B.Mendy « On ne devient pas un ancien joueur du PSG, on l’est à vie »

Samedi dernier, toute l’équipe de Winamax et l’agence SK Communication nous ont invités au Parc de la Villette, pour le grand lancement du Winamax Poker Tour 2018. A cette occasion, nous avons rencontré un des WIP les plus prestigieux de la Team, Bernard Mendy, qui nous a accordé quelques minutes. Confidences sans filtre.

Bonjour Bernard, ancien joueur et supporter du PSG… (il coupe)

Non, on ne devient pas ancien joueur du PSG, on l’est à vie.

Que penses-tu du Paris Saint-Germain version 2017-2018 ?

J’étais un peu sceptique au départ, j’attendais les grandes échéances en Ligue des champions comme le match contre le Bayern mais au final cela s’est plutôt bien passé.  Donc à part le match nul contre Montpellier avec des circonstances atténuantes comme l’absence de Neymar et la pelouse impraticable, je trouve qu’ils sont sur la bonne voie. Le groupe est bon, meilleur que celui des années précédentes

Le meilleur PSG de l’ère qatarie ?

Oui je trouve, Zlatan prenait beaucoup de place même si je pense que Neymar fera de même. Neymar c’est peut être un cran au dessus et surtout cette année ce n’est pas le seul à pouvoir marquer. Il y a une bonne cohésion de groupe. Maintenant, il faut qu’ils aillent le plus loin possible en Ligue des champions. C’est ce qu’on espère tous en tant que Parisiens, même en tant que supporters français à part les Marseillais et les Lyonnais.

Vu que tu parles de l’OL, qu’est ce que tu as pensé de leur victoire contre l’ASM qui est normalement le grand concurrent du PSG en Ligue 1 cette saison ?

J’étais content pour eux car je trouve qu’ils ont vraiment une bonne équipe. Après le président Aulas il défend son club et c’est tout à fait normal…

D’ailleurs t’as un homonyme à Lyon au poste de latéral gauche. Un avis sur Ferland Mendy ?

Avec la blessure de Benjamin, il pourrait être appelé en équipe de France pour les prochains matchs amicaux. Lors du dernier rassemblement c’était Lucas Digne et Jordan Amavi, ce sont de bons latéraux mais je pense que Ferland Mendy a quelque chose en plus. Et je ne dis pas ça car c’est un Mendy hein (rires). Il y a Roussillon aussi que j’adore mais je pense que c’est encore trop brouillon.

Du coup quel est ton regard sur les latéraux français en général ?

On a parlé de Roussillon, il y a aussi Malcuit à droite qui est intéressant. Ce sont des joueurs qui ont l’avantage de jouer en France donc ils sont peut être plus regardés. On a de très bons latéraux. On a Sidibe à droite qui est un bon guerrier mais je pense qu’il est détrônable de son poste de titulaire. Si un joueur comme Sagna revient à son meilleur niveau je pense qu’il serait encore titulaire.

En parlant d’Equipe de France, on est obligé de te parler de ton action face à Roberto Carlos lors de ta première sélection.

Tu sais que c’est mon gars Roberto Carlos, je l’ai rencontré en Inde et c’est vraiment mon gars.  Je crois que je suis l’un des seuls à l’avoir pris de vitesse comme ça. Moi c’était mon premier match en équipe de France, je sortais d’une saison intéressante. Personnellement j’avais été élu meilleur latéral droit, collectivement on avait terminé deuxième derrière l’OL et on avait gagné la coupe de France donc j’étais à bloc.

C’était sous Vahid avec le PSG, comment cela se passait avec lui à l’époque ?

Exactement c’était avec Vahid, il nous fouettait et tout à l’entrainement (rires). Non mais c’était un entraîneur très exigeant, tu ne pouvais pas te reposer sur tes acquis. C’est ce qui fait que j’avais fait une bonne saison avec lui.

Comment vous aviez géré l’intersaison d’après cette bonne saison ? On se souvient que vous aviez déclaré vouloir jouer le titre cette année là.

Disons que c’était compliqué car déjà on travaillait beaucoup avec Vahid et il voulait que l’on travaille 20% de plus.  Donc du coup c’était mission impossible. Et lorsque l’on gagnait c’était grâce à lui et lorsque l’on perdait c’était la faute des joueurs.

Puis en Ligue des champions ça ne s’était pas super bien passé non plus… On se souvient tous de Drogba qui vient crier « Allez l’OM » au Parc des princes.

Pourtant je trouve que l’on n’avait pas fait un mauvais match ce soir là, mais ils étaient sans doute au dessus. Je pense que l’on a fait ce que l’on pouvait à notre époque, franchement il n’y a rien à regretter et si le Paris Saint-Germain est à ce niveau là aujourd’hui c’est aussi un peu grâce à nous. Après bien sur les joueurs recrutés aujourd’hui c’est autre chose en termes de niveau et de talent.

Fut un temps tu avais repris le club d’Evreux avec Mathieu Bodmer, ce n’est plus d’actualité ?

C’était compliqué, on avait essayé de donner quelques directives de mettre en place un projet autour du club et d’investir dans des installations. Au final on voit que ces installations là peuvent aider à sortir certains joueurs comme Ousmane Dembele qui vient d’Evreux et ça fait vraiment plaisir.

Un grand merci à Bernard, à toute l’équipe Winamax, et à l’agence SK Communication.

Crédits photos : AFP PHOTO / OLIVIER LABAN-MATTEI

« J'voulais être seul mais trop tard j'étais déjà né »

Laisser un commentaire