Équipe de France : les résultats, c’est cool. Et le beau jeu alors ?

Face aux Pays-Bas, on s’attendait à ce que l’équipe de France tienne son rang de championne du monde et se qualifie pour le Final Four de la Ligue des nations. Que nenni. Une défaite qui pendait au nez des Bleus depuis un long moment. Une défaite qui apportera du changement malgré la victoire face à l’Uruguay ?

« La meilleure défense, c’est l’attaque » dit-on souvent. Pour l’équipe de France, « la meilleure défense, c’est bien défendre ». Depuis maintenant quelques mois, l’équipe de France prend très peu de buts, c’est vrai. Depuis quelques mois, l’équipe de France marque beaucoup de buts aussi. Mais depuis quelques mois, l’équipe de France ne propose peu ou quasiment rien en terme d’animation. Qui peut à l’heure actuelle décrire l’animation offensive des Bleus ? La chance qu’à cette équipe, c’est d’avoir des top players devant, que ce soit Griezmann, Mbappé ou dans ses meilleurs jours Dembélé.

Prenons l’exemple du Mondial russe, un vrai projet commando mené à la perfection : une charnière centrale très solide, composée d’Umtiti et de Varane, la hargne symbolisée par Lucas Hernandez, un N’Golo Kanté au four et au moulin mais aussi à la boulangerie avec un Blaise Matuidi à son peak. Une ossature défensive robuste avec un seul lien entre l’attaque et la défense, qui est aussi bon à la récupération qu’à la création : Paul Pogba. Avec ce mix-là, l’équipe de France n’est pas forcement flamboyante mais ça gagne. Le pragmatisme à la Didier Deschamps, un argument qui s’entend quand l’équipe de France gagne. Quand elle perd…

Un bilan post Mondial plutôt bon mais…

Depuis le sacre en Russie, Une défaite cinglante face aux Pays-Bas à Rotterdam, un nul miraculeux face à l’Islande mais surtout trois victoires face aux Pays-Bas, à l’Allemagne et face à l’Uruguay. Des nations qui restent dans le top mondial mais qui ont souffert lors de la dernière Coupe du monde, les Pays-Bas étant même restés à la maison.

Si le bilan global est plutôt positif malgré une non-qualification au Final Four de la Ligue des nations, on s’interroge sur le renouvellement du groupe composé par Didier Deschamps. Si le sélectionneur français privilégie pour le moment les vainqueurs de la Coupe du monde, notamment sur les deux premiers matchs post-Mondial, les changements effectués « grâce » ou « à cause » (c’est selon), sont plutôt intrigants.

VOIR AUSSI – Deschamps peut-il faire mieux ?

Il va s’en dire que l’équipe de France, avec cette mentalité, pourrait être encore une fois favorite d’une prochaine compétition internationale. Malgré tout, le peuple souhaite que l’équipe de France joue avec ses qualités. Les joueurs sont talentueux que ce soit offensivement ou défensivement et ils ont déjà prouvé qu’ils pouvaient produire quelque chose de plutôt sexy. On se souvient tous de ce sublime match face à l’Italie avant le Mondial. Bon, c’était juste un match, mais un beau match. Mais concrètement, est-ce que Didier Deschamps a vraiment envie de changer ?

« En deuxième période, l’objectif était de garder le 0-1 et d’obtenir, dans les dernières minutes, un coup de pied arrêté ou d’avoir une occasion avec le génie offensif que l’on peut avoir ». Déclaration signée Hugo Lloris, juste après la défaite face aux Pays-Bas. En tant que champion du monde, a-t-on vraiment le droit de dire ce genre de chose ? N’était-il pas mieux d’aller chercher un score qui aurait permis aux Bleus de se qualifier pour le Final Four ? Le pragmatisme de Deschamps a-t-il atteint ses joueurs ? Au vu du match, il semblerait que la réponse soit positive.

On prépare l’avenir ?

Avec une campagne de qualification pour l’Euro 2020 qui va débuter en mars prochain et donc cet Euro en ligne de mire, les convocations de Sakho, Rami (malgré leur bon match face à l’Uruguay), Digne, Sissoko sont assez discutables. Dans un groupe où la jeunesse devrait clairement prendre la place des trentenaires pas forcement au top en club ou encore jouant dans des clubs ne jouant pas l’Europe, Didier Deschamps reste cloué sur ses positions. « Logique de groupe ». Quid d’un Abdou Diallo en défense centrale, titulaire indiscutable à Dortmund et auteur d’un très gros début de saison ? D’un Matteo Guendouzi, auteur lui aussi d’un début de saison remarqué à Arsenal qui pourrait être une alternative à Adrien Rabiot, boudé logiquement par Deschamps ? Un Houssem Aouar qui est en train de prouver toutes ses qualités à Lyon ? De joueurs comme Aymeric Laporte ou Clément Lenglet, qui jouent énormément respectivement à City et au Barça ? Tant de joueurs disponibles et qui jouent à un haut niveau…

Tanguy Ndombélé a réussi à intégrer cette sélection tout comme Alassane Pléa qui a profité de la blessure d’Alexandre Lacazette, très attendu pour être à terme, le remplaçant d’Olivier Giroud à la pointe de l’attaque française. Le temps presse, et même si l’équipe de France est jeune, certains mondialistes pourraient et devraient faire les frais de leur niveau en club et donc être remplacés par la jeunesse. La promesse Ferland Mendy, qui a pris la place de son homonyme Benjamin Mendy a lui été titularisé face à l’Uruguay et il nous a gratifié d’un très bon match. Il part néanmoins de plus loin avec la rude concurrence des deux latéraux champions du monde. Le changement, c’est maintenant ?

Crédit photo : FRANCK FIFE / AFP