3

Pour eux, 2016 fut une année riche sportivement. 2017 pourrait en être de même. Avec pourquoi pas l’Equipe de France en ligne de mire. Focus sur ces joueurs qui vont donner des maux de tête à l’orthophoniste de Didier Deschamps.

Ils auront leur chance

Aymeric Laporte : Appelé par DD pour la première fois en octobre pour pallier les forfaits de plusieurs joueurs, Laporte n’avait finalement pas connu la joie d’une première sélection chez les A. Avec la retraite internationale de Mathieu et Zouma qui n’a pas encore retrouvé un temps de jeu régulier à Chelsea, le Basque s’impose aujourd’hui comme une option sérieuse derrière les indéboulonnables Varane, Koscielny et Umtiti. La concurrence sera forte, et la sélection espagnole frappe à la porte. Mais on reste optimiste.

Benjamin Mendé : Entre deux coups de sang, le latéral monégasque a réalisé une excellente première partie de saison, à l’image de son club. Sous les ordres de Leonardo Jardim, l’ancien marseillais a tout pour progresser et atteindre le niveau international, à un poste où seuls trois concurrents se dégagent. Mendy a toutes les cartes en main. À lui de bosser sérieusement et de ne pas laisser sa frustration gâcher tout son travail.

Coco Tolisso : Finie l’époque où il se faisait victimiser par sa copine de lycée. Aujourd’hui, ce sont les joueurs de L1 qu’il humilie qui rêvent de le baffer. Le milieu lyonnais a encore franchi un palier en 2016. Récupération, relance, finition : le Gone sait tout faire dans l’entrejeu et affiche des statistiques intéressantes, avec 17 buts et 8 passes décisives en 103 matchs de L1 à seulement 22 ans. Cette saison, il a même su se montrer décisif en Ligue des Champions avec 2 buts et 1 passe en 6 rencontres. Une sélection chez les A serait une suite logique dans la progression du capitaine des espoirs. Mais il devra faire face à une féroce concurrence au milieu de terrain. Et il n’est pas le seul à convoiter une place au sein du groupe France.

Steven Nzonzizou : Après un début de carrière atypique qui l’a conduit de la Ligue 2 à la Premier League à seulement 21 ans, le milieu de Séville obtient enfin la reconnaissance qu’il mérite en France. Arrivé en Andalousie la saison dernière, il fut l’un des artisans de la 3e victoire de suite en Europa League. Cette saison, il explose sous les ordres de Sampaoli. Le technicien argentin ne cesse de le complimenter, comme après la victoire face au Real ce week-end. Jorge se demande même pourquoi son joueur n’est pas international. À bientôt 29 ans, peut-il encore rattraper le retard sur ses concurrents, ou Deschamps privilégiera-t-il la jeunesse de certains ?

Wylan Cyprien : Il est la révélation de cette première partie de saison. Arrivé en provenance du RC Lens cet été, le Guadeloupéen n’a pas mis bien longtemps avant de s’imposer dans l’entrejeu niçois. Homme clé du système de Lulu Favre, il forme avec Seri l’une des meilleures paires de L1. L’ancien Lensois progresse de façon fulgurante, et s’affirme également comme une valeur sûre dans le jeu offensif, avec déjà 5 buts marqués et 2 passes décisives en 20 journées. La seconde place actuelle de Nice au classement peut-elle persuader DD de lui donner sa chance dès cette saison ?

Florian Thauvin : Deux saisons mitigées, un départ en Angleterre, un retour provisoire puis un autre définitif. Après deux ans compliqués, Flotov a enfin retrouvé de la stabilité et ça se ressent dans son jeu. Au top physiquement, l’ailier marseillais a retrouvé sa faculté à éliminer ses adversaires directs, assure dans le jeu de passe et assume parfaitement son statut de leader de l’attaque phocéenne. Son entente avec Sakai fait naturellement pencher le jeu marseillais à droite, ce qui accentue l’influence de l’ancien Bastiais : avec 5 buts et 3 passes en L1, il est impliqué dans plus d’un tiers des buts marseillais. Suffisant pour bousculer la hiérarchie ?

Wissam Ben Yedder : Après 6 ans à Toulouse où il aura inscrit 63 buts en 156 matchs de L1, WBY a enfin rejoint un cador européen cette saison. Et il ne s’est pas trompé : l’ancien toulousain s’éclate à Séville, où il a déjà inscrit 15 buts en 24 rencontres. Il a même parfaitement débuté 2017, avec un triplé face à la Real Sociedad. Il a récemment déclaré ne pas encore avoir dit adieu à son rêve d’évoluer un jour en équipe de France. Mais selon Geoffrey Jourdren, Didier Deschamps est un briseur de rêves. Donc pour citer un philosophe franco-grec des temps modernes, « on verra bien hein hein ».

Ils vont consolider leur place

2016 leur a permis de saisir leur chance en bleu. 2017 sera pour eux l’occasion de sécuriser leur place au sein du groupe France. À un an de la Coupe du monde, les places seront extrêmement disputées.

Retenu parmi les réservistes pour l’Euro, Adrien Rabiot a finalement fêté sa première sélection en novembre face à la Côte d’Ivoire. Malgré sa blessure, le Parisien a livré une bonne prestation et semble prendre une longueur d’avance sur les Cabaye, Nzonzi et autres Tolisso.

Autre nouveauté de la liste du mois de novembre, Toto Lemar aura vraisemblablement sa carte à jouer. Le crack monégasque régale les amateurs de futebol chaque semaine et progresse de manière fulgurante. Il pourrait bien profiter de la méforme physique de Kingsley Coman cette saison pour faire son trou. Son principal concurrent sera Ousmane Dembele. L’ailier de Dortmund continue à impressionner tout le monde et a fini l’année 2016 en boulet de canon. Avec Martial, Sissoko voire Florian Thauvin, la concurrence au poste d’ailier s’annonce féroce.

En attaque, Alexandre Lacazette réussira-t-il à s’imposer dans le groupe ? Habitué à entrer et sortir de celui-ci depuis deux ans, le deuxième meilleur buteur de L1 a encore une longueur de retard sur Giroud, Gameiro ou Gignac, qui sont déjà bien ancrés dans le groupe. Rejoindre un grand club européen cet été pourrait lui donner un peu plus de crédibilité aux yeux de Deschamps.

Enfin, quid de Karim Benzema ? Sur les réseaux sociaux, la fédé continue à user de tous les stratagèmes pour faire comme s’il n’existait pas. L’attaquant, lui, espère son retour. À Deschamps de faire son choix.

Parmi les 23 qui ont disputé l’Euro 2016, seulement 13 étaient présents en 2014. Alors que le mondial 2018 se profile après un Euro réussi, il serait surprenant que DD chamboule le noyau dur de son équipe. Hormis en profitant d’éventuelles blessures, il sera donc difficile pour les prétendants actuels de bousculer la hiérarchie mise en place.

Crédits photo : AFP PHOTO / FRANCK FIFE