Qui pour succéder à Zinédine Zidane ?

Quinze jours sont passés depuis l’annonce de son départ et pourtant le Real Madrid n’a toujours pas trouvé de successeur à sa legacy. Prendre la suite de Zinédine Zidane est quasi-impossible et pourtant, c’est le destin qui attend l’heureux élu. Si aucun nom ne semble se dégager, il est plus ou moins facile de deviner quel profil et quel entraîneur plaira à Florentino Pérez. La vraie interrogation est de savoir qui acceptera un poste qui semble être un cadeau empoisonné pour le commun des mortels.

Le choix qui semble logique: Antonio Conte.

Le technicien de Chelsea a tout pour devenir le nouvel homme fort du Real. Grand tacticien, grosse expérience, de la réussite et une gueule qui en jette. Pour succéder à un disciple de Marcelo Lippi, rien de mieux qu’un autre. Après Ancelotti et Zidane, un nouvel entraîneur à la mentalité italienne viendrait à la Casa Blanca. Les Italiens et le Real Madrid, c’est une très grande histoire d’amour. Capello a gagné en deux passages, Ancelotti a amené la Décima, Conte s’inscrirait dans cette lignée. Mais deux doutes peuvent freiner le Juventino de cœur au moment d’accepter le poste. Dans son management, Conte est plus proche de Capello que d’Ancelotti. L’ancien sélectionneur de la Squadra marche à l’ancienne : pas de traitement de faveurs et méritocratie perpétuelle. Dans un vestiaire de stars, pas sûr que cela passe pendant deux ans. L’autre grande interrogation est la succession de son ancien coéquipier. Malgré les titres glanés avec la Juventus et Chelsea, entraîner le Real Madrid est une mission complètement différente. Un échec dans le plus grand club au monde et c’est toute une carrière qui peut changer, jurisprudence Rafael Benitez.

Le choix qui semblait logique: Mauricio Pochettino.

L’Argentin possède une côte de popularité énorme sur le marché. Après des passages réussis à l’Espanyol et à Southampton, l’ancien défenseur du Paris Saint-Germain a installé Tottenham parmi les meilleurs clubs d’Angleterre depuis quatre saisons. Le jeu déployé à White Hart Lane, le développement de jeunes joueurs, en grande majorité anglais mais surtout la régularité ont fait de Mauricio Pochettino un des meilleurs coachs du circuit. La question d’un départ au Real Madrid se pose depuis plusieurs mois. Etant éternellement lié à l’Espanyol, il ne se voyait pas rejoindre le FC Barcelone un jour. Son avenir en Espagne ne pouvait s’inscrire qu’à la Maison Blanche. Florentino Pérez a logiquement démarché l’Argentin pour succéder à Zinédine Zidane. Sauf que le patron du Real Madrid s’est pris un mur, Tottenham a prolongé son entraîneur de cinq années seulement une semaine avant le départ de 2Z. La rencontre Lévy / Perez a tourné court, 100 millions ou rien pour le libérer de ses six années de contrat. La prolongation récente de Harry Kane confirme la donne, ça va être très compliqué de voir Maurice à la Casa Blanca.

Le choix de la raison: Guti Hernandez

Il est peut-être le successeur parfait de Zinédine Zidane. Un ancien du club, un passé de (très) bon joueur, une grande gueule et surtout l’unanimité dans le vestiaire. Aujourd’hui entraîneur de la Cantera, Guti est le favori pour la saison 2018-2019. Pour les supporters, au vu d’un marché des entraîneurs assez calme, introniser le légendaire numéro 14 en tant qu’entraîneur premier semble être une évidence. Son madridismo et sa proximité avec des joueurs faciliterait son intronisation. Sergio Ramos, Marcelo et Cristiano Ronaldo ont partagé le même vestiaire avec l’ancien joueur de Besiktas. Contesté à son arrivée pour son manque d’impact lors des grands matchs, CR7 avait reçu le soutien de son ex-coéquipier plusieurs fois, demandant aux supporters et autres de ne pas douter de l’international portugais. La porte semble être grande ouverte pour Guti, le président de Murcie a annoncé qu’il serait proche d’entraîner la Casa Blanca.

Le choix après-coupe du monde: Joachim Löw

L’attrait de Florentino Perez pour la Coupe du Monde n’est plus à démontrer. L’homme fort du Real Madrid ne s’en cache pas, il affectionne particulièrement recruter après cette période. James Rodriguez et Keylor Navas avaient signé après le Mondial 2014 et étaient considérés à juste titre comme les plus grosses révélations au Brésil. Le sélectionneur allemand va entamer sa sixième compétition internationale avec la Mannschafft. Ce dernier semble peu motiver à quitter sa sélection. Mais un nouveau titre de champion du monde pourrait l’inciter à voir ailleurs. Les nombreuses rumeurs l’envoyant au Real Madrid existent depuis de nombreuses années. Après Jupp Heynckes et Bernd Schuster, Joachim Löw pourrait être le troisième entraîneur allemand des Merengues.

Le choix du coeur: Arsène Wenger

C’est une histoire de « je t’aime moi non plus » qui dure depuis une dizaine d’années. Des rendez-vous plein de courtoisie, des petits flirts mais rien de concret. Arsène Wenger a toujours aimé son Arsenal, malgré les appels phares de Florentino Perez et du Real Madrid. Mais l’ancien entraîneur des Gunners a dit stop, la relation avec l’amour de sa vie a pris fin. Trop de routine, de la lassitude qui s’était installée et une envie commune de se séparer. Maintenant Arsène est libre et voit sa plus grande courtisane l’être aussi. Tout le globe les voit s’épouser un après-midi de juin à Santiago Bernabéu et voler la vedette au couple Harry-Meghan. Mais la vérité semble être ailleurs. Les deux tourtereaux n’ont plus les mêmes objectifs, ni le même âge. Le Real Madrid s’est refait une beauté et brille de mille feux depuis une dizaine d’années, pendant qu’Arsène Wenger n’est plus autant populaire. La belle Maison Blanche a plus à perdre qu’à gagner. Cette raison incitera peut être le club madrilène à envoyer Arsène en friendzone.

Le choix de Florentino: José Mourinho.

Lassé par les refus en masse que le Real Madrid reçoit, Florentino Perez n’a que très peu d’alternatives pour remplacer ZZ. Et comme d’habitude, quand on ne fait plus l’unanimité sur le marché, on se redirige vers son ex. Et qui est l’ex préféré de Florentino ? C’est José Mourinho. Le technicien portugais et l’homme d’affaires espagnol ont une relation très forte, pleine de respect et de courtoisie. Florentino Perez considère en haute estime l’actuel entraîneur de Manchester United. Son passage au Real a permis à permis à la Maison Blanche de redorer son blason notamment en Coupe d’Europe. Si l’idée peut éventuellement émerger, la réalité rattrapera rapidement la fiction. Car si Florentino pourrait être tenter de le rapatrier et que Mourinho pourrait être enclin à accepter, il est impossible d’imaginer le vestiaire accepter à nouveau de travailler avec le Mou. Sergio Ramos, Marcelo, Cristiano Ronaldo, trois hommes fort du club madrilène ne s’entendent plus du tout avec lui. L’ancien de Porto n’a pas hésité à s’attaquer à lui publiquement plusieurs fois mais aussi en off, où il avait pointé du doigt le comportement de son capitaine. Le pourcentage de le revoir sur le banc du Real est très faible, mais on n’est pas à l’abri d’une Florentino Madness.

Le choix de la presse française: Bruno Genesio.

Il fait partie des entraîneurs français qui peuvent gérer un effectif composé de joueurs à l’ego démesuré. Fekir, Memphis, Mariano, Cornet, tous pensaient avoir l’entraîneur de Lyon à l’usure. Aucun n’y arrivera, bien au contraire, ils vont tous se rallier à la cause du meneur d’hommes qu’est Genesio. La nouvelle troisième place obtenue sur le banc de l’Olympique Lyonnais devrait logiquement lui ouvrir des portes. Si on suit son raisonnement, il mériterait d’avoir plus de reconnaissance et plus de crédit vu son travail, dans un club qui compte 250 millions de budget. Après deux ans et demi (tiens, tiens, comme Zidane) en tant qu’entraîneur principal de l’OL, on pourrait être tenter d’imaginer la Genèse loin du Rhone. Au vu de l’empreinte qu’il va laisser chez les Gones, il ne devrait pas être compliqué de lui trouver un successeur.

 

Crédit photo : PIERRE-PHILIPPE MARCOU / AFP

« Ce que je sais de la morale, c’est au football que je le dois.»

Laisser un commentaire