0

Marquer un but rend heureux, c’est indéniable. Parfois même trop heureux. A tel point que certains joueurs en viennent à se blesser. De la plus légère commotion cérébrale au passage dans l’au-delà, retour sur quelques fails qui ont eu lieu après un but lors de ces dernières années.

Nicolai Müller (Hamburg SV) le 19 août 2017 

L’ailier droit du HSV a inscrit l’unique but du match Hamburg-Augsburg la semaine dernière. Après ce but de raccroc, il a célébré en tournant sur lui-même tel une toupie. Simple problème : il n’en est pas une. Allez, une rupture des ligaments croisés pour monsieur et comme le dit le mec dans la pub Winamax, « les croisés c’est six mois minimum ». En l’occurrence Müller en aura pour sept mois. Sympa comme début de saison…

Rafael (Bahia) le 25 janvier 2011 

Finale de la 42ème édition de la Copa São Paulo  Júnior (au Brésil), Flamengo contre Bahia. Après avoir rapidement ouvert la marque, Flamengo se fait égaliser à la 31ème par l’inévitable Rafael sur pénalty. En allant communier avec ses supporters, il retombe mal en passant par-dessus la barrière. Simple contusion, on a connu pire.

http://www.gentside.com/football/un-joueur-de-football-blesse-en-voulant-celebrer-son-but_art19374.html

Peter Biaksangzuala (Bethlehem Vengthlang FC) le 19 octobre 2014 

On part en troisième division indienne.  Après avoir marqué un but contre le Chanmari West FC, Biaksangzuala s’est décidé à effectuer un double salto avant en guise de célébration. En retombant mal sur le deuxième, il perd connaissance. Cinq jours après cela, il décède des suites de son opération.

Maurides Roque Junior (Sport Club Internacional) le 11 juillet 2013 

En célébrant son premier but en pro contre l’America Mineiro, ce jeune brésilien de 19 ans a fait un salto arrière après un sprint sur 50 mètres. Verdict : entorse du genou et deux  mois d’arrêt. Et on dit quoi ? Bah on dit mercé.

Andre Luis (Santa Cruz) le 8 août 2017 

Peu avant Müller, un Brésilien (encore un), avait déjà fait le coup dans un match de seconde division contre Criciúma. La phrase du commentateur brésilien de la vidéo en hyperlink résume parfaitement la situation : « E ELE BATEU NA PLACA ENCIMA ». Traduisez littéralement par ‘’et il s’est pris le panneau dans la gueule’’. Lui aussi a voulu sauter par-dessus le panneau, lui aussi a échoué. A priori, une blessure pas trop grave même s’il est sorti par précaution. Il  s’agirait d’arrêter avec les panneaux publicitaires chakal.

Chad Barrett (Seattle Sounders) le 8 août 2015 

Dès la première minute de jeu, Barrett inscrit un but pour les Sounders en MLS dans un match face aux Los Angeles Galaxy. En célébrant son but, l’Étasunien se fait un claquage. Quel pays…

John Hughes (entraîneur Inverness CT) le 6 mars 2016 

Et oui, parfois ce ne sont pas les joueurs de foot qui s’auto-flagellent involontairement mais bien les entraîneurs. Bon, on ne parle de Mourinho ou Guardiola mais plutôt de Robert, habitué du pub du bar PMU du coin de la rue depuis 32 ans. Ici, c’est Hughes, l’entraîneur d’Inverness, en quarts de finale de Coupe d’Écosse contre Hibernian, qui, après un but de son équipe, n’a rien trouvé de mieux que de mettre une patate à Liam Polworth alors que tous les joueurs s’étaient réunis autour de l’entraîneur. Évidemment, il n’a pas fait exprès ; enfin, on espère.