Jupiler Pro League : formule modifiée et nouvelle saison

Après un arrêt définitif de la saison et quatre longs mois d’absence, la Jupiler Pro League est de retour demain soir. Il est donc temps de se pencher sur cette nouvelle saison, la nouvelle formule et les candidats au titre et à la relégation.

Une nouvelle formule bouleversée

En mai dernier, on vous présentait déjà la toute nouvelle formule du championnat pour les deux années à venir. Cependant, des éléments juridiques ont modifié les plans de la Pro League et la formule précédemment établie a subi des changements majeurs. En effet, Waasland-Beveren se sentant lésé par l’arrêt précoce de la saison a décidé d’attaquer la Pro League en justice, affirmant que leur relégation ne pouvait être validée car ils pouvaient encore se sauver lors de la dernière journée de la phase classique. Le constat fut sans appel et les Waaslandiens, ayant remporté le procès, seront bien présents en D1A cette saison. Cette décision a donc débouché sur une nouvelle assemblée générale de la Pro League au cours de laquelle la place de Waasland-Beveren a bien été confirmée. Cette assemblée a aussi dû prendre une décision concernant les clubs promus de Proximus League (équivalent de la Ligue 2). La décision adoptée a été celle de faire monter le Beerschot et OHL, les deux clubs qui devaient initialement se disputer le titre et la montée.  

La saison 2020-2021 se jouera donc à 18 équipes et ce, pendant deux saisons. Si cette saison se jouera avec un seul club relégué et un seul promu, la saison 2021-2022 verra trois clubs retourner en D1B pour un seul montant, afin de retourner vers un championnat classique à 16 équipes 

Malgré ce revirement tardif, la Pro League a assuré que le championnat recommencera bien ce samedi 8 août

Les favoris

Comme expliqué en mai dernier, les PlayOff 1 se joueront cette saison à 4 et non à 6. Si la lutte pour y accéder était déjà acharnée auparavant, elle le sera d’autant plus cette année. Cependant, certaines équipes partent avec une longueur d’avance ou ont montré dans leur recrutement et leur préparation un gros potentiel.  

Youssouph Badji et le Club de Bruges face au Royal Antwerp FC. Crédit : Icon Sport

Le grand favori de cette saison est évidemment une nouvelle fois le Club de Bruges. Les hommes de Clément ont marché sur le championnat la saison dernière et il serait très surprenant de les voir contre performer, d’autant plus qu’à l’exception des prêts de Kaveh Rezaei (Charleroi), Percy Tau (Anderlecht) et Mbaye Diagne (Galatasaray), les Brugeois conservent pour le moment leur effectif complet. Au niveau des arrivées, rien à signaler pour le moment mais connaissant Bruges et leur budget, il y a fort à parier que l’une ou l’autre pépite rejoigne les « Blauw en Zwart ».  

Lors de leur préparation, les champions en titre se sont montrés impressionnant avec notamment une victoire contre le LOSC (2-0). Ils se sont tout de même inclinés une seule fois, face à La Gantoise (2-3). Cependant, leur ultime test s’est déroulé samedi dernier lors de la finale de la coupe de Belgique qui les opposait à l’Antwerp. Ce match s’est soldé par une lourde défaite 1-0. Si le score ne parait pas lourd, c’est la manière qui l’a été. Les Brugeois, donnés largement gagnant, ont été battus dans tous les compartiments du jeu. Malgré cette contre-performance, il n’y a rien d’alarmant et le Club pourra d’ores et déjà se rattraper demain lors du match d’ouverture de la saison face au Sporting de Charleroi.

À LIRE AUSSI – Jupiler Pro League : le 11 de la saison 2019-20

Arrivé sur la seconde marche du podium la saison passée, le KAA Gent impressionne déjà. Meilleure attaque de Pro League en 2019-2020, elle semble toujours aussi prolifique au vu de leurs matches de préparation. On retient surtout les victoires contre le Club de Bruges (3-2) et le FC Metz (3-0) ainsi que la courte défaite face à l’OL sur le score de 3 buts à 2. 

Du point de vue des transferts, le club de La Gantoise est très actif. Les arrivées de Fortuna Nurio (Charleroi), Sven Kums (Anderlecht), Jordan Botaka (Saint-Trond), Alexander De Bruyn (Saint-Trond) ou encore Dino Arslanagic (Antwerp) sont venus renforcer leur noyau déjà très complet et ont affaiblit la concurrence par la même occasion. En revanche, les Gantois perdront plus que probablement leur pépite Jonathan David, courtisé par plusieurs clubs des cinq grands championnats. 

Pour leur premier match, les hommes de Thorup devront se déplacer sur le terraisynthétique de Saint-Trond, un déplacement toujours compliqué. À l’heure actuelle, La Gantoise est l’équipe qui constitue la plus grande menace pour le Club de Bruges.  

L’Antwerp, qui monte en puissance chaque année, est un sérieux candidat aux PlayOff 1. Malgré une préparation en demi-teinte, les Anversois ont créé la surprise en battant le Club en finale de la coupe de Belgique. Grâce à leur nouvel entraineur Ivan Leko, ils semblent avoir passé un nouveau cap. L’ancien coach de Bruges, champion en 2018 avec ces derniers, a fait remporter aux Anversois leur troisième coupe de Belgique de leur histoire. Si le matricule 1 parvient à conserver la grinta acquise sous l’ère Boloni et ajouter à ça le sens tactique de Leko, il pourrait faire de sérieux dégâts.  

Même si tout cela semble prometteur, les Anversois ont perdu beaucoup de joueurs clés dans ce mercato : Sinan Bolat (libre), Steven Defour (libre), Kevin Mirallas (libre), Wesley Hoedt (Southampton) ou encore Dino Arslanagic (La Gantoise). Ils ont tout de même remplacé certains de ces joueurs avec les arrivées de Franck Boya (Mouscron), Nill De Pauw (Atromitos Athen) et Jean Butez (Mouscron). L’Antwerp affrontera Mouscron lors de la première journée du championnat, l’occasion de confirmer la belle prestation en coupe de Belgique 

Éternels candidats à l’Europe, le Standard de Liège possède toutes les qualités nécessaires pour jouer les Play-Off 1 : un noyau compétitif et presque intact, un nouveau coach dont la philosophie plait aux joueurs et une préparation prometteuse. Mis en concurrence avec Bruges dans la lutte pour le titre par de nombreux experts la saison passée, les Liégeois avaient démarré en trombe mais ce sont effondrés au mois de décembre, ne terminant qu’à une décevante cinquième place.  

Le coach de l’époque Michel Preud’homme a donc décidé de tirer sa révérence et de céder sa place au Français Philippe Montanier. L’ancien entraineur du RC Lens et de la Real Sociedad fait actuellement l’unanimité dans le vestiaire et dans les tribunes. La préparation des Liégeois a été plus que satisfaisante avec notamment des victoires contre l’As Monaco (2-1) et le stade de Reims (1-0 et 3-0). Montanier a décidé de faire confiance aux jeunes et certains auraient tapé dans l’œil du Français (Dragus, Raskin et Pavlovic). Sa philosophie jeu se marie bien à l’ADN du club tout comme sa personnalité, ni trop calme ni trop agité.

À LIRE AUSSI – Maxence Caqueret et la théorie du beau football

Côté mercato, le Standard a déclaré vouloir faire jouer les jeunes et faire le moins d’achats possible (le projet de rénovation du stade étant aussi très couteux, les finances ne permettent pas de faire des folies). Cette déclaration n’était pas mensongère puisque la seule recrue actuelle payante des rouches est Moussa Sissako, jeune défenseur central formé au PSG et recruté pour 400 000. L’exploit actuel, est d’avoir su conserver certains joueurs de haut niveau comme Selim Amallah ou Samuel Bastien. Aucun départ majeur n’est pour le moment à déclarer côté Liégeois et l’arrivée du businessman et patron de Mithra : François Fornieri (dont la fortune a été évaluée à 356 millions d’euros) en tant que nouvel investisseur et co-administrateur délégué avec le président Bruno Venanzi va permettre de renflouer les caisses et avoir des arguments financiers pour conserver les meilleurs joueurs du club.  

Lors de la première journée de championnat, le Standard accueillera le Cercle de Bruges, un adversaire plus qu’à la portée des Rouches qui se devront de prendre les trois points pour bien commencer la course aux Play-Off 1.

Les Outsiders 

Certaines équipes ont aussi leurs cartes à jouer dans la course au Play-Off 1. Tout d’abord, le KRC Genk, ancien champion se devra d’être au moins européens cette saison. Après un bon mercato comportant de belles arrivées, notamment l’attaquant belge Cyriel Dessers, meilleur buteur de Eredivisie avec Heracles et une préparation sérieuse, les hommes de Wolf se doivent de réagir. Ne jouant pas l’Europe cette saison, ils auront moins de matches dans les jambes en fin de saison et un potentiel avantage physique. Le réaction Limbourgeoise est attendue et devra commencer par une victoire sur le terrain de Zulte-Waregem ce dimanche.  

Méconnaissable depuis deux ans, le RSC Anderlecht doit à tout prix éviter une troisième saison consécutive sans compétition européenne. Si les supporters ont été très, voir trop, patients avec Kompany et son projet, des signes d’agacement commencent à se voir, à l’image des actes scandaleux dont leur centre d’entrainement a été victime. Les mauves ont déjà perdu plusieurs joueurs clés comme Chadli et Roofe et doivent donc transférer du renfort. Le réveil mauve et blanc est attendu et ne pas le voir avoir lieu serait une catastrophe pour les Bruxellois.  

Sur la troisième marche du podium la saison passée, le Sporting de Charleroi est monté en puissance au fil des matchs tel un véritable diesel. Ce qu’a accompli Karim Belhocine lors de sa première saison sur le banc des carolos est grand, mais il faudra confirmer. S’ils parviennent à accéder à l’Europa League, ce groupe devra gérer pour la première fois un calendrier aussi chargé. Cette équipe a néanmoins les qualités nécessaires pour jouer les trouble-fête et arracher son ticket pour les Play-Off 1.

Les candidats à la relégation

Avec la montée de deux clubs de deuxième divisionet le maintien de Waasland-Beveren, la course au maintien promet d’être haletante. Le KV Ostende, le Cercle de Bruges, Waasland-Beveren, le Beerschot et OHL devront se battre pour rester dans l’élite du football belge la saison prochaine. Au vu des effectifs et des préparations de ces équipes, Waasland-Beveren et OHL semblent être les deux plus gros candidats à la relégation. Le bas de tableau sera aussi à surveiller de très près jusqu’à la dernière journée.  

Crédit photo : Belga / Icon Sport

0

Jeune Belge de 21 ans étudiant le journalisme à l'IHECS (Bruxelles).