[Interview] Pascal Dupraz : « A mon avis, la France fait partie des 4 favoris dans ce Mondial »

Présent lors de la conférence de presse pour le lancement de la Coupe du Monde, Pascal Dupraz a pris le temps pour répondre à quelques questions. L’ancien entraîneur du TFC et d’Evian Thonon Gaillard est revenu sur son rôle durant la compétition avec TF1, l’équipe de France, l’affaire Rabiot  et son futur. 

Commenter une Coupe du monde, qu’est ce que ça vous fait ?

En fait je ne vais pas la commenter. C’est débattre sur des faits de jeu, sur tout ce qui va toucher de près ou de loin la Coupe du monde en Russie. Je suis enthousiaste à l’idée de le faire, je vais le faire à ma manière.

On se rappelle de votre passage en tant que consultant chez J+1, qu’est ce qui vous a fait accepter l’offre du groupe TF1 ?

C’est pas du tout le même rôle parce qu’il y va falloir que je sois un peu plus consensuel que je l’étais chez Canal +…

…. Si vous pouvez garder votre…

Je vais garder ma manière de faire, mon ton, mon franc parler.

Quelles sont selon vous les chances de l’équipe de France dans ce mondial ?

Elles sont grandes. A mon avis, la France fait partie des 4 favoris dans ce Mondial. Voilà, l’Espagne, l’Allemagne, la France, le Brésil bien sûr.

Est-ce que la liste de Deschamps vous paraît cohérente ? Sur le papier…

En fait, je suis ceux qui pensent qu’il est inutile de la commenter. La confiance est importante dans la vie et dans le sport en particulier. Moins on la commente, plus on montre à Deschamps qu’on a confiance en lui.

Et vous avez entièrement confiance en Deschamps ?

La personne idoine au bon poste pour aller au bout.

Je pense que vous avez vu ce qu’il s’est passé avec Adrien Rabiot. Comment vous pouvez analyser cela ? Est-ce que c’est une erreur comme a dit le sélectionneur ?

J’ai du mal à le comprendre. J’ai d’autant plus de mal à le comprendre car je n’ai jamais été réserviste d’une sélection pour le Mondial. Donc j’imagine qu’il a été déçu de pas faire partie de la liste, maintenant c’est une décision qui lui appartient… Je ne pense pas que ce soit la meilleure décision qu’il ait pu prendre… Mais ça lui appartient encore une fois.

Est-ce que vous avez déjà vécu une situation similaire avec un joueur qui a refusé de rentrer ? Ou qui s’est montré un peu capricieux ?

J’ai vu des cas singuliers… J’ai vu des joueurs remplacés à l’heure de jeu, alors qu’ils n’avançaient pas, mécontent d’être remplacés, ne serrant pas la main à son coéquipier qui allait rentrer sur le terrain comme s’il l’empêchait de rester… Et puis, en poussant le bouchon un peu plus loin, en arrivant dans le vestiaire, 30 minutes après, il était déjà rentré chez lui. Voilà, c’est des choses que j’ai vues. Je ne fais que ça de voir des joueurs… Parce que vous ne les sélectionnez pas, vous ne le mettez pas dans le 11 type, ils ne vous serrent pas la main, ils ne vous sourient pas. Chacun exprime sa déception à sa manière.

Lorsque l’on joue pour un pays, pour une sélection, on ne doit pas mettre de côté ces questions d’égo là ? Se battre pour ce pays et cette sélection ?

Quel que soit son engagement et quelle que soit la compétition, j’ai presque envie de vous dire, même si ce n’est qu’un match entre potes, que vous décidez de faire un dimanche matin, à partir du moment où vous êtes engagé, vous devez honorer votre engagement.

On va parler un peu de votre quotidien depuis votre départ du TFC ? Que faites-vous ?

Je me soigne. J’ai eu quelques soucis de santé donc j’en ai profité pour me soigner. Aujourd’hui je suis en pleine bourre, je suis prêt pour de nouvelles aventures. Il y a quelques aventures que je n’ai pas voulu suivre, très vite après mon départ du TFC parce que je n’en sentais pas l’énergie. Là, je suis prêt, j’attends sereinement.

Est-ce que le rôle de consultant est envisageable à long terme ? Est-ce que vous comptez ré-entraîner ?

Non, non, je vais ré entraîner, le contrat que j’ai signé avec TF1 va dans ce sens : dès lorsque je trouve un club, je m’arrête. Alors, disons que, les deux options me ravissent, que je trouve un club ou que je reste jusqu’à la fin de la Coupe du Monde avec TF1.

Vous avez pu voir la fin de saison du TFC ? Vous avez peut-être vu le match de barrages contre Ajaccio (gagné 3-0) ?

Je n’ai pas regardé mais j’étais supporter. Je suis parti en très bons termes du TFC. Ils sont bien partis pour se maintenir. Et somme toute, c’est presque logique. Et c’est encore plus logique parce que le Havre devait se retrouver là à lutter contre Toulouse. Question de déontologie.

Est-ce que vous pensez que Toulouse était à sa place en tant que 18e?

Quand vous faites 38 matchs, à l’issue des ses 38 matchs vous êtes 18e, c’est que vous êtes à votre place.

 

 

Merci beaucoup à Pascal Dupraz pour nous avoir accordé son temps.

Photo credits : Jean Christophe VERHAEGEN / AFP

Le football est une véritable partie d'échec.

Laisser un commentaire