Ligue 1 : le onze-type des bonnes surprises de la saison 2018-2019

Fait que même les négationnistes ne peuvent nier : notre Ligue 1 regorge de talents parfois insoupçonnés, que l’on n’attendait pas forcément à ce niveau, de joueurs en quête de relance ou qui mettent tout le monde d’accord pour leur première expérience dans l’élite seulement. C’est pour cette raison que nous vous avons concocté un bon gros 4-3-3 des familles avec les joueurs qui ont su tirer leur épingle du jeu lors de cette saison. Notez bien car ils risquent de faire parler d’eux durant le mercato.

Gardien : Matz Sels (Strasbourg)

On aurait pu mettre Mike Maignan ou Edouard Mendy, respectivement lauréat et nominé des Trophées UNFP 2019, mais on s’est dit que c’était un peu trop facile et que nos lecteurs nous auraient certainement accusé de ne pas regarder les matchs. Le gardien qui ne fait pas de bruit mais qui sait montrer ses gants quand il le faut, il est à aller chercher du côté de l’Alsace. Pourtant, à 27 ans, le Belge a longtemps erré en Jupiler Pro League puis est passé par Newcastle avant de devenir le dernier rempart des hommes de Thierry Laurey.

Arrière droit : Youcef Atal (Nice)

Arrivé cet été à Nice dans l’indifférence générale en provenance de Courtrai, il n’aura pas fallu beaucoup plus de temps à la propagande du Atal FC pour se propager. L’Algérien de 22 ans a régalé le public azuréen autant qu’il a maltraité ses adversaires directs. Défenseur de métier, il brille également dans un rôle d’ailier et impressionne par son sang-froid devant le but. Une efficacité telle que les fans n’ont pas eu froid aux yeux en déclarant qu’il a davantage apporté offensivement qu’Allan Saint-Maximin cette saison. #TotalRégal

Défenseur central : Jason Denayer (Lyon)

From « éternel espoir » to « stopper Léo Messi » real quick :

Jason Denayer, un lion prêt à rugir

Défenseur central : José Fonte (Lille)

La preuve vivante qu’on peut avoir 34 ans, venir d’un club chinois (Dalian Yifang) et devenir le patron de la défense du dauphin du PSG :

José Fonte : un homme fort inattendu à Lille

Arrière gauche : Ghislain Konan (Reims)

Si son équipe a été l’une des meilleurs défenses du championnat, c’est en partie grâce à lui. Jusqu’à sa grave blessure survenue en janvier qui l’a éloigné des terrains en deuxième partie de saison, il s’était érigé comme l’un des meilleurs du championnat à son poste. Arrivé pour seulement quatre millions d’euros en provenance de Guimarães, il fut encore une fois une bonne pioche pour son club. Impossible de ne pas le mettre titulaire malgré cette demie-saison.

Milieu récupérateur : Yann M’Vila (Saint-Etienne)

Il est sans doute osé de mettre Yann M’Vila dans une équipe de révélations car tout le monde le connaissait déjà. Mais qui a suivi, même de loin, son tortueux parcours à travers l’Europe depuis le début de sa carrière et son statut de « meilleur espoir de sa génération » sait qu’il revient de loin et que c’est un tout autre joueur qui s’est révélé cette saison. Il a démontré toute son importance dans l’entre-jeu des Verts en distillant des passes aux millimètres à ses coéquipiers.

Milieu relayeur : Téji Savanier (Nîmes)

Faut-il encore le présenter ? Pour sa première saison dans l’Elite, le milieu de 27 ans a montré tout l’étendue de sa classe, de sa hargne, de sa grinta, de son vice, de sa vista et de son volume de jeu. Auteur d’une saison stratosphérique, auréolée du titre de meilleur passeur du championnat (avec 14 passes, second meilleur passeur, derrière Eden Hazard, des cinq grands championnats européens), il aurait déjà posé ses valises du côté de Montpellier. Disputer la Coupe d’Europe : un défi qui ne fait pas peur au soldat Téji.

Milieu offensif : Florent Mollet (Montpellier)

C’est ce qu’on appelle avoir du flair. Montpellier est allé piocher en Ligue 2 son joueur capable de faire la différence et de lui faire changer de visage. Porté par une confiance sans faille, il est rapidement devenu un élément fort de l’effectif. Il se démarque par sa très bonne vision de jeu, son sens du collectif et son aisance des deux pieds.

Ailier droit : Rémi Oudin (Reims)

Aka « le magicien ». Le promu rémois a réalisé un magnifique exercice lui permettant même de flirter avec la qualification en coupe d’Europe avant de finir la saison en roue libre. Peu connu du grand public, il est pourtant l’une des plus grosses révélations et fait partie des artisans incontestables de cette réussite. Un baptême de feu en Ligue 1 tout juste exceptionnel où l’attaquant a surfé sur l’eau en 2019 en terminant meilleur buteur de son équipe. Football champagne.

Attaquant : Lebo Mothiba (Strasbourg)

Notre numéro neuf nous vient d’Afrique du Sud. Cette saison, parier sur « Mothiba buteur » vous assurait de mettre la daronne à l’abri. Juste après son départ brutal de Lille, l’attaquant a conquis le club alsacien haut la main. Il offre la dernière victoire de la saison à son équipe. Simple, efficace, redoutable. Son coéquipier Ludovic Ajorque aurait également pu prétendre à cette place de titulaire.

Ailier gauche : Rafael Leão (Lille)

Présenté comme « le Kylian Mbappé portugais » à son arrivée à Lille cet été en provenance du Sporting Portugal, l’attaquant de 19 ans s’est imposé comme le choix numéro un de Christophe Galtier. Le LOSC compte bien conserver son élément s’il perd Nicolas Pépé cet été.

Entraîneur : Julien Stéphan (Rennes)

La révélation de l’année parmi les entraîneurs. Du parcours en Europa League à la Coupe de France glanée face au PSG, en passant par une honorable 10ème place en Ligue 1, le technicien est le grand maître à penser de cette équipe de Rennes qui n’a cessé de nous étonner.

Remplaçants : Mike Maignan (Lille), Mehmet Zeki Çelik (Lille), Yunis Abdelhamid (Reims), Juan Bernat (PSG), Jonathan Ikoné (Lille), Gaëtan Laborde (Montpellier), Ludovic Ajorque (Strasbourg)

Crédit photo : Stephane Valade / DPPI

Supporter des Girondins de Bordeaux mais j'aime aussi le foot.