[Europa League] Marco Rose, de Leipzig à Salzbourg

L’OM affronte une nouvelle fois le RB Salzbourg lors de cette édition de l’Europa League. Et si la première fois les matchs s’étaient déroulés dans une certaine indifférence, la situation est désormais aux antipodes de celle vécue durant les phases de poule. En effet, les Autrichiens affrontent désormais les Marseillais pour le compte des demi-finales, et cette fois c’est toute la France qui aura les yeux rivés sur les hommes de Rudi Garcia. Cela amène à présenter celui qui a tiré le club autrichien jusqu’à ce niveau : Marco Rose.

L’entraîneur allemand, du haut de ses 41 ans, a réalisé un parcours impressionnant pour arriver jusque-là. Et sans que personne ne s’y attende. En effet, le Red Bull Salzbourg n’est plus le club phare du projet de la firme autrichienne. Après de nombreuses déconvenues sur la scène européenne malgré une domination sans partage sur l’Autriche. Dietrich Mateschitz a donc décidé de placer ses pions sur Leipzig en alimentant le club d’ex-RDA de façon plus importante. Mais aussi en faisant de son premier cheval de course une vulgaire succursale pour son nouvel étalon.

Les joueurs talentueux mais aussi les entraîneurs finissent alors pas passer de Salzbourg à Leipzig de façon agile. Et ainsi, le club autrichien a lentement été mis au second plan. Pourtant, très rapidement, ils ont démontré que l’on ne pouvait pas les oublier, et cela c’est grâce à leur entraîneur.

Originaire de Leipzig, élevé dans la Bundesliga des années 2000, il a fini par quitter le pays pour s’aguerrir chez le voisin. Après 15 ans sur les terrains entre Hanovre et Mayence, il a rejoint la touche. Après un court passage du côté de l’équipe B de Mayence puis du Lokomotive Leipzig, l’académie de Salzbourg s’est attachée ses services.  Entre 2013 et aujourd’hui, le jeune entraineur passe des U16 à l’équipe A. Une progression éclaire, preuve de ses capacités.

Avant la saison dernière, Marco Rose était méconnue du grand public, mais son succès en Youth League avec un effectif pétri de talent lui permet de se montrer. Après cela, tout s’enchaîne rapidement. Le départ d’Oscar Garcia lui permet d’être promu au poste numéro un. Et à tout juste 40 ans, il se retrouve propulsé sous le feu des projecteurs. Tout comme son staff qui n’est pas vraiment comme les autres.

 

Marco Rose et Rene Maric. (Crédit photo: t-online.de)

 

Recrutement on line

Le nouveau coach de Salzbourg s’inscrit alors dans la lignée d’autres techniciens allemands comme D. Tedesco, T. Tuchel, J. Nagelsmann ou encore H. Wolf qui, malgré leur jeune âge, s’imposent et apportent un véritable vent de fraîcheur sur la planète football. Imprégnés par la technologie, leurs travaux respectifs diffèrent de ce que l’on est accoutumé à voir. Ces hommes-là ont fini par acquérir le sobriquet de « Laptop Trainer ». Ce terme, d’abord venu d’une critique émise par Mehmet Scholl qui considère que ces hommes qui n’ont jamais joué au haut niveau ne connaissent pas les exigences requises pour réussir, est devenu viral de l’autre côté du Rhin. Ces entraîneurs qui, selon lui, font de la tactique leur priorité, sont pourtant omniprésents. Et force est de constater que leur travail porte ses fruits.

Dans ce registre-là, justement, Marco Rose excelle. L’un de ses adjoints s’est notamment fait un nom grâce à internet et au célèbre site Spielverlagerund.de. Cette plateforme dont le nom signifie littéralement « renversement de jeu » rassemble bon nombre d’analystes. Ces derniers s’appliquent à décortiquer le jeu des certaines équipes de façon très précises et profondes.

Très pointu, en anglais et en allemand, SV est une référence dans l’univers de l’analyse tactique. Et c’est d’ici que vient René Maric, celui qui assiste Marco Rose depuis près de deux ans maintenant. Du haut de ses 25 ans seulement et sans avoir de diplômes de l’UEFA, il a rejoint les rangs de Salzbourg grâce au travail effectué sur le site allemand reconnu dans les pays germanophones. Avec cela, on comprend alors que Marco Rose n’a rien en commun avec le passé mais s’affirme bel et bien comme un chef de file de la nouvelle génération qui évolue avec son temps.

Finalement c’est peut-être cela l’élément le plus marquant qui ressort lorsque l’on s’intéresse à ce jeune entraîneur. Comme beaucoup d’autres en Allemagne désormais, il y a un véritable désir de rompre avec la tradition et de mettre les technologies actuelles au service du sport. Et même si cela coïncide souvent avec des moyens financiers importants mis à la disposition par les clubs, l’envie de marquer s’avère être évidente.

Marco Rose s’inscrit parfaitement dans cette démarche et ainsi, avec un travail précis et grâce à l’aide de moyens techniques et tactiques particuliers, il est parvenu à hisser son équipe dans le dernier carré de l’Europa League. Cela n’est pas anodin et fait donc mentir M. Scholl. Car finalement, même si Rose n’a pas eu une carrière hors-normes, il n’a pour le moment jamais cédé sous la pression du haut-niveau. La route reste toutefois longue avant de lire son nom accolé à celui des plus grands. Ses prouesses avec un Salzbourg qui n’était plus formaté pour arriver à ce niveau-là restent colossales. Et il est évident que le quarantenaire n’a pas envie de s’arrêter en si bon chemin. Après avoir sorti la Real Sociedad, Dortmund et la Lazio, le technicien mais aussi tacticien a encore envie de faire rêver ses supporters. Mais aussi de faire mentir le propriétaire de son club.

Crédit  photo: KRUGFOTO / APA / AFP

Parle d'Allemagne et de Bundesliga, et c'est à peu près tout.

Laisser un commentaire