête. Il faut que mon niveau soit bon et puis je prendrai une décision quand j’aurai une plus grande maturité. » À son âge, il a toujours la possibilité de jouer avec les deux sélections de jeunes, à savoir la France et le Maroc. L’avenir, qui semble radieux, pourrait lui ouvrir très rapidement les portes des deux sélections. À lui de continuer à travailler.

À LIRE AUSSI – CHAN 2020 : le Maroc triomphe mais à la fin, c’est l’Afrique qui gagne

0