[Serie A] Et l’on Riva les yeux sur Cagliari

1969. Voila quarante ans que la Série A est en place. Six clubs se sont partagés le Scudetto durant ces années. Tous sont des clubs du Nord de l’Italie : les deux Milan, les deux clubs de Turin, la Fiorentina, sans oublier Bologne. Puis vient le temps du changement. Dans un championnat, parfois un club, plus populaire et moins titré, bouscule la hiérarchie. Quinze ans avant le Hellas Verone, le Cagliari Calcio réussit un coup de maître. Cap sur la Sardaigne et retour sur cette grande saison.

1964-1969 : la montée en gamme

 

Cagliari est un club assez irrégulier dans l’élite. Les Rossoblù terminent vice-champions de Série B à la fin de la saison 1963-1964 derrière Varèse. C’est la première fois de leur histoire qu’ils accèdent à la Série A. Depuis sa création, le club sarde a oscillé entre la quatrième et la seconde division, tout en passant une saison en cinquième en 1935-1936. Lors de la saison de la montée, un jeune joueur fait ses débuts dans son nouveau club. Il vient de Legnano et ce qu’il ne sait pas encore du haut de ses dix-neuf ans, c’est qu’il ne quittera plus jamais la Sardaigne et la marquera pour toujours. Il s’appelle Luigi Riva et va devenir l’emblème de Cagliari.

La première de Cagliari est réussie. Une septième place et à égalité avec Bologne, la meilleure différence de but des Bolonais leur offrant la sixième place. Autant de victoires que de défaites pour les Sardes avec treize de chaque, suivies de huit matchs nuls.

La saison suivante est ponctuée d’une baisse au classement. Les Rossoblù terminent dans la seconde moitié du tableau à la onzième place. S’en suit une remontée à la sixième place. Gigi Riva termine meilleur buteur du Calcio avec dix-huit réalisations. L’équipe monte et descend au classement au fil des saisons avec une neuvième place en 1967-1968.

Le grand Luigi Riva.

La saison suivante, on commence à parler de ce club sarde qui monte en puissance. Saison 1968-1969. En coupe nationale, c’est un mini championnat qui se joue. Le premier tour se dispute en plusieurs groupes dont les clubs doivent sortir premiers pour se qualifier. Les Rossoblù sont dans le neuvième et dernier groupe et se qualifient de justesse, leur différence de but étant plus élevée d’une unité, devant Reggina, Pérouse et Livourne.

Il faut ensuite gagner par le système aller et retour. Les Sardes s’offrent la Juventus et arrivent dans la poule finale avec l’AS Roma, Foggia et le Torino. Malheureusement, les Giallorossi de Rome l’emportent. Cagliari termine second. Pas de titre en 1969 mais un Gigi Riva qui termine à nouveau capocannoniere avec vingt et un buts inscrits en championnat. Pour le classement en Série A, une très bonne deuxième place derrière la Fiorentina et à égalité de points avec l’AC Milan, la différence de buts des Sardes étant plus élevée.

1969-1970 : la saison de la gloire

C’est reparti pour une nouvelle saison. Les quatre premières journées, la Fiorentina défend son titre et tient la première place du classement. Et puis dès la cinquième journée, les Sardes prennent la tête du classement. Ils ne bougeront plus jusqu’à la fin de la saison.

Sans doute la meilleure équipe de l’histoire du club. Dans les buts, il y a Enrico Albertosi, arrivé de la Fiorentina en 1968 avec à son palmarès une C2 avec la Viola et l’Euro 1968. La ligne défensive se constitue de Communardo Niccolai, déjà au club depuis la montée en 1964, Giuseppe Tomasini, qui est arrivé plus tard en 1968, Mario Martiradonna, présent depuis la seconde division en 1962 et Pierluigi Cera, capitaine et élément indispensable de l’équipe. Il joue libero sur demande du coach Manlio Scopigno. Au milieu de terrain, il y a Ricciotti Greatti, également présent depuis la Série B en 1962, le Brésilien Claudio Olinto de Carvalho dit Néné, qui a joué avec le Roi Pelé à Santos et Cesare Poli, passé par l’Inter sans être champion. Enfin, à la pointe de l’attaque, il y a évidemment Gigi Riva, Sergio Gori, lui aussi champion d’Europe en 1968 et titré avec l’Inter du grand Helenio Herrera, tout comme son compatriote Angelo Domenghini.

La saison est donc lancée. Des victoires précieuses contre la Lazio et les champions florentins en titre, mais aussi un match nul contre l’Inter et la Juve ainsi que l’AC Milan. La phase aller est concluante, la phase retour l’est tout autant. Le 19 avril 1970, la saison est terminée.

Campioni d’Italia.

Le classement affiche donc Cagliari en tête du championnat avec quarante-cinq points, soit quatre de plus que l’Inter. Les Sardes totalisent dix-sept victoires, onze nuls et deux défaites. Riva termine meilleur buteur du championnat avec 21 réalisations et la moitié des buts inscrits par l’équipe, qui aura donc marqué à quarante-deux reprises. Meilleure défense du championnat et deuxième meilleure attaque derrière la Juventus, l’équipe a brillé.

Le Scudetto quittera donc la botte pour aller passer une petite saison en Sardaigne et n’y retournera plus jamais jusqu’à présent.

Après 1970 : dernier petit coup d’éclat et saisons moyennes

Le rêve Sarde s’arrête. Après le titre, retour au milieu de tableau. Les Rossoblù sont éliminés en huitièmes de finale de la Coupe des clubs champions européens 1970-1971 contre l’Atletico Madrid, bien qu’ayant éliminé Saint-Étienne au tour précédent.

Et lors de la saison 1975-1976, le club redescend en Série B. Comme la fin d’une ère, l’emblème Riva raccroche les crampons et son numéro 11 est retiré tant il a marqué le club. Cagliari oscille toujours entre Série B et Série A et même en Série C entre 1987 et 1989. Il y a cependant un dernier baroud d’honneur.

De retour dans l’élite pour la saison 1990-1991, les Rossoblù terminent treizième sur dix-huit. Deux saisons plus tard, ils décrochent la sixième place et se qualifient donc pour la Coupe de l’UEFA édition 1993-1994. Le parcours est plus qu’honorable. Eliminant des clubs comme le Dinamo Bucarest, Trabzonspor, où le club du FC Malines, les Sardes triomphent de la Juventus en quarts de finale. Leur parcours s’arrête cependant en demi-finale contre l’Inter, qui remportera le trophée face à Salzbourg. Vient ensuite une rechute en Série B en 1997, puis une nouvelle remontée de courte durée entre 1998 et 2000.

Cagliari a donc gagné le seul titre de son histoire en 1970. Le club maintenait son cap en Série A depuis 2004-2005 jusqu’en 2014-2015. Encore une fois l’équipe est remontée après la saison 2015-2016 passée en Série B. Aujourd’hui encore dans l’élite après une onzième place la saison dernière, le club Sarde végète à la seizième place, à quatre points du premier relégable SPAL. Affaire à suivre pour les Rossoblù.

 

Credit photo: MIGUEL MEDINA / AFP

Nissart, Scouser. Xabi Alonso est l'essence même de la classe sur le terrain comme en dehors.