Borna Sosa, le Beckham de Stuttgart ?

Latéral gauche éblouissant de Stuttgart, comparé à Beckham par son directeur sportif, le Croate laisse les observateurs de la Bundesliga quasi unanimes sur son cas : c’est un crack. À 23 ans, il joue sa première saison complète dans un grand championnat européen et son jeu offensif léché fait de lui un joueur à observer. Les Rouges étant bien partis pour se maintenir et sa saison étant déjà réussie (8 passes décisives), il n’a désormais plus qu’un seul objectif : s’imposer en sélection avant l’Euro cet été…

Une formation Dinamesque

Comme tout jeune joueur croate, c’est au Dinamo Zagreb que Borna Sosa fait ses premières gammes, dès 2006 à l’âge de 8 ans. En 2013, il est capitaine des U15 et remporte la Nike Premier Cup contre le Milan AC. En fin de saison 2012-13, il fait le grand saut chez les U17 alors qu’il n’a que 15 ans. Il remporte le titre de champion national la saison suivante.

Seulement un an et demi après avoir rejoint les rangs des U17, sa carrière s’accélère et il intègre l’équipe réserve du Dinamo Zagreb (qui joue en D2 croate). Même pas deux mois après, il fait ses débuts avec l’équipe première profitant des absences et se place comme titulaire au poste de latéral gauche face au NK Zagreb. Ce sera le seul match qu’il jouera avec les A cette saison là, mais suffisant pour qu’il soit champion de HNL (ligue croate) et de Coupe de Croatie en fin de saison. À 17 ans.

Un an après, il signe son premier contrat professionnel avec son club formateur, et navigue entre équipe B et équipe A. C’est lors de la saison 2017-18 qu’il prend enfin place dans le XI titulaire du Dinamo Zagreb, avec 23 matchs joués pour 4 passes décisives distribuées. Et son club formateur obtient le doublé Coupe plus Ligue cette même saison.

Un joueur prometteur est né au sein du Dinamo Zagreb. Latéral gauche ultra offensif, il sait jouer vers l’avant et combiner avec ses milieux ou attaquants. Biberonné au football technique enseigné dans l’académie du Dinamo, il a un profil assez rare à son poste. Certains au sein du club croate disent qu’il a quelque chose de spécial, d’autres y voient dans sa bonne saison l’opportunité de le vendre au prochain mercato. La deuxième option va être préférée à la première.

Des débuts allemands compliqués 

Borna Sosa signe à l’été 2018 un contrat de 5 ans avec le VfB Stuttgart, qu’il intègre au 1er juillet. Il joue son premier match sous le maillot allemand le 26 août, avant d’être un mois après auteur d’une bourde qui aurait pu couter très cher à ses partenaires. Sur une touche il la remet à son gardien qui, distrait, tente d’arrêter le ballon qui lui échappe et file au fond de ses filets. Égalisation cadeau pour le Werder, qui n’empêchera finalement pas Stuttgart de gagner, ni à Sosa d’être titulaire le match suivant.

Mais sa première saison à Stuttgart est chaotique, et il enchaîne diverses blessures : pubalgie, problèmes au dos, problèmes aux adducteurs, etc. Il ne fera que 12 apparitions dont 7 titularisations pour seulement une passe décisive. L’équipe descend en Bundesliga 2 à l’issue de la saison et Borna Sosa avec. Heureusement, le club connaîtra une véritable transformation qui lui permettra de connaître son succès actuel.

À LIRE AUSSI – Stuttgart, silence ça pousse 

Malheureusement pour Borna Sosa, les galères continuent. S’il démarre bien la saison avec 2 passes décisives en 4 matchs, il enchaîne une suspension puis un coup de froid qui le gardent sur le banc. À la 9e journée il quitte la pelouse alors qu’il était titulaire, après un lourd choc. Résultat : une commotion cérébrale et une absence durant 5 matchs. Sa saison 2019-2020 s’achèvera avec une blessure au genou à la 26e journée et c’est depuis les tribunes qu’il observera la remontée en Bundesliga de son équipe…

L’explosion cette saison

Cette saison, Stuttgart retrouve l’élite allemande mais aussi son latéral gauche. Deux ans après son transfert pour 8 millions d’euros, le jeune croate semble enfin lancé, dans le système tactique de Matarazzo qui lui demande davantage d’attaquer que de défendre. Un système à piston, en 3-4-3 ou 3-5-2 qui lui laisse le couloir gauche dans un rôle de quasi milieu gauche. Sur 26 matchs cette saison, il est titulaire 20 fois et auteur de huit passes décisives. Dont 7 en sept matchs. En plus de ses très nombreuses passes clés, lui qui s’occupe aussi des coups francs et des corners. Lui-même le reconnaît, cette saison il a passé un cap : «Je pense que j’ai atteint un niveau dans ce club où je suis devenu une partie importante de l’équipe.» (Extrait d’une interview pour bundesliga.com) 

Une réussite qui rentre évidemment dans une dynamique globale de l’équipe, qui est saluée par bon nombre de ses adversaires pour son jeu offensif. Et aussi grâce à son entente technique avec le nouveau top scorer de Stuttgart : Saša Kalajdžić. 

À LIRE AUSSI – Saša Kalajdžić, à pas de géant

Toujours le plus rapide lors des tests, il a retrouvé son explosivité qui faisait de lui le petit crack du Dinamo que la Croatie suivait avec intérêt. Il a aussi retrouvé son merveilleux pied gauche capable de contrôler parfaitement le cuir ou de distiller des centres chirurgicaux et des passes qui cassent les lignes. Un jeu pas très défensif pour un latéral gauche, mais où sa vitesse vient combler certaines lacunes sur ses replis. Un point qu’il souhaite d’ailleurs corriger.

À Stuttgart, on s’émerveille de cet épanouissement. Son coach trouve qu’il « a explosé », Mario Gomez est enchanté par les ballons qu’il reçoit de son latéral gauche, n’ayant – selon ses dires- pas eu d’aussi bonnes passes depuis ses années au Bayern. Mais le plus dithyrambique à son égard reste Sven Mislintat, directeur sportif du club, qui le compare à Beckham. À une différence : son pied préféré est le gauche, quand celui de la star anglaise est le droit. Chez Bild il confie être impressionné par sa palette : «Il met des centres de tous les angles : tantôt chippé, tantôt percé, tantôt à plat, tantôt derrière, tantôt au premier poteau, tantôt au second. Son pied gauche est une véritable arme.»

Et c’est pour l’ensemble de son œuvre que Borna Sosa est aujourd’hui considéré comme l’un des meilleurs latéraux gauche de Bundesliga. Et aussi que Stuttgart pointe à l’actuelle 9e place après 26 journées, bien loin de la zone de relégation. Il a d’ailleurs prolongé en novembre 2020 son contrat jusqu’en 2025, pendant que son nom circulerait dans les bureaux du Bayern Munich…

Une place à prendre en sélection

Sa très belle saison en Bundes’ ne passe évidemment pas inaperçue en Croatie, enfin du moins aux yeux des supporters. En sélection, un autre latéral gauche moins connu mais qui fait aussi ses preuves occupe son couloir : Borna Barisic. Titulaire chez les Rangers, bientôt champions d’Écosse, il est auteur de 8 passes décisives et d’un but cette saison. Au-delà des stats, il est surtout le latéral gauche installé par Dalic avec les Vatreni, déjà appelé 18 fois sous la tunique à damiers.

Borna Sosa, lui, n’a pour l’instant connu aucune sélection chez les A. Se contentant du brassard de capitaine chez les U21 avec en plus la concurrence de Domagoj Bradaric (joueur de Lille). Problème de riche en Croatie, qui est passée de Strinic à 3 potentiels titulaires, qui apportent chacun quelque chose de différent et qui doivent se battre pour un même spot. Barisic est pour l’instant préféré pour son apport défensif, alors que les vice-champions du monde cherchent leur équilibre post-2018. Mais sa saison viendra forcément semer le doute au moment de la liste de l’Euro.

Suspendu deux matchs pour cette trêve à cause d’une accumulation de cartons, il était appelé pour jouer le dernier match de l’Euro U21 avec les Mladi Vatreni. Finalement blessé au genou, il n’en sera rien. Comme si son histoire avec la sélection devait être constamment repoussée…

0