Îles Féroé : Jóan Símun Edmundsson, le faiseur de miracles

Illustre inconnu pour la grande majorité des amateurs de football, Jóan Símun Edmundsson n’en est pas moins LA star de son pays : les Îles Féroé. Après avoir hissé sa patrie dans la division C de la Ligue des nations de l’UEFA, le milieu offensif de l’Armina Bielefeld est chargé d’une nouvelle mission. Il doit permettre à l’archipel des moutons de faire bonne figure au sein du groupe F des éliminatoires de la Coupe du monde 2022.

Dans un État qui regroupe seulement plus de 52.000 habitants, il est quelque peu difficile d’ériger au rang de vedette des sportifs de haut niveau. Et pourtant ! Grâce à ses exploits Jóan Símun Edmundsson a changé de dimension, tout comme son pays. Accoutumées autrefois aux défaites cinglantes et aux phases éliminatoires qui faisaient plus office de chemin de croix qu’autre chose, les Îles Féroé sont entrées dans une nouvelle ère. Alors que cette nation trustait en 2006 les méandres du classement FIFA (194e place), les Féringiens sont aujourd’hui à la 107e position, juste devant l’Azerbaïdjan et l’Estonie. Bien qu’anecdotique, ce classement témoigne de la dynamique positive sur laquelle surfe l’équipe nationale des Îles Féroé. Jóan Símun Edmundsson n’y est pas étranger, et qui l’aurait cru ? L’histoire semblait mal engagée pour le maître à jouer de la sélection emmenée par le coach suédois Håkan Ericson.

Un début de carrière chaotique

Après avoir quitté début 2010 son club de toujours, le B68 Toftir, le numéro 14 de la Landsliðið (le surnom de la sélection féringienne) avait décidé de rallier le centre de formation de Newcastle United pour faire ses classes sur le Vieux Continent. Il a alors 19 ans. Durant 2 saisons (avec au passage un prêt au FC Gateshead, un club de 6e division anglaise), Edmundsson poursuit dans l’ombre son apprentissage du football de haut niveau. Malgré ses efforts, les Magpies, emmenés à l’époque par le coach Alan Pardew, ne lui donneront jamais l’occasion de se mettre en valeur au sein de l’équipe première. En quête de temps de jeu et convaincu de son potentiel, Edmundsson prend le chemin, en 2012, du club norvégien du Viking FK Stavanger.

À LIRE AUSSI – Saša Kalajdžić, à pas de géant

Sur le papier tout semble réuni pour qu’il s’épanouisse au sein d’un club évoluant en Tippeligaen (la première division), mais l’expérience tournera court. Avec seulement 3 matches joués, le milieu féringien est une fois de plus cantonné à un rôle de réserviste. Malgré un énième prêt cette fois-ci à un club de 2e division danoise, le FC Fredericia, la carrière d’Edmundsson ne décolle toujours pas. Comme le dit si bien le proverbe, il est parfois nécessaire de savoir reculer pour mieux sauter. Le plus illustre des footballeurs féroïens l’a parfaitement compris. Il retourne en 2014 au sein de son petit archipel de l’océan Atlantique pour évoluer successivement à l’AB Argir et au HB Tórshavn.

Edmundsson 1 – Ranieri 0

En retrouvant sa terre natale, Edmundsson renoue avec les fondamentaux footballistiques, tout en se faisant petit à petit un nom. Parallèlement à sa carrière en club quelque peu chaotique, le numéro 14 de la sélection entre une première fois dans l’histoire du football féroïen. À cette époque, les Féringiens disputent des matchs couperets dans le cadre des qualifications pour participer à l’Euro 2016. Reversés dans un groupe F homogène composé notamment de la Hongrie, la Roumanie ou encore la Grèce ; les insulaires semblaient destinés à la dernière place du classement, voire au zéro pointé… Mais par un beau soir de novembre, la magie a opéré.

Alors qu’ils n’avaient plus connu la moindre victoire en match officiel depuis juin 2011, les Féringiens se paient le luxe de s’imposer en terre grecque (1-0), dans le stade Karaïskaki (Olympiakos) en ce 14 novembre 2014. Et devinez qui est l’unique buteur ? Jóan Símun Edmundsson ! Cet exploit sonnera le glas de Claudio Ranieri, alors sélectionneur du bateau pirate (le surnom de l’équipe nationale grecque). Les Féringiens remettront le couvert lors du match retour avec une nouvelle victoire (2-1) face au vainqueur de l’Euro 2004.

Grâce à ses prestations de premier ordre en sélection, Edmundsson parviendra un an plus tard à susciter l’intérêt du club danois du Vejle Boldklub. Avec ses 10 buts et ses 2 passes décisives en 2 saisons, le milieu offensif devient l’une des attractions de la NordicBet LIGA (la deuxième division danoise). Aujourd’hui, il est encore considéré comme l’un des joueurs emblématiques du Velje Boldklub. Ses performances lui donnent le droit de rêver encore plus haut et ainsi, il rejoint en janvier 2016 Odense BK. Ce club qui a notamment remporté à 3 reprises le titre de champion du Danemark est institution footballistique dans ce pays.

À tout jamais dans l’histoire des Îles Féroé

Au total en 2 saisons, Edmundsson disputera 61 rencontres sous la tunique d’OB, devenant ainsi un titulaire indiscutable. Âgé de 27 ans et alors qu’il s’apprêtait à repartir pour une nouvelle saison aux côtés d’Odense BK, en 2018, l’international insulaire est recruté par l’Armina Bielefeld, club dans lequel il avait effectué un essai infructueux il y a quelques années. Il rejoint alors une équipe de 2. Bundesliga sur la voie de la reconstruction. Dès les premiers matches, le coach Uwe Neuhaus lui fait confiance.

Edmundsson bouclera sa première saison allemande avec 24 matches disputés pour la bagatelle de 4 buts et 5 passes décisives. Après avoir réussi à se maintenir haut la main en terminant à la 7e place, l’Arminia aborde l’exercice 2019-20 sans but précis, juste avec l’espoir de ne pas vivre une saison sous la menace de la relégation.

On en sera bien loin ! L’Arminia Bielefeld terminera, contre toute attente, à la première place du classement, sous l’impulsion une nouvelle fois d’Edmundsson. Voilà qui ouvre les portes de la Bundesliga au plus illustre des footballeurs féringiens. Malgré une saison 2020-21 minée par des problèmes musculaires et un rôle de faire-valoir (il compte seulement 5 entrées en jeu), Jóan Símun Edmundsson est entré une nouvelle fois dans l’histoire footballistique de son pays mais également de la Bundesliga.

Le 26 septembre 2020 contre Cologne, il devient le premier féroïen à inscrire un but dans l’un des cinq grands championnats européens. Cette réalisation permettra notamment à l’Arminia de remporter sa première victoire en Bundesliga de la saison (1-0), et ainsi de se relancer dans la course au maintien. Le club est aujourd’hui à l’avant-dernière place du classement et, depuis ce fait d’arme, Edmundsson n’a pas eu franchement l’occasion d’aider à nouveau son équipe. Remis sur pied depuis peu, il n’a pas tardé à aider sa sélection en délivrant notamment une passe décisive lors de la défaite (3-1) le 28 mars dernier face à l’Autriche.

Après s’être frottés à l’équipe de Franco Foda, se profile ce mercredi à 20h45 pour les Féringiens un autre adversaire de taille : l’Écosse. Êtes-vous prêts pour un nouveau tour dont a le secret le maestro féringien ?

Crédit photo : Gepa / Icon Sport

0