[Premier League] Bilan de mi-saison : 2019, enfin l’année des Reds ?

2019 viens de commencer et les écuries anglaises ont déjà achevé la moitié du chemin. Comme d’habitude, le Boxing Day s’est révélé riche en enseignements. Titre, course à l’Europe, maintien : Ultimo Diez fait le point et dresse un bilan de mi-saison de notre chère et tendre Premier League.

Ah Noël ! Ses fabuleux cadeaux, ses nombreux festins, ses débats endiablés en famille et …cette bonne vieille Premier League ! Les aficionados du ballon rond se sont régalés devant l’orgie offensive du traditionnel Boxing Day. Plutôt pas mal comme programme pour récupérer entre deux repas de famille ! Mais la période des fêtes n’est pas seulement synonyme de spectacle sur les pelouses anglaises. Cette période charnière apporte aussi son lot d’enseignements sur la suite de la saison. L’occasion pour nous de dresser un rapide bilan du championnat Outre-Manche. Et autant vous le dit tout de suite : il se pourrait bien que la bataille d’Angleterre ait déjà connu un tournant décisif.

Liverpool fonce vers le titre

28 ans. Cela fait 28 ans et un dernier titre en 1990 que Liverpool n’a plus été sacré champion d’Angleterre. Même l’idole Steven Gerrard n’a pas réussi à ramener le Graal du côté d’Anfield Road. Mais cette année, Van Dijk, Salah, Firmino et consorts sont bien partis pour enfin imiter la bande à Sir Kenny Dalglish. Au sortir d’une vingtième journée bouclée sur une victoire 5-1 face à Arsenal, les Reds caracolent en tête du classement avec 54 points. À ce stade de la compétition, seuls Chelsea en 2005/2006 avec 55 points et Manchester City la saison dernière avec 58 unités au compteur ont fait mieux. Le bilan est flatteur pour l’équipe de Jürgen Klopp : 17 victoires et trois nuls. Un véritable parcours de champion qui repose avant tout sur une défense en béton armé, tout simplement la meilleure du championnat.

Et depuis que l’attaque s’est mise au diapason, les Reds écrasent tout sur leur passage : depuis le nul concédé à l’Emirates Stadium début novembre, le club de la Mersey a inscrit 27 buts pour seulement trois encaissés. À l’orée de l’an 2019, les protégés de Jürgen Klopp devancent leur dauphin Manchester City de sept longueurs. Le duel face aux Citizen jeudi 3 janvier s’annonce déjà décisif. En cas de victoire, Liverpool afficherait 10 points d’avance sur son adversaire du soir et principal concurrent dans la course au titre. On aurait alors du mal à voir ce qui pourrait empêcher les Reds de glaner une dix-neuvième couronne tant désirée par les fans. Et le coach allemand de rentrer dans la légende du club par la même occasion.

Début décembre, tout laissait pourtant présager un mano a mano longue durée entre Liverpool et Manchester City. Mais les joueurs de Guardiola ne sont pas parvenus à suivre la cadence imposée par les Reds pendant les fêtes. Encore en tête il y a quelques semaines, les Skyblues ont mordu la poussière trois fois en décembre, laissant les hommes de Jürgen Klopp prendre le large au classement. Joueurs émoussés physiquement, collectif en panne d’imagination, absence de joueurs clés dont l’irremplaçable sentinelle Fernandihno : le technicien espagnol a surement identifié les raisons de la méforme. Nul doute que les Citizen vont redresser la barre rapidement avec le retour du brésilien et celui de leur maître à jouer David Silva. Kevin De Bruyne devrait lui aussi retrouver la pleine possession de ses moyens au fil des semaines, mais tout cela sera-t-il suffisant pour rattraper les Reds ? Le coup de mou prend tout de même des allures de coup de grâce. Ces jours-ci, Pep Guardiola doit ressasser la célèbre maxime de Sir Alex Ferguson : « Le titre ne se gagne pas pendant le Boxing Day. Mais il peut s’y perdre ». Et même si on imagine mal Manchester City finir au-delà de la second place, d’autres équipes se tiennent en embuscade.

Course à l’Europe : les écarts se resserrent

En particulier Tottenham et Chelsea. Les Spurs sont troisième avec 45 points et peuvent même monter d’un cran au moindre faux pas de Manchester City. Ils profitent d’un mois de décembre quasi-parfait avec cinq victoires en six matchs. Les joueurs de Mauricio Pochettino semblent avoir trouvé leur rythme de croisière, mais il leur faudra se montrer performant face aux cadors du championnat pour espérer chiper la place de dauphin aux hommes de Guardiola. Chelsea n’est pas bien loin non plus. Les Blues peuvent compter sur une défense impeccable et une vraie faculté à poser des problèmes à ses concurrents directs. En revanche, l’équipe pourrait souffrir d’une attaque trop dépendante d’Eden Hazard. L’arrivée d’un buteur efficace dès le mercato d’hiver ne serait pas de trop dans la perspective de la course à l’Europe.

Une course verrouillée par les grosses écuries du championnat. Car derrière, toujours pas de surprise : Arsenal prend à la cinquième place avec 38 points. La saison des Gunners tourne petit à petit à la frustration. Après avoir enchainé une magnifique série de 22 matchs sans défaite entre fin septembre et début décembre, l’équipe d’Unai Emery faisait de nouveau peur et apparaissait capable d’accrocher un podium. Mais un mois de décembre compliqué est venu refroidir l’ambition de Gunners toujours aussi friables défensivement. Accrocher une place qualificative pour la Ligue des Champions n’aura rien de simple.

D’autant plus que ces contre-performances ont fait fondre leur avance sur Manchester United comme neige au soleil. Les Red Devils sont revenus à une victoire d’Arsenal. Fini lemélodrame Jose Mourinho, l’heure est à l’enthousiasme du côté d’Old Trafford. Depuis le renvoie de l’entraineur portugais, les hommes d’Ole Gunnar Solskjaer enchainent les victoires. Mieux encore, toute l’équipe a retrouvé le sourire à l’image d’un Paul Pogba omniprésent et décisif. Attention donc aux mancuniens : on s’attend à une deuxième partie de saison bien plus consistante de leur part.

Maintien : six équipes en danger

En bas du classement, la bataille fait rage. Seul Huddersfield semble en très mauvaise posture. Derniers, les Terriers sont en chute libre après un mois de décembre cauchemardesque : sept défaites en autant de rencontres. Huddersfield éprouve les pires difficultés dans le secteur offensif : il s’agit de la pire attaque de Premier League. Avant de recevoir Burnley mercredi 2 janvier pour un choc déjà primordial, l’équipe de David Wagner accuse cinq points de retard sur Southampton, 17ème avec 15 points. Burnley aussi connait une saison très difficile et pointe à la 18ème place à égalité de points avec les Saints. Qu’il semble loin le superbe exercice 2017-2018 au terme duquel les Clarets ont fini 7ème, juste derrière les cadors du championnat. Conjuguez la panne du buteur Chris Wood avec une défense à la rue et vous obtenez une équipe complètement déboussolée. L’équipe devra batailler pour éloigner l’ombre de la Championship.

Une autre équipe inquiète sérieusement : Fulham. L’ambitieux promu déchante à la 19ème place. Relégable depuis la fin octobre, les Cottagers souffrent eux aussi d’une défense en grande difficulté. Surtout, les recrues débauchées à prix d’or cet été n’apportent pas les résultats escomptés. Le club de l’Ouest londonien a pourtant dépensé 109 millions sur douze joueurs l’été dernier. Malgré ses huit buts en 20 matchs, Aleksandar Mitrovic aura du mal à sauver son équipe à lui seul. Heureusement pour Claudio Ranieri, seulement cinq unités séparent son équipe de Crystal Palace, 14ème avec 19 points. Si l’on ajoute Newcastle et Cardiff City, respectivement, 15ème et 16ème, six équipes vont devoir lutter journées après journées pour assurer leur survie dans l’élite. La deuxième partie de saison s’annonce donc aussi angoissante que palpitante en bas du classement !

Crédit photo: CRAIG GALLOWAY / Pro Sports Images Ltd / DPPI